Déclaration liminaire du SNUipp FSU 31 à la CAPD du 3 juillet 2014

jeudi 3 juillet 2014
par  snu31
popularité : 2%

Monsieur l’inspecteur d’académie, vous avez bloqué l’équivalent de 240 postes sur les phases 1 et 2 du mouvement pour accueillir les futurs PES des deux concours (session exceptionnelle et rénovée). Ces listes de postes réservés ont été communiquées très tardivement aux délégués du personnel. A aucun moment les organisations syndicales n’ont été consultées sur cette question notamment sur l’implantation de ces postes (contexte de l’école, roulement des implantations…). Aucune information ni explication n’a été faite en direction des écoles concernées. C’est avant tout la question de la formation qui est la première responsable de cette situation. A la sauce Darcos ou à la sauce Peillon, et malgré les annonces de refonte de la formation des enseignants en 2013, les modalités d’organisation de l’année de stagiaire restent sur les mêmes logiques. Les stagiaires sont placés sur le terrain tout de suite après le concours et utilisés comme moyens d’enseignement, d’où l’obligation de leur réserver des postes.

Ce n’est pas notre conception de la formation et nous dénonçons cette réforme. Le SNUipp-FSU revendique une véritable formation fondée sur des allers retours entre théorie et pratique, intégrant progressivement des stages de pratique accompagnée puis en responsabilité. L’entrée dans le métier doit être progressive.

Dans ce contexte, pour le Snuipp-Fsu il est nécessaire de protéger l’entrée dans le métier de nos collègues stagiaires, comme de nos collègues débutants.

Enfin, il ne faudrait pas que la question des postes réservés devienne source de division dans la profession. Titulaires et stagiaires ont tous subi, de façon différente, la mise en place des réformes de la formation. L’unité de la profession est essentielle pour le bon fonctionnement des écoles.

Malgré une fin du deuxième mouvement prévue pour demain, malgré l’épuisement du personnel de la DPE, vous nous proposez un groupe de travail à compter du 15 juillet pour la 3e phase.

Nous revendiquons que les trois phases du mouvement se tiennent sur le temps scolaire. A minima, le SNUipp FSU demande que, dans le respect des personnels et de leurs représentants, la troisième phase du mouvement ne se tienne pas au-delà du 14 juillet.

Depuis la décision de V. Peillon de tenir les instances de carte scolaire après le deuxième tour des élections municipales, le SNUipp FSU avait fait part de ses doutes sur la possibilité d’assurer un mouvement des personnels dans de bonnes conditions. Vous nous aviez répondu que cela dépendait d’un grain de sable. Nous y voilà !

De nombreux postes à profil sont restés vacants à l’issue de la 1re phase. Cela démontre l’inutilité de ces profilages qui ne permettent pas d’élargir le vivier.

Pour le Snuipp-Fsu, ces profilages sont inacceptables car, au-delà de l’inutilité, ils sanctionnent un traitement opaque et inéquitables des personnels.

Nous profitons de cette CAPD pour vous rappeler que nous revendiquons une répartition égale de la part variable de la prime ECLAIR. C’est une façon d’anticiper sur les conditions futures de versement de cette prime. Cela est possible et dépend de vous.

Vous venez d’envoyer aux écoles les IPE accordées aux collègues. Encore une fois, le nombre d’IPE est en baisse. Les IPE ponctuelles, en quelques années, sont passées de 10 puis 8 et cette année 2 par collègues pour des sorties en classe de découverte. Les IPE ne sont pas un cadeau accordé aux enseignants. Ce sont des heures qu’ils ont effectuées. Celles-ci ne leur sont même plus rémunérées. Dans le même temps le contrôle de leur temps de travail n’a fait qu’empirer ! En accordant l’ISAE d’un côté, le ministère donne d’un côté, ce qu’il reprend de l’autre.

Encore une fois, les possibilités d’intégration par liste d’aptitude au corps des PE ne permettront pas de satisfaire toutes les demandes. Pour rappel, au moment de la création du corps en 1990, l’ensemble des instituteurs devaient être intégré dans le corps des PE avant 2007, puis 2010. Nombre de collègues le souhaitant pourtant n’ont aujourd’hui encore pas la possibilité d’intégrer le corps de PE.

A propos des promotions, malgré une augmentation du ratio PROmouvables-PROmus, plus de la moitié des collègues partent sans atteindre le 11e échelon et donc sans parvenir à la HC.

Le SNUipp FSU tient à rappeler sa position : il revendique un corps des professeurs des écoles à une classe unique comportant 11 échelons, avec indice terminal 783 (dernier échelon de la Hors Classe actuelle) accessible par tous.

La hors classe reste une injustice dans le déroulement de carrière puisque seulement très peu de personnels y accède. La question de la HC, comme celle des promotions, entre en reconnaissance avec la question des salaires des PE qui font partie des moins bien payés de l’OCDE.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois