Déclaration préalable du SNUipp FSU au CTsD du 5 septembre 2013

jeudi 5 septembre 2013
par  snu31
popularité : 2%

Monsieur le Directeur Académique,   Encore une année à inscrire dans les annales des années noires du département : une rentrée avec des classes sans enseignants et des enseignants sans classe. En Haute-Garonne, le changement se fait attendre pour la première rentrée de V. Peillon. Le manque de postes attribués au département va encore faire baisser le taux d’encadrement des élèves par les enseignants.

  En février et juin 2013, vous avez refusé d’ouvrir les classes en nombre suffisant, même dans les écoles au seuil d’ouverture, seuil pourtant extrêmement élevé dans ce département. Vous avez décidé des blocages alors même que les seuils pratiqués dans le département ne l’exigeaient pas ! Pire, votre politique de globalisation sur des communes, qui imposent à des élèves de longs trajets, a atteint ses limites. Ce qui devrait être une exception, à savoir des moyennes de 31 à 32 élèves en maternelle et de 26 à 27 en élémentaire, devient la norme.

  Si la France est le mauvais élève de l’OCDE pour le nombre d’élèves par enseignant, que peut on dire du département de la Haute-Garonne ?   La presse ne s’est pas trompée quand elle relève que la rentrée en Haute-Garonne est « techniquement ratée ». Elle est inadmissible pour la gestion des personnels et pour l’encadrement des élèves.   Sur notre département, il faut ouvrir plusieurs dizaines de postes, lever la plupart des blocages effectués lors du dernier CTS, revenir sur des fermetures selon les seuils actuels

Monsieur le Directeur Académique, chacun sait, enseignants, parents d’élèves, élus des communes qu’un nombre important d’élèves par classe augmente le taux d’échec, notamment des plus fragiles.

Comme nous vous l’avions déjà demandé, comme nous l’avons demandé à de nombreuses reprises à M. Peillon par l’intermédiaire de son Cabinet, la Haute-Garonne a toujours besoin d’une dotation supplémentaire pour cette rentrée. Il était possible de le demander, vous vous êtes refusé à le faire !

Votre « excès » de prudence conduit de nombreuses écoles à être très déstabilisées. Ce n’est pas faute de l’avoir dit.   Par ailleurs, nous nous élevons contre le choix des dates de CTS et de CDEN.   A ce jeu, l’école perd à tous les coups soit par une date trop précoce ne permettant pas de présenter une carte scolaire sérieuse, soit en faisant prendre des décisions trop tardives qui nuisent au bon fonctionnement des écoles. En effet, les dates de repli prévues obligent les écoles à attendre au mieux le 17 septembre pour voir arriver les collègues.

 De plus, les documents envoyés sont très incomplets et il n’y figure aucune situation nouvelle. A 18 heures, hier soir vous n’aviez toujours pas envoyé un document utilisable par les représentants des personnels. Nous ne pouvons pas travailler dans de bonnes conditions. Nous n’osons imaginer que ce soit délibéré de votre part ?

Le SNUipp FSU s’appuie sur les personnels pour faire connaître le mieux possible la situation vécue sur le terrain. Heureusement que des collègues, des parents, des élus se mobilisent autour de l’école publique pour que, malgré ces conditions, le CTS ait connaissance de toutes les situations qui méritent d’y être étudiées.

Cette rentrée est placée sous le signe de la refondation de l’école. Nous aurions souhaité que tout soit mis en œuvre pour que, sur le terrain, les conditions d’enseignement et d’apprentissage des élèves soient réellement améliorées.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois