RASED : passons des paroles aux actes… !

lundi 14 octobre 2013
par  snu31
popularité : 2%

Lors de sa conférence de presse le 30 septembre 2013, le collectif national RASED a ré-interpellé Vincent Peillon. Il a rappelé au ministre que les inégalités continuent à s’accentuer, la diminution drastique des RASED depuis 5 ans (5000 postes supprimés) contribuant à cet état de fait. Un an après le lancement de la refondation, toujours rien sur la question des RASED ! Dans l’annexe de la loi, il est indiqué que leurs missions et leur fonctionnement doivent être « réexaminés ». Sans plus de précision. La DGESCO et l’IGEN ont mené un travail l’an dernier sur la difficulté, cette étude n’a toujours pas été publiée. Il est urgent d’agir. La situation nationale est caractérisée par de grandes disparités, en termes de couverture des écoles par les RASED, creusant encore les inégalités territoriale Dans notre département, c’est 65% des postes restants depuis 2008 qui ont disparu en 2012. Les nouveaux RASED de circonscription (1 E+1 G+ 3,5/4 psy) n’ont plus les moyens d’assurer leurs missions. La commission RASED du SNUIPP31 a adressé à la rectrice et au DASEN un bilan des plus inquiétant sur la prise en charge de la difficulté dans notre département. Environ 11000 élèves des plus fragiles ne trouvent pas les aides spécialisées auxquelles ils ont droit dans l’école (ce bilan est consultable sur le site à la rubrique ASH/RASED). Monsieur Peillon ne peut ignorer cette situation. Le dernier rapport d’information de la commission des finances du Sénat, publié cet été, indique que « l’urgence est aujourd’hui d’accorder toute la priorité aux RASED pour l’accomplissement de leur mission de service publique en leur accordant les moyens humains nécessaires ».

La refondation de l’école doit passer par la reconstitution des équipes RASED. Le futur président Hollande, lors de sa campagne, s’était engagé à plusieurs reprises :

en avril 2012, il signait une pétition en faveur du maintien et du développement des RASED. A Charleville-Mézière, il déclarait : « Nous rétablirons les RASED qui ont été-hélas-rayés de la carte ». Le 2 mai, lors du débat télévisé face à Sarkozy, il réitérait sa position en faveur des RASED.

Aujourd’hui, il devient urgent de passer des paroles aux actes, les élèves en difficulté ont besoin d’être aidés par les RASED, ils n’ont que trop attendu.

(Lien sur le clip vidéo de la campagne de sensibilisation ICI , le flyer et la lettre à Vincent Peillon en pièce jointe)


Documents joints

PDF - 216.8 ko
PDF - 216.8 ko
PDF - 96.5 ko
PDF - 96.5 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois