Audience au rectorat du SNUipp FSU du 26 septembre 2013

mercredi 2 octobre 2013
par  snu31
popularité : 3%

1. Décharge de direction et CAD
2. réunion de directeurs en fin de journée
3. point sur les "surnombres" dans le 31
4. point sur les INEAT
5. Plan Départemental de Formation
6. CPC
7. Mise en place des APC
8. Animations pédagogiques
9. Frais d’inscription universitaire pour les collègues en congé formation

Etaient présents : Mr. Vial, Mme Dudé et Mme Méry, pour l’administration.

Jean Philippe Gadier, Esméralda Panadéro, Véronique Kontowicz, Patrice Soulié pour le SNUIPP-FSU31.

Points divers : PEMF Toulouse Nord.
Sauf contre indication de l’IEN la part modulable sera versée. A surveiller sur octobre et novembre.

Dénonciation préalable de l’absence du DASEN et sur l’absence de CAPD.

1. Quelles modalités avez vous retenues pour que les directrices et directeurs des écoles travaillant sur 4,5 jours, qui ont leur décharge de direction de classe effectuée par les étudiants contractuels (CAD), aient l’intégralité de leur décharge (soit 1 jour par semaine et 1 mercredi sur 4) ? Nous rappelons à ce sujet que c’était un engagement de votre part lors de la CAPD du 11 juillet 2013.

Réponse : Il avait été décidé dans le cadre de l’ESPE : Lundi ou vendredi + un mercredi / mois. En fin d’année 4 journées ont été prévues par l’administration pour couvrir les absences liées aux stages massés. Ces journées supplémentaires seront fixées accolées aux jours de décharges (L+M, J+V).

Nous rappelons l’importance de la décharge hebdomadaire pour le bon fonctionnement des écoles. La décharge des directeurs sera complète et filée le plus possible, le rattrapage se fera en fin d’année.

Les stages massés : Dans certains départements, les contractuels vont continuer à assurer la décharge pendant les stages massés, ce qui n’est pas l’option du 31. Cette option n’a pas été retenue par l’ESPE, car elle semblait complexe à gérer pour les contractuels et pour les stagiaires qui vont remplacer.

Parmi les CAD, ceux inscrits à Pôle Emploi n’ont pu s’inscrire à l’ESPE qu’en auditeurs libres. Ces CAD ont eu l’écrit, sont dans des classes mais l’ESPE ne les préparera pas à l’oral du concours et ne leur fera pas passer le CLES (certificat langue, indispensable pour valider le concours). L’administration renvoie que cela concerne l’ESPE , donc l’enseignement supérieur !!!

2. Ces mêmes directrices et directeurs sont invités à une réunion d’information au sujet de ces contractuels admissibles, sur leur temps de décharge. Ces temps de décharge sont utilisés à leur maximum par nos collègues en début d’année scolaire. La tenue d’une réunion d’information pourrait se tenir sur le temps de travail avec remplacement des collègues.

Ces réunions sont sur du temps que les directeurs peuvent comptabiliser sur les 24 heures forfaitaires.
Nous rappelons que les 24 heures sont plus que largement faites par les directeurs.
Il n’y a pas assez de remplaçants pour cette journée donc l’administration n’avait pas d’autres modalités à proposer.
Nous faisons remarquer qu’il suffisait de se servir des 30 surnombres pour que cela soit possible...

Qu’est ce qui est attendu de ces directeurs sachant qu’ils ne sont pas formateurs ?
Que les CAD puissent enseigner divers domaines d’activités. Le tutorat devrait être proposé aux directeurs avec une indemnité annuelle de 400€. Si le directeur ne le souhaite pas on cherchera quelqu’un sur l’école, voire sur une autre école. Principe du volontariat réaffirmé.

3. Qu’en est-il des surnombres ?

62 surnombres dont 30 opérationnels en position de BD affectées en circonscription au plus près de leur domicile. Ils effectueront des missions de remplacement en attendant qu’un poste se libère. Les autres sont des collègues en congés maternités principalement.

4. Qu’en est-il des INEAT ?

Aucun changement. Pas d’autorisation du ministère de faire rentrer dans les départements de l’académie malgré le nombre très modeste de surnombre (tous les départements sont en surnombre). Pas d’INEAT non compensé possible.
Nous intervenons sur une situation individuelle qui peut être compensée.
Si on peut compenser il n’y a pas de raison de ne pas le faire.
L’administration reconnait que le département a besoin de faire rentrer des personnels, les permutations informatisées pourraient être un outil pour desserrer « l’étau ». Elle nous fait part de son inquiétude devant le peu de surnombre effectif sur le département. Ceux-ci seront rapidement affectés, et le département connaîtra des difficultés par manque d’enseignants. Brigades et ZIL seront bloqués sur postes vacants.

5. Plan Départemental de Formation ( PDF) ?

L’administration nous informe que le concours ayant été avancé en mars, ceci a une incidence sur le PDF qui doit être revu avec de nouvelles dates. Le PDF devrait sortir sans les dates.
Il y problème : beaucoup de CAD en maternelle qui seront de fait obligés de faire des stages massés en cycle II ou III. Il y aura donc peu ou pas de stages « maternelle » au PDF.

Nous demandons un groupe de travail sur les critères pour retenir les stagiaires. On demande qu’il y ait une possibilité d’accéder aux stages pour les temps partiels, les postes éclatés, les CLIS ou établissement, BD, ZIL… en utilisant quelques BD Formation Continue.
Pas de réponse de l’administration.

Nous faisons remarquer que la formation continue, qui devrait avoir toute son importance vu ce qu’a été la formation ces dernières années, sert principalement à la formation initiale.

6. Conseillers Pédagogiques.

Il n’existe plus qu’un seul poste de CPD Arts Plastiques depuis juin 2013. Le deuxième poste a été transformé au CDEN de juin ; cela amène des difficultés pour assurer l’encadrement des Arts visuels sur le département.
C’est un choix de carte scolaire décidé par le DASEN au CDEN de juin 2013, ce poste a été transformé en poste de CPC généraliste HG22.

Nous insistons sur le problème des CPC EPS manquants, il en manque 1 sur HG19 et 1 sur HG24.
La création des 2 postes CPC pour la nouvelle circonscription HG25 s’est faite à moyen constant, en prenant 1 poste CPC EPS à HG24 et 1 poste pris sur le dispositif prévention de l’illettrisme.
Sur HG19, il y a deux postes de CPC Généralistes et pas d’EPS, c’est un choix de l’IEN.

Nous attirons l’attention sur l’épuisement de ces personnels face à des missions et charges de travail accrues avec les contractuels, les mercredis après midi d’animation pédagogique…avec des frais de déplacements pratiquement inexistants. Lorsque ces personnels font remarquer leur charge de travail éprouvante, on leur rétorque qu’ils sont employés sur une base annualisée de 1607 heures.
Le SNUIPP demande quand l’appel à candidature se fera pour le poste de CPC rattaché à HG22 et quelles seront les missions de ce poste. Nous n’avons pas eu de réponse.

7. Mise en place des APC.

Suites à diverses pressions des IEN sur la mise en place des APC, nous rappelons que l’organisation relève des conseils des maîtres, puis est validée par l’IEN.
L’administration souhaite que le dialogue soit possible, la validation doit être un regard et aller dans le sens de recommandation pédagogique.
Mais cela est perçu par les personnels comme injonction, dans ce contexte le dialogue et la réflexion restent limités.
Nous avons été obligés d’intervenir déjà à plusieurs reprises, ce qui est anormal. Nous appellerons nos collègues à nous interpeller en cas de difficulté et de non respect des textes.

8. Animations pédagogiques.

Nous ne pouvons accepter la dégradation des conditions de travail que les collègues vivent depuis la rentrée. La mise en place des animations pédagogiques les mercredis après midi est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Le SNUIPP mobilisera les collègues pour éviter cette dégradation. Par ailleurs les déplacements engendrés par les réunions diverses dont ces animations ne sont pas pris en compte.
L’administration répond qu’il n’y a pas de frais de déplacement prévus, des ordres de missions sans frais peuvent être faits.
Nous rappelons que les textes sont clairs (arrêtés et circulaires de 2006) à ce sujet et que les déplacements doivent être pris en compte. En cas d’ordre de mission sans frais nous demanderons aux collègues de rester sur leurs écoles, et si besoin nous les aiderons à saisir le tribunal administratif.

9. Frais d’inscription universitaire pour les personnels en congé formation.

Nous demandons que remonte auprès du ministère le problème de ces frais très élevés (jusqu’à 1700€) car pour l’université ces inscriptions relèvent de la formation professionnelle. Dans la majeure partie des cas les entreprises prennent en charges ces frais pour leurs salariés. Pas le Ministère de l’Education Nationale !
Ces frais peuvent remettre en cause le projet de formation pour ces personnels.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois