Déclaration liminaire du SNUipp FSU au CDEN "spécial rythmes" du 6 juin

mardi 18 juin 2013
par  snu31
popularité : 2%

A l’occasion de ce Comité Départemental de l’Éducation Nationale consacré aux rythmes scolaires dans le premier degré, le SNUipp FSU appelle les collègues à se rassembler à 17 heures, place Saint Etienne (Toulouse) pour l’abrogation et la réécriture du décret de Vincent Peillon sur les rythmes scolaires.

Le SNUdi FO et Sud Éducation appellent également à ce rassemblement. Ce même jour, les enseignants parisiens sont en grève.

60 % des enseignants étaient en grève le 12 février contre ce décret. L’ampleur des reports confirme à sa façon le caractère bricolé de ce texte que le SNUipp FSU dénonce depuis des mois.

Pour le SNUipp FSU, ce décret représente une atteinte aux conditions de travail des enseignants. Il rend impossible l’organisation des mercredis de concertation qui, en Haute Garonne, existe depuis plus de vingt ans. Suite aux nombreuses actions et mobilisations des personnels, le maire de Toulouse a écrit au ministre pour demander la possibilité de maintenir "quelques mercredis" de concertation.

Le décret autorise une pause méridienne dépassant les deux heures et qui risque d’avoir les effets inverses du but recherché, à savoir allonger au lieu de raccourcir la journée scolaire.

Il augmente les prérogatives locales des mairies affaiblissant le cadre national porteur de valeurs d’égalités d’accès au service public. Les 82 % de collectivités locales qui reportent l’application de décret témoignent des nombreuses difficultés de mise en œuvre. Pour le SNUipp FSU, ce décret Peillon amplifie et accentue les inégalités de traitement des élèves sur le territoire à travers la mise en place des Projet Educatif De Territoire (PEDT). Aucune péréquation entre les communes n’est prévue pour modérer cette inégalité.

De plus, les annonces d’une modifications des ratios d’encadrement du péri scolaire en maternelle et élémentaire, auxquelles s’ajoute le projet d’arrêté prévoyant la possibilité de confier la direction des accueils périscolaires à un stagiaire BAFD, dans l’objectif de, je cite, « faciliter la mise en place des nouveaux rythmes éducatifs » a pour conséquence que les fonctions de direction ne seraient ainsi plus réservées aux personnes aux titulaires de diplômes de l’animation.

Nous tenons à un système éducatif égal sur tout le territoire. Cette mise en place de PEDT est inquiètante : V. Peillon déclarait il y a peu devant les députés que "les collectivités doivent aussi pouvoir décider et contractualiser des orientations pédagogiques, des contrats d’objectifs, des plans éducatifs territoriaux ". Une école soumise aux impératifs politiques, économiques, sociaux d’une collectivité locale ne peut se prétendre à être une école pour la réussite de tous.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois