Déclaration liminaire du SNUipp FSU au CTsD du 7 juin 2013

vendredi 7 juin 2013
par  snu31
popularité : 3%

Monsieur le Directeur Académique,

Nous sommes dans la 2éme phase de préparation de la rentrée scolaire et nous allons examiner vos propositions de carte scolaire lors de ce CT. Un petit rappel sur la situation de notre département à l’issue des opérations de carte scolaire du mois de février :

La dotation s’est avérée insuffisante et nous faisions tous le constat que cela se traduirait en l’état par une nouvelle dégradation du P/E, sachant que la Haute Garonne fait déjà partie des départements ayant le taux d’encadrement le plus mauvais de France (94éme sur 101). Nous avions alors chiffré à 337 postes nécessaires pour atteindre le taux d’encadrement moyen national. Si rien ne bouge, non seulement il n’y aura aucune amélioration des conditions de scolarité de nos élèves et de travail pour les enseignants, pire cela va encore se détériorer.

De ce fait vous n’envisagez pas le rétablissement des postes de RASED malgré toutes les conséquences graves que leur disparition a eu sur les élèves les plus fragiles mais aussi sur les personnels spécialisés. C’est ce qu’a révélé l’enquête menée par notre syndicat et présentée au CHCTsD du 24 mai. Aucune mesure supplémentaire sur « le plus de maîtres que de classe » prévue dans la Loi de Refondation de l’école, alors même que cette mesure pourrait être mise en œuvre dans des écoles hors de l’Education prioritaire, dans lesquelles il y a des besoins criants. Aucune mesure permettant de relever un taux historiquement bas de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans. Aucune mesure pour améliorer le remplacement à un niveau très critique, rien pour relancer la formation continue véritablement sinistrée.

Dans notre département nous sommes donc bien loin de voir une quelconque amélioration, alors que les attentes sont fortes. Pire la situation dans bon nombre de nos écoles va encore se dégrader ne serait-ce qu’au niveau des effectifs qui vont s’alourdir. Décidément le changement ne passera pas par la Haute Garonne.

Le CDEN de février a voté un vœu demandant au ministère une dotation supplémentaire en urgence pour assurer la rentrée. Qu’en est-il ? Nous sommes donc aujourd’hui réunis pour examiner cette 2e phase de carte scolaire. A l’examen de vos propositions nous avons relevé un certain nombre de situations qui posent problème notamment au regard des seuils et de leur respect : Des écoles ayant atteint le seuil d’ouverture pour lesquelles vous n’envisagez qu’une ouverture conditionnelle Des écoles qui bien qu’au dessus du seuil, pas d’ouvertures proposées

Des écoles que vous placez en situation de Blocage ou de Fermeture alors que les seuils sont dépassés. Enfin pour la première fois vous annulez des ouvertures décidées en février et pour l’une d’entre elles alors même qu’elle est toujours au seuil d’ouverture.

Il semble bien que la gestion de cette carte scolaire soit à géométrie variable en fonction des économies de postes que vous pourriez réaliser : non respect des seuils quand il s’agit d’écoles en situation d’ouverture ou pour des blocages ou fermetures, respect strict lorsqu’il s’agit d’annuler des ouvertures. Ceci n’est pas acceptable. Encore une fois lors de cette phase vous n’utilisez pas la dotation à la hauteur des besoins. De ce fait un nombre conséquent d’écoles resteront dans l’attente d’une ouverture après la rentrée. Combien de fois devrons- nous rappeler les difficultés auxquelles elles seront confrontées ? aménagement des locaux, commandes, organisation pédagogique, rentrée chaotique, personnel qui ne pourra pas préparer sa rentrée…

Nous voulons également attirer votre attention sur la situation des psychologues scolaires qui vous ont adressé un courrier. Nous soutenons leur demande de création de 5 postes à minima afin de revenir au ratio de 2011, soit de 1 psychologue pour 1365 élèves au lieu des 1453 actuellement.

Enfin nous insistons sur la situation créée par la quasi disparition des RASED. En cette fin d’année nous pouvons faire un premier bilan. Bon nombre d’écoles, de collègues, de familles se sentent abandonnés, isolés, désarmés face à la difficulté scolaire. Face aux familles aucune réponse ne peut être apportée. Les équipes éducatives ne débouchent sur rien ou pas grand-chose. Plus de RASED, CMPP saturés… Cela engendre de véritables souffrances à tous les niveaux. Il est urgent qu’un signal soit donné dès cette rentrée avec au moins un début de rétablissement des postes, ainsi qu’un plan pour un rétablissement total et un développement des RASED dans le département.

Pour conclure, alors qu’il a été demandé par toute la communauté éducative une dotation supplémentaire, comment justifier cette demande si vous n’utilisez pas la dotation dont vous disposez à la hauteur des besoins ? Alors que nous sommes tous d’accord sur le constat du P/E qui va se dégrader, votre « stratégie d’hyper prudence » fait prendre le risque à notre département de passer à côté d’une rallonge. Nous indiquions en Février qu’il restait 300 postes au ministère à distribuer pour les situations d’urgence. Nous sommes en situation d’urgence. Que restera-t- il de cette réserve en septembre ? Ne sera-t-il pas trop tard ?


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois