Déclaration du SNUipp FSU au CDEN de bilan de la carte scolaire 2012-2013

jeudi 28 novembre 2013
par  snu31
popularité : 2%

Monsieur le Directeur Académique,

Mesdames, messieurs les membres du CDEN.

Les écoles primaires sont en proie à un climat d’exaspération. Le mécontentement voire la colère s’expriment sur la question des rythmes scolaires devant le refus du ministre d’ouvrir des négociations pour remettre à plat cette réforme. Celle-ci est le révélateur d’une dégradation des conditions de travail. Dans une école abimée par des années de suppressions massives de postes, les conditions d’exercice du métier restent très difficiles, voire se dégradent comme en Haute Garonne. Effectifs dans les classes trop chargés, élèves en difficulté insuffisamment aidés, formation continue inexistante, injonctions de toutes sortes et caporalisme persistant, direction d’école sous tensions, … tel est le quotidien des enseignants du primaire. Dans les médias, le ministre parle déjà d’acte II de la refondation. Dans les écoles, les enseignants cherchent en vain la déclinaison du premier acte.

Le 5 décembre, le SNUipp FSU appelle, avec d’autres organisations syndicales à un mouvement de grève nationale.

Il s’agit aujourd’hui pour nous de renforcer l’action et de l’inscrire dans la durée nécessaire à la construction du rapport de force permettant d’infléchir la politique gouvernementale pour rompre avec la dégradation des conditions de travail et assurer la réussite de tous les élèves. Le 5 décembre nous porterons avec les personnels ses exigences sur l’amélioration des conditions de travail des enseignants (fin du caporalisme et des injonctions, trois heures hebdomadaires pour le travail en équipe et non obligation des APC…), sur un budget à la hauteur des besoins (effectifs, RASED, formation continue, plus de maîtres que de classe, scolarisation moins de trois ans, ASH, revalorisation salariale…), sur la déconnection des temps élèves et enseignants et sur une autre réforme des rythmes. Par ailleurs, le SNUipp rappellera ses exigences en matière de droit syndical, notamment sur la tenue des réunions d’information syndicale sur le temps classe.

Le SNUipp-FSU a la responsabilité de fédérer les actions en rassemblant les enseignants autour de ses revendications progressistes pour la transformation de l’école pour la réussite de tous les élèves et notamment les plus défavorisés socialement.

Alors que nous ne sommes plus à l’ère des suppressions de postes, l’investissement pour le primaire inscrit dans le budget 2014 est insuffisant. La rentrée 2014 voit 2355 créations de postes d’enseignants dans les écoles, le reste des 4 980 affichés au budget finançant la formation initiale. Ces postes seront donc consacrés majoritairement à absorber la hausse démographique de 30 000 élèves supplémentaires attendus. En conséquence, la diminution des effectifs par classe, le déploiement des nouveaux dispositifs (plus de maîtres, scolarisation des moins de 3 ans), la réhabilitation des RASED, le renouveau de la formation continue sont loin d’être à la hauteur des engagements de même que les décisions qui peuvent être prises dans le cadre des discussions sur les « chantiers métiers ». Ce budget ne permettra pas d’enclencher la transformation du fonctionnement pédagogique de l’école au service d’une meilleure réussite des élèves et ne permettra pas l’amélioration des conditions de travail des enseignants.

Sur la Haute Garonne, la situation est pire encore pour le 1er degré. Les chiffres que vous publiez révèlent un différentiel de 186 élèves en plus par rapport à vos prévisions. Cela correspond à 7 postes d’enseignants ! Sachant que la dotation départementale de 102 n’absorbait pas la hausse démographique telle qu’elle était estimée par vos services, on peut mesurer la situation dans les écoles du département. Le P/E se dégrade donc plus que prévu pour s’établir à 4,98 alors que la moyenne nationale est à 5,20 !

En février 2013, le CDEN adoptait le vœu suivant : « Le CDEN de la Haute Garonne reconnait l’effort accompli en faveur de l’Éducation Nationale. Cependant, pour la rentrée prochaine 2167 élèves supplémentaires sont attendus en Haute Garonne. Nous vous rappelons que le département fait déjà partie des départements ayant le taux d’encadrement le plus dégradé de France (94e sur 101).

Avec 102 postes, la Haute Garonne va encore voir sa situation se dégrader et passer à la 99 ou 100e place avec un taux d’encadrement atteignant les 4.99 contre une moyenne nationale de 5.20. Nous serions très loin de la remise en place des RASED, de la scolarisation des moins de 3 ans, de l’abaissement des effectifs dans les classes. Il faudrait 337 postes pour que le département soit dans le taux d’encadrement moyen national ! Nous demandons une dotation supplémentaire d’urgence pour notre département. »

Qu’avez-vous fait de ce vœu monsieur le Directeur Académique ? L’avez-vous relayé auprès du ministère ? Si oui, quelle réponse avez-vous reçu ? Pour le SNUipp FSU, il est plus que temps de concrétiser le changement dans les écoles.

Pour cela, nous serons en grève et dans la rue le 5 décembre. Ce dont l’école a besoin, c’est d’avancées concrètes et très vite

Merci de votre attention.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois