Déclaration préalable du SNUipp FSU 31 à la CAPD du 6 juin 2014

mardi 10 juin 2014
par  snu31
popularité : 3%

Monsieur l’Inspecteur d’Académie

Rythmes scolaires

Nous sommes le 6 juin 2014. Il s’agit de la date butoir fixée par le décret Hamon pour faire remonter les demandes d’expérimentation des rythmes scolaires auprès des services du Rectorat. Le Snuipp FSU est très attaché à la défense des conditions de travail de nos collègues ainsi qu’à la défense et à l’amélioration de l’école publique. Nous demandons que les propositions des Conseils d’École, que ce soit au sujet de l’expérimentation permise par le décret Hamon, ou, tout simplement pour améliorer le fonctionnement des écoles et des équipes après cette année calamiteuse, soient prises en compte.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, nos collègues sont fatigués d’injonctions diverses, des multiples réunions en dehors du temps de travail, de la non reconnaissance financière de leur travail et de leur investissement.

Sur les départs en formation CAPASH, il y a de gros dysfonctionnements. Des collègues ne sont pas remplacé-e-s. Ainsi, sur l’ITEP Montsaunes d’Aspet, 4 enseignant-e-s sur 6 ne seraient pas remplacé-e-s jusqu’à la fin de l’année ! Cette situation est inacceptable.

Que dire de la situation catastrophique du remplacement sur tout type de poste (classe et hors la classe) en cette fin d’année scolaire ? Le peu de formation continue qui disparait parce que le remplaçant, jugé inapte à enseigner pour la rentrée 2014 "renonce", les effectifs qui frôlent les seuils de sécurité et ne permettent plus un travail pédagogique adapté. Que penser de la pertinence et de l’efficacité du remplacement de psychologues par leur collègue de proximité leur imposant d’abandonner une partie de leurs interventions sur leur propre secteur ?

Temps partiels

Sur les temps partiels, c’est avec inquiétude que beaucoup de nos collègues attendent encore la décision de l’administration. Cette incertitude fait qu’ils, qu’elles sont dans l’impossibilité de s’organiser pour la rentrée prochaine. Nous demandons que l’administration qui a commencé à tenir compte des revendications des personnels sur cette question, au bout de plusieurs années de demandes des organisations syndicales accepte enfin toutes les modalités possibles pour tous.

Concours exceptionnel 2014

Sur le concours exceptionnel 2014, des dizaines de collègues ont été rayés des listes avec un ou plusieurs 0 éliminatoires. Chacun d’entre nous sait bien qu’une telle note ne peut être donnée que si le collègue ne dit strictement rien ou est complètement à côté du sujet. Cela est impossible. Le SNUipp-FSU 31 avait alerté sur les conséquences prévisibles des conditions faites aux candidats (préparation réduite, contrats dans les écoles etc). C’est la raison pour laquelle nous défendrons ces collègues dont beaucoup d’entre eux sont encore à nos côtés en remplacement de collègues en stage.

47 postes non pourvus à un concours de Professeur des écoles c’est aussi une grande première dans notre académie. Cela ne sera pas sans conséquences sur la Haute-Garonne.

Mouvement des personnels

Nous allons examiner la première phase du mouvement des personnels du 1er degré de la Haute Garonne. Le SNUipp FSU renouvelle sa condamnation du profilage des postes et continue à s’opposer à ce principe. Cette pratique entraîne injustices entre les collègues et opacité. C’est 28 catégories de postes qui sont concernées par cette pratique qui n’améliore en rien le Service Public d’Éducation.

A l’issue du 1er mouvement, 120 postes restent vacants sur le département dont pratiquement un tiers de titulaires remplaçants. Ce nombre est particulièrement élevé. 19 BD maladie ATD quittent leur poste sur Toulouse, 1 sur Saint-Gaudens et 2 sur Muret. Ce turn-over est un marqueur des conditions de travail. C’est peut-être aussi la réponse aux signaux envoyés par l’administration à propos de la réorganisation du service des remplaçants. Pour le Snuipp FSU, cette situation est liée à la dégradation des conditions de travail des collègues (classes surchargées, absence des RASED, rythmes Peillon). Il est à noter que les postes de ZIL « répiens » sont pourvus à 50 % seulement.

9 postes vacants de PEMF dont 4 Zep et 4 en maternelle. Pour le Snuipp FSU, c’est là aussi le signe d’une catégorie malmenée. Le nombre de stagiaires suivi par les PEMF est passé de 2 à 4 alors que leur décharge est passée de 1 jour et demi à 1 seule journée ! Cette situation a dégradé les missions de réflexion pédagogique et de production de documents. On voit le résultat.

27 postes dans le spécialisé restent vacants.

Enfin, les postes de direction. 28 directions vacantes dont 6 directions sans décharge, 18 directions à 1 jour de décharge, 4 directions à 2 jours de décharge. Là aussi, le SNUipp FSU rappelle sa revendication d’une augmentation du temps de décharge pour les directions d’école.

Cette rapide analyse chiffrée indique les postes et fonctions pour lesquelles les conditions de travail sont particulièrement difficiles.

Se rajoute, une certaine inquiétude quant à la capacité des IEN à faire preuve du minimum de bienveillance voire de respect auquel les personnels ont droit. Nous ne pouvons que regretter, malgré nos interpellations en CAPD, que certains collègues inspectés il y a 1 an voire 3 ans n’aient toujours pas reçu leur rapport d’inspection, impactant leur possibilité d’avancement. De même comment qualifier la non prise en considération des demandes d’aide et/ou de médiation faites par des collègues en situation difficile dans le cadre professionnel ?

Merci de votre attention.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois