Les discussions métier RASED ou la grande mascarade du rétablissement des RASED.

jeudi 19 décembre 2013
par  snu31
popularité : 1%

« Des RASED aux missions confortées dans un cadre redéfini. »

Si l’on fait abstraction du flot de communication qui consiste à garder l’emballage sémantique « RASED » afin de nous faire croire à leur rétablissement, l’analyse des 4 fiches métiers démontre clairement le contraire. Les décisions de Vincent Peillon s’inscrivent dans la continuité du chantier lancé par Darcos en 2008 et mettent un terme à la spécificité du dispositif RASED.

La méthode :

Le tour de passe passe a consisté à adapter les missions et à les repositionner au niveau de la circonscription tout en dissociant pour chaque « acteur » membre du RASED leur périmètre d’intervention et leurs modalités de fonctionnement. Le nouveau cadre redéfini n’est plus celui du RASED mais du pôle ressource de circonscription. Le terme RASED disparait d’ailleurs des 3 fiches métiers E, G et psychologue.

La synergie RASED, par les regards croisés des 3 spécialités en lien avec l’enseignant et la famille, au sein des écoles, permettant un travail transversal au plus près des besoins, ne trouve aucun cadre d’exercice réel dans le nouveau dispositif. Le périmètre de l’antenne de proximité (encore présent dans la circulaire de 2009), qui garantissait ce travail en équipe réseau disparait, entérinant la fin de la spécificité du dispositif. La méthode est à l’image du rôle d’expertise, qui effectivement disparaît également des missions mais qui est transformé en « ressource auprès des équipes... » et s’institue au niveau du pôle ressource de circonscription.

3 mesures sont retenues par le MEN dans la fiche 1 (RASED) :

- 1re mesure : la « réaffirmation des 3 spécialités complémentaires » : Il aurait été difficile de nier leur existence !

Mais surtout est réaffirmée leur appartenance à la circonscription : le réseau de circonscription s’élargit dans la formule managériale « pôle ressource de circonscription ».

Comment la complémentarité pourra t-elle s’exprimer et s’exercer ?

Difficilement, voire pas du tout, car le seul temps de travail en réseau existant dans les nouvelles modalités, concerne l’équipe des enseignants spécialisés E et G (ça c’est nouveau) et s’effectue dans le cadre des 108 heures. Ce temps de travail doit permettre d’articuler leurs actions au niveau du projet de circonscription en lien avec les autres dispositifs d’aide (lesquelles ? Réussite éducative ? Soins en CMPP asphyxiés, orthophonistes, PEDT …) et les projets d’école. On est dans la gestion et la régulation du projet de circonscription.

 - 2e mesure : la nécessité (non pas de recréer des postes mais) de positionner les acteurs (donc pris individuellement) au niveau le plus pertinent : Des périmètres d’interventions dissociés :

-Pour les E un « périmètre d’intervention localisé sur un groupement d’écoles », le E étant « partie prenante des équipes pédagogiques des écoles dans lesquelles il intervient. » (fiche 2).

  • Pour les G et psy « un périmètre englobant tout le territoire de la circonscription ou une sectorisation infra-circonscription. » (fiche 3 et 4).

Comment la complémentarité peut-elle s’exercer avec des périmètres d’interventions et des modalités de fonctionnement qui ne sont pas les mêmes pour les différents « acteurs » et en l’absence de temps de réflexion communs ?

  • Les modalités de fonctionnement des enseignants E sont définies au sein de l’équipe d’enseignants spécialisés (sans les psy), conjointement avec les conseils des maîtres puis arrêtées par l’IEN (fiche 2).
  • Pour les G leurs modalités de fonctionnement sont définies par l’équipe d’enseignants spécialisés et arrêtées par l’IEN (fiche 3),
  • quant au psy c’est l’IEN qui les définit (fiche 4).
  • 3e mesure  : « Un travail académique sur la carte des postes dans le cadre du pilotage national et une relance de la formation » mais aucune programmation pluriannuelle n’est envisagée sur le quinquennat, et les quelques créations consenties, ne visent qu’à uniformiser la pénurie, en re-nivelant l’existant. De plus ces postes seront ponctionnés dans l’enveloppe du dispositif plus de maîtres que de classe : les élèves les plus fragiles de notre système scolaire ne sont pas encore vraiment la priorité du MEN.

Quant à la formation CAPA-SH, elle est jugée insuffisante (effectivement elle a quasiment disparut depuis 2008) et inadaptée (si l’on tient compte du désengagement du MEN à restaurer et développer les RASED), elle sera revue et redéfinie afin de s’adapter aux nouveaux contextes d’exercice, et aux nouvelles exigences du Pôle Ressource de Circonscription.

Au final :

Un pilotage renforcé de l’IEN, lui permettant de piocher dans son Pôle ressource en fonction des besoins (besoins singuliers des élèves les plus fragiles ou besoins d’une école du socle fortement réaffirmée ?) et des urgences, comme c’est déjà le cas ; un jour un psy, un autre jour un G ou un CPC, ou les 3 en même temps pour éteindre un feu qui ne cesse de se déplacer.

Une redéfinition qui transforme les enseignants spécialisés et les psychologues en « exécutants-ressource » des IEN prescripteurs. Que devient le rôle de concepteur (définition et construction des réponses d’aides) des réseaux, présent dans les textes de 2009 ?

Avec ce cadre redéfini, Le ministère affirme ainsi améliorer le pilotage en évitant l’autonomie complète des antennes Réseaux.

Il est clair qu’aujourd’hui, sans fonctionnement en antenne, sans dispositif de suivi transversal des élèves et sans périmètre d’intervention limité et à minima commun aux « acteurs », on ne peut plus parler de RASED.

Un tel pilotage existe déjà dans notre département*, depuis la dernière purge de 76 postes d’enseignants E et G en février 2012. Certains IEN plus visionnaires et passionnés de management que d’autres l’ont déjà mis en place via le Réseau de Circonscription. C’est bien là toute la question du pilotage. Son interprétation et les pratiques qui en découlent varient fortement d’un IEN à un autre ; Entre une relation de qualité garantissant un fonctionnement du RASED avec l’autonomie nécessaire à l’élaboration et à la mise en œuvre des projets d’aide et « un autoritarisme aveugle » fixant de façon unilatérale les « règles » et les modalités d’intervention des personnels RASED, il y de la marge.

Les nouveaux pôles Ressource se substituent aux Réseaux de circonscription, permettant au passage de faire disparaître de notre langage commun le mot et donc le concept de « réseau ».

A cela se rajoute un accroissement des missions des uns et des autres, en tant que « Ressource » auprès des équipes d’écoles et des circonscriptions.

  • Cf le bilan extrêmement négatif du fonctionnement des réseaux de circonscription du 31 adressé au DASEN et à la rectrice l’an dernier en pièce jointe.

Documents joints

Bilan RASED sur le 31
Bilan RASED sur le 31

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois