Déclaration liminaire du SNUipp FSU à la CAPD du 29 novembre 2012

vendredi 30 novembre 2012
par  snu31
popularité : 3%

Le SNUipp-FSU rappelle avec force que les dépenses publiques ne sont pas des charges pour un pays. Elles représentent avant tout les conditions indispensables pour permettre au plus grand nombre l’accès aux services publics et à la protection sociale. Elles donnent les moyens d’exécuter les politiques publiques d’éducation, de santé, d’emploi, de logement, en matière d’écologie… et jouent un rôle moteur dans le développement de l’activité économique.

Asphyxié par les suppressions massives d’emplois, le système éducatif sort très affaibli par les budgets précédents. L’annonce de 43 450 recrutements aux concours externes 2013 et la création en 5 ans de 60 000 postes dans l’éducation constituent un changement notable par rapport à la politique menée par N. Sarkozy. Le SNUipp-FSU dénonce que cela se fasse au prix de suppressions d’emplois dans les autres ministères affaiblissant ainsi les missions qu’ils ont en charge. Pourtant, de nouvelles créations seront nécessaires pour compenser l’ensemble des suppressions de postes de ces dernières années.

Cependant concernant les rémunérations, le gel de la valeur du point d’indice est confirmé. L’enveloppe indemnitaire et les crédits pour les mesures catégorielles sont en baisse. Si ce budget constitue une première amorce de la relance pour l’école, il ne faudra pas s’arrêter en chemin car les élèves et les enseignants ne peuvent pas attendre. L’investissement dans l’énergie scolaire doit s’inscrire dans la durée. C’est un gage de confiance. C’est un levier pour engager les transformations nécessaires de notre école marquée par des inégalités insoutenables.

Le gouvernement a ouvert le chantier de la refondation de l’école avec une loi d’orientation et de programmation. Pour le SNUipp-FSU les orientations de cette nouvelle loi doivent être en rupture avec la philosophie des mesures prises depuis 2008. Les attentes des enseignants sont déçues par la méthode et le calendrier et s’interrogent sur une refondation à la hauteur des enjeux. Pour le SNUipp-FSU, il faut dégager des priorités claires avec des moyens supplémentaires qui améliorent concrètement la vie quotidienne professionnelle des enseignants au service d’une meilleure réussite des élèves. Le SNUipp-FSU continuera de peser pour que le projet de loi prenne en compte ses revendications.

Les RASED, déjà absents du rapport sur « la refondation de l’école », n’ont pas encore fait l’objet de négociations dans le cadre de l’élaboration de la loi d’orientation. Pour le SNUipp-FSU, on ne saurait confondre le « plus de maîtres que de classes » avec l’action des membres de réseau d’aides spécialisées. Les personnels doivent être confortés quant à leur avenir, la spécificité de leurs missions et la qualité de leur formation.

Le ministre de l’Éducation nationale a engagé des discussions afin de réviser les rythmes scolaires à l’école primaire. Les rythmes scolaires actuels ne sont pas satisfaisants pour les élèves comme pour les enseignants. Le SNUipp-FSU souhaite une réforme mais pas n’importe laquelle. Il porte l’idée qu’il faut repenser les temps et les contenus pédagogiques pour assurer la réussite des élèves.

Aujourd’hui, le SNUipp-FSU fait état de son désaccord au sujet du scénario du ministre qui impose un cadre de 24 heures en classe entière avec actuellement un maintien d’un temps de prise en charge équivalent à 60 heures annuelles. Il s’interroge aussi sur l’annonce du président de la République d’étaler la mise en oeuvre de la réforme sur deux ans. Cette décision montre qu’une réforme aussi complexe que celle des rythmes scolaires doit être bien préparée et correctement financée pour améliorer concrètement le fonctionnement de l’école. A ce stade, il apparaît de grandes zones d’ombre concernant les critères, les délais et le cadre qui présideront à toute décision. Sans garantie, cela va créer voire renforcer les inégalités territoriales. Les enseignants ne peuvent être assujetis aux seules décisions des collectivités.

D’une manière générale, que les écoles passent ou non à 4,5 jours, le statu quo n’est, en tout état de cause, pas possible. Des évolutions sont indispensables pour la rentrée 2013 avec notamment une révision des programmes et l’abandon du dispositif actuel de l’aide personnalisée. Pour le SNUipp-FSU, des améliorations concernant les obligations de service des enseignants du primaire sont indispensables. Le SNUipp-FSU demande une baisse du temps d’enseignement à 23 heures et 3 heures pour la préparation de classe, la concertation, le travail en équipe. Il est temps de reconnaître tous les aspects de leur métier que l’enquête « la face cachée du travail » a mis en lumière. Le temps consacré à la préparation de classe, au travail en équipe, à la rencontre avec les parents... doit être pris en compte à hauteur de 108 heures annuelles (3 heures hebdomadaires). En ce sens, il demande que les discussions permettent la réécriture du décret de 2008 sur les obligations de service des enseignants. Le SNUipp-FSU rappelle sa volonté de voir baisser le temps de travail des enseignants du primaire sans pour autant baisser celui d’apprentissage pour les élèves. C’est d’ailleurs une des opportunités ouvertes par le « plus de maîtres que de classes ». Dans le cadre d’une réforme, une compensation financière significative est indispensable pour prendre en compte les frais supplémentaires (transports, garde de jeunes enfants…) que génèrent 36 demi-journées supplémentaires de travail.

Les contacts avec la profession indiquent que la question des carrières et des salaires est devenu préoccupante. Les données concernant les départs à la retraites, les comparaisons internationales, les chiffres sur les salaires moyens dans les différents secteurs de la fonction publique, la perte de pouvoir d’achat liée au gel du point d’indice, le déroulement de carrière… traduisent un déclassement salarial.

Pour le SNUipp-FSU, la refondation de l’école ne pourra faire l’impasse sur la situation matérielle et financière des enseignants du premier degré.

La transformation de l’école primaire ne peut pas être un rendez-vous manqué. Il faut passer des déclarations de bonnes intentions à une séquence de concrétisation. Le SNUipp-FSU rappelle que la réussite des élèves ne joue pas uniquement en modifiant les rythmes scolaires. Afin de porter la parole des enseignants et de peser dans les discussions en cours, le SNUipp-FSU a lancé une grande consultation en faisant circuler un questionnaire dans les écoles. Cette initiative syndicale a rencontré un réel succès et constitue le seul espace d’expression où plus de 24 000 enseignants ont pu donné leur avis sur les orientations de l’école. Cette consultation donne des pistes d’évolutions incontournables qui doivent voir le jour dans les écoles : baisse du nombre d’élèves par classe, refonte de la formation professionnelle, mise en œuvre du plus de maîtres que de classes... La quasi totalité des enseignants considèrent que leurs conditions de travail se sont dégradées ces dernières années. A ce titre, il faut aussi que cessent les contrôles tatillons, voire le caporalisme qui subsiste. Le SNUipp-FSU s’adressera au ministre en ce sens. Il est l’heure de redonner confiance aux enseignants et de leur permettre de faire du travail de qualité en leur laissant de réelles marges de liberté pour organiser leur travail avec les moyens nécessaires. Il faut également reconnaître leur engagement professionnel au service de la réussite des élèves en revalorisant leur salaire.

Le SNUipp-FSU va continuer son travail de débat et de transparence sur les évolutions actuellement en discussion. Au regard de l’ensemble des arbitrages rendus par le ministre, le SNUipp-FSU, dans le cadre unitaire le plus large possible, envisagera toutes les formes de mobilisation pour faire avancer ses revendications (rassemblements, manifestations...). Il n’exclut pas d’appeler à la grève si nécessaire. D’ores et déjà, le SNUipp-FSU met en débat avec les personnels ces modalités d’action.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois