Déclaration commune au CDEN du 4 juillet 2012

jeudi 5 juillet 2012
par  snu31
popularité : 2%

Déclaration commune FCPE – FSU – UNSA Education CDEN du 4 juillet 2012

Le projet de carte scolaire issu du CTSD est le reflet de la situation actuelle de notre département et de la non prise en compte des éléments apportés par les représentants du personnel lors des instances paritaires. La pression démographique est beaucoup plus importante que ce que vous avez anticipé, et continue à s’accroître en temps réel. Pour ne citer que quelques secteurs en très forte hausse d’effectifs : Toulouse, Ramonville, Colomiers...

Pour l’heure, vous avez prévu 33 ouvertures et 3 annulations de fermetures : la réalité des écoles montre qu’il en faudrait au bas mot 22 de plus, dont 16 pour des écoles qui sont d’ores et déjà au dessus du seuil.

Vous avez par ailleurs effectué 9 fermetures et blocages au dessus des seuils, seuils que vous considérez comme impératifs pour les fermetures, et seulement indicatifs pour les ouvertures. Vous devriez également réouvrir 7 postes fermé à tort en mars. Au total donc, ce sont 60 mesures d’ouverture qui sont nécessaires dans le cadre des seuils adoptés par l’administration départementale elle-même, pour assurer la rentrée dans des conditions justes acceptables. En différant des mesures qui seront nécessaires, vous allez rendre la rentrée plus difficile pour les élèves, les équipes pédagogiques, les collectivités locales. Nous souhaitons que dans toutes les écoles où les seuils sont atteints, les ouvertures soient faites dès maintenant pour permettre une rentrée correcte, et que par là, l’administration respecte les règles d’égalité de traitement des écoles sur l’ensemble du territoire du département.

  • Vous ne revenez pas sur les prévisions de fermetures que vous aviez faites en actant des ouvertures conditionnelles ; vous fermez ou bloquez au dessus des seuils
  • vous n’ouvrez pas sur des zones, comme Ramonville, où la poussée démographique est aujourd’hui très importante ;
  • vous ne revenez pas sur les deux postes de psychologues que vous avez fermés sur HG12 ;
  • vous ne revenez pas sur les suppressions de postes Rased.

La préparation de la rentrée doit résulter pour nous d’un véritable dialogue avec la communauté éducative, conformément au code de l’Education. Bref, de notre point de vue, le compte n’y est pas. Les besoins sont à mettre en regard de la faiblesse relative de la dotation exceptionnelle de 13 postes pour notre département. Pour nous, la rupture doit commencer dès la prochaine rentrée. En ce sens, nous recevons la dotation de 1000 postes pour le premier degré dès la prochaine rentrée comme un premier signe, mais ceux-ci ne couvriront pas l’ensemble des besoins et seront loin d’effacer les coupes accumulées. Les 13 postes dont notre département va bénéficier sont l’illustration de cette insuffisance, dans le cadre d’une dotation académique de 50 postes elle-même insuffisante. Ils reflètent une non prise en compte de la situation particulière de notre département, qui cumule forte croissance démographique, spécificités territoriales, faible taux d’encadrement, forts contrastes sociaux, avec notamment un taux de bénéficiaires du RSA élevé.

Sur un plan plus général, ce CDEN se situe à un moment particulier lié au changement de contexte politique. Les dégradations subies par le système éducatif, ces dernières années sont importantes, souvent fondamentales, tant sur le plan des moyens que de l’évolution des structures et du management, et sur celui des politiques éducatives qui ont tourné le dos à la réussite de tous les jeunes. Les élèves, les personnels, en ont subi les conséquences dans leurs conditions de scolarisation et de travail. Les familles, les collectivités territoriales en ont également été victimes.

Les défis à relever vont nécessiter d’opérer des mutations profondes qui devront se faire avec l’ensemble de la communauté éducative. Il faut reconstruire les structures, mais aussi redonner du sens, en même temps que de la confiance. L’École Publique est une priorité essentielle pour l’avenir. Elle vaut un engagement politique et budgétaire à la hauteur de cette place. Notre pays en a les moyens, il doit en avoir l’ambition, même dans le contexte actuel.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois