Migrations : ouvrons les frontières de l’Europe

vendredi 4 septembre 2015
par  snu31
popularité : 1%

Face aux drames en cours aux frontières de l’Europe depuis plusieurs mois, il est temps de dénoncer la violence et l’hostilité que ces réfugiés subissent. Injustice, inégalités, on nous trompe sur les responsabilités en jeu.

« Le propre de la solidarité, c’est de ne point admettre l’exclusion » (Victor Hugo). En Éducation Morale et Civique, nos élèves vont plancher sur des maximes généreuses. Pendant ce temps, l’Europe maintient ses frontières à peu près fermées.

Une souffrance insupportable, que l’Europe aggrave.

Depuis janvier, plus de 300.000 personnes en souffrance, menacées, contraintes d’abandonner leurs terres et leurs maisons, ont tenté de rallier l’Europe en traversant la Méditerranée. Plus de 2.500 y ont trouvé la mort.

L’« accueil » de l’Europe est marqué par l’hostilité.

Rondes de police, interpellations, sécurisation des frontières (A Calais, les « barrières de la honte », à la frontière Hongrie/Serbie, mur de 175 km), démantèlement de campements et expulsions de squats. La France ne veut pas les héberger dignement, mais les rendre moins visibles, et leur ôter toute envie de rester. Hormis certains faits qui nous plongent dans l’émotion ; enfant de 3 ans mort sur une plage en Turquie, « camion de la mort » en Autriche... , une image négative se dessine à travers une terminologie qui autorise la haine et le racisme. Ces personnes n’auraient aucun droit, menaceraient notre sécurité, seraient une nuisance. Se construit ainsi la figure de l’étranger indésirable, « étrange étranger »…

Où est la violence ?

Mais les hordes qui nous envahiraient ne sont qu’un mythe. Les Syriens qui viennent en Europe sont 400 000 (moins de 0,05 % de la population européenne), 2 millions en Turquie, 1 au Liban . En fait, ce sont les boucs émissaires. Une partie croissante des Européens, fragilisée par la crise, développe un sentiment hostile à l’encontre de ces personnes victimes des guerres ou de la misère. Et pendant ce temps, on tolère que les 10 % les plus riches du monde détiennent 86 % de la richesse mondiale, que la moitié de la population mondiale ne dispose que de 0,5 % de cette richesse, que les plus grandes fortunes échappent à l’impôt et piétinent la solidarité.

Ces réfugié-e-s mettent en relief la violence de notre monde. Violence liée aux conflits, mais aussi violence économique, sociale et de plus en plus idéologique.

Pour le SNUipp-FSU, la solidarité s’impose

Le Snuipp-FSU, se range au côté des victimes de ce monde inégalitaire et combat les logiques nationalistes et de divisions des peuples. Nous avons les moyens d’accueillir les réfugiés et de répondre aux besoins de ces populations. Il ne s’agit pas d’offrir quelques places dans le « monde d’en haut », mais de garantir le respect des droits humains universels, dont la liberté de circulation et d’installation. Réfugié-es politiques, migrant-es économiques, et réfugié-es climatiques, tous sont légitimes.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

RÉSEAUX SOCIAUX

lundi 31 août 2015

RÉSEAUX SOCIAUX

PNG - 9.5 ko

Retraite

lundi 18 mai 2015

RAPPEL RETRAITE : RENVOI DES PIÈCES POUR LE 6 OCTOBRE 2017

La circulaire rectorale du 4 avril 2017 ICI précise que les pièces à fournir pour le départ à la retraite en septembre 2017 doivent parvenir pour le 6 octobre 2017 dernier délai. Lire l’article et pièces pour le dossier ICI

Formulaire à renseigner pour demander le calcul de votre pension :

Pour renseigner le formulaire, n’hésitez pas à vous référer à vos données personnelles figurant sur I-Prof.

Si vous avez occupé ou occupez les fonctions de direction, précisez la durée dans la rubrique "Remarques complémentaires".

Voir aussi : Retraite : connaître la loi adoptée

Remplacement

vendredi 27 février 2015

La situation se dégrade dans le département. Le SNUippFSU encourage les collègues à signaler systématiquement les remplacements non effectués. Pour cela, remplir l’enquête en cliquant ICI.