Déclaration du SNUipp-FSU 31 au Conseil de Formation du 29 janvier 2015

jeudi 29 janvier 2015
par  snu31
popularité : 3%

Formation continue

Les évènements récents ont mis en lumière toutes les dimensions que comporte l’acte éducatif dans les écoles. On ne peut réduire l’école aux apprentissages du "Lire, écrire, compter". Face à l’ampleur et la complexité de la tâche sur les questions de la laïcité et du vivre ensemble, le SNUipp-FSU demande l’organisation de demi-journées de formation banalisées sur la question de la laïcité.

Pour le SNUipp-FSU 31, il y a urgence à rétablir une formation continue de qualité sous forme de stages remplacés sur le temps de classe.

Cette année, quatre stages sur la "prévention du décrochage scolaire" ont été proposés par les services académiques. Au delà de la pauvreté de l’offre de formation, les thèmes généraux abordés ne correspondent pas à la complexité du métier. La maternelle est oubliée, alors que pour exemple, la scolarisation des moins de 3 ans aurait pu être un élément préventif intéressant.

Le besoin pour chaque enseignant de s’enrichir de savoirs nouveaux ou de questionnements sur ses propres pratiques impose une diversification de l’offre de formation articulée autour de la recherche. Les stages de formation continue doivent répondre aux besoins de formation exprimés par les collègues et les équipes, tout en s’appuyant sur un accompagnement et un échange de pratiques. Or d’après l’enquête que nous avons menée auprès des écoles, les thématiques proposées par les IEN dans les plans de formation de circonscription ne correspondent pas à des demandes d’équipe. Nous constatons également de très grandes inégalités selon les circonscriptions : les animations pédagogiques obligatoires variant de 6 à 18 h. Le nombre d’heures destiné à Magistère est très variable de 2 à 9h, et le thème est presque toujours imposé par l’IEN. Quant aux formations optionnelles, elles sont très hétérogènes, environ la moitié des écoles qui ont répondu en ont, mais dans des quotas d’heures très variables : de 2 à 12h ! Les stages de circonscriptions, permettant aux équipes de réfléchir sur des problématiques d’école, sont inexistants !

Les animations pédagogiques ont lieu presque exclusivement le mercredi après midi, ce qui est en totale contradiction avec ce que le Dasen s’était engagé à faire. Nous rappelons que le SNUipp-FSU s’oppose à la nouvelle organisation induite par la réforme des rythmes qui dégrade les conditions de travail des enseignants. Nous demandons de nouveau la sanctuarisation du mercredi après midi avec l’absence de réunions, animations pédagogiques sur cette demi-journée.

Le SNUipp-FSU revendique la création de postes de brigade afin de permettre le retour à une formation professionnelle digne de ce nom.

Pour le SNUipp-FSU, on ne pourra pas transformer l’école en faisant l’économie d’une formation continue de qualité incluse au temps de service. Nous continuons à défendre une formation continue sur temps de travail d’au moins 36 semaines sur la carrière. C’est une des raisons, avec les moyens et les salaires, de l’appel à la grève le 3 février.

Formation initiale

La réforme de la formation initiale s’est faite sans cadrage national et avec des moyens très insuffisants. De fait, elle ne répond pas aux exigences d’une véritable formation professionnelle de qualité. Aujourd’hui, sur le terrain, elle met les stagiaires en difficulté, à la fois empêchés d’investir une véritable formation professionnelle de qualité par le poids du mi-temps en classe et empêchés de préparer leur classe par des exigences à l’ESPE intenables. Ils sont bel et bien malmenés par l’institution.

Sur la partie formation professionnelle, nous avons adressé, avec les autres syndicats de la FSU, un courrier au directeur de l’ESPE avec copie à la rectrice, pour lui demander l’abandon de l’exigence de validations d’UE pour les stagiaires en formations adaptée, l’assouplissement des conditions de la titularisation, la révision des modalités d’évaluation choisies et de faire cesser la pression sur les stagiaires.

Le SNUipp-FSU 31 rappelle sa revendication d’un stage en responsabilité à 1/3 temps pour l’année de PES ainsi que des moyens suffisants affectés pour la formation des enseignants.

Sur le département, les conditions de suivi et d’accompagnement sur le terrain se sont dégradées pour tous les stagiaires : 6 stagiaires par PEMF, une seule visite dans l’année et disparition des stages de pratique accompagnée.

Quant aux stagiaires du concours exceptionnel, à 100% en responsabilité de classe toute l’année, avec les mêmes obligations de service que les titulaires, ils n’ont de stagiaire que le nom. Vu le sort qui leur est fait, le SNUipp-FSU 31 sera vigilant sur les procédures de titularisation et demande d’ores et déjà une attention particulière pour ces collègues, sous forme de stage de pratique accompagnée et didactiques, pour leur année de T1.

La rectrice leur concède une formation de trois jours pendant les vacances scolaires d’hiver ! Le SNUipp-FSU 31 dénonce très fortement cette décision qui va à l’encontre des obligations réglementaires de service des fonctionnaires. C’est pour cela que l’administration ne pourra pas convoquer les collègues sur les vacances scolaires.

Le SNUipp-FSU exige qu’aucune pression, en particulier concernant la titularisation des stagiaires, ne soit exercée.

La formation doit avoir lieu sur le temps de travail avec moyens de remplacement affectés à cet effet. D’ailleurs les formateurs ESPE, bien conscients des problèmes posés par le cadre de cette formation, ont refusé de la dispenser. Il est donc demandé aux PEMF de la Hte-Garonne de se substituer aux carences de l’administration. Nous nous opposons aux pressions implicites exercées sur les collègues maîtres-formateurs pour leur participation à cette formation.

Charge de travail colossale, absence de formation, manque d’accompagnement sur le terrain telles sont les conditions d’entrée dans le métier de nos collègues dans la Haute-Garonne.

Enfin, concernant les formateurs de terrain que sont les PEMF, ils ont été intégrés sans cohérence aux équipes pluri-professionnelles de l’ESPE. Le SNUipp-FSU 31 demande qu’un groupe de travail académique se mette en place pour travailler sur les missions des maîtres formateurs et leur collaboration avec l’ESPE

Pour le SNUipp-FSU 31, une formation initiale de qualité pour l’ensemble des stagiaires est une exigence forte pour un service public de l’Education ambitieux.

Parce qu’on ne transformera pas l’école sans des enseignants bien formés, il y a urgence à rouvrir le chantier de la formation initiale et continue et fournir au service public les enseignants de qualité dont les élèves ont besoin.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois