Déclaration liminaire du SNUipp FSU 31 à la CAPD du 8 septembre 2015

mardi 8 septembre 2015
par  snu31
popularité : 2%

Monsieur l’Inspecteur d’Académie

Cette CAPD de bilan du mouvement 2015 est bienvenue. Encore une fois, le retard pris, sur les opérations du mouvement, dû à la décision de la ministre de déplacer la carte scolaire de février à avril 2015, a mis à mal de nombreux collègues et les services du personnel de la DPE.

Nous souhaitons revenir sur les principales difficultés que nous avons rencontrées :

  • Les associations de postes publiées lors de la phase 2 n’ont pas systématisé le regroupement par école. Des écoles se sont retrouvées avec parfois 3 collègues pour assurer un équivalent de service à 100%.
  • Le 2nd mouvement, la 3e phase manuelle et la nomination le 18 juillet 2015 des PES ont été très tardifs et ont empêché beaucoup de collègues de prendre contact avec les écoles. Cela occasionne, encore maintenant, des difficultés de répartition des postes dans les écoles et de complément de temps partiel entre collègues.
  • Lors de la phase manuelle, les postes de brigades n’étaient pas étiquetés de manière explicite (BDFC, BD maladie, BD st long, ZIL et ZIL REP+). Nous nous étions mis d’accord pour que les collègues PET1 et PET2 affectés sur ces postes aient, dès que possible, une affectation la plus longue possible à l’année sur un poste d’adjoint.

Or, certains collègues PET1 ou PET2 se sont vus affectés, contrairement aux règles de la circulaire mouvement, sur des remplacements en ASH, une autre collègue PET1 affectée comme BD sur Jules Ferry élémentaire à Toulouse, est sortie de son affectation alors qu’elle avait fait la rentrée sur une classe de CP et que les collègues, et elle-même, souhaitaient qu’elle reste en place.

  • Beaucoup d’écoles nous ont interpellé car il manquait un enseignant ou des compléments de service pour la rentrée scolaire, manque qui perdure, sur des écoles jusqu’à aujourd’hui.
  • L’association de postes pour remplacer des collègues à 66% n’est pas possible. Pourtant plusieurs collègues se sont retrouvés devant cette difficulté et ont dû être réaffecté.

Au-delà des cafouillages divers on peut citer par exemple, une collègue en détachement du 2nd degré affecté après la rentrée en SEGPA, une collègue PET1 qui a vu son affectation changée trois fois entre juillet et la rentrée scolaire alors qu’elle avait déjà préparé sa rentrée, les problèmes de communication n’ont pas aidé à résoudre les situations rapidement.

Nous avons, tout au long des opérations des diverses phases du mouvement, essayé d’être dans notre rôle de vérification et de contrôle. Le SNUipp-FSU31 s’est toujours porté volontaire pour apporter son expérience et ses liens avec le terrain lors de ces opérations. Car il y va de l’intérêt de tous, administration, enseignants et élèves, que la transparence et l’équité président lors des affectations. Mais la non réponse à nos courriels et l’impossibilité de contacter les services par téléphone n’ont simplifié la tâche ni des uns ni des autres. Nous voulons croire que ce manque de communication est uniquement dû au manque de personnel et à la complexité chronophage du travail d’affectation.

Le dialogue direct doit rester possible. Il est irremplaçable. Un effort de communication avec les représentants du personnel s’impose, c’est aussi le sens du paritarisme.

Il serait temps, M. l’Inspecteur d’Académie, que vous preniez la mesure du problème et que vous renforciez de manière conséquente l’équipe de la DPE5. Nous sommes inquiets de la conséquence de la fusion des services et de la diminution des postes qui en découle et pénalise les personnels dans les services comme dans les écoles.

Sur le temps partiel, les décisions tardives ont bloqué ou retardé en partie les affectations. Nous demandons à nouveau que les demandes des collègues soient respectées et les réponses données au plus tôt.

En ce qui concerne les Ineat, nous n’avons eu aucune communication des services à ce sujet. Les Ineat décidé par l’académie en juillet et août n’ont pas pris en compte les demandes de mutation de nombreux collègues. 6 collègues PES de la liste complémentaire qui, pour la plupart, avaient demandé la Haute-Garonne ont été affectés dans les Hautes-Pyrénées alors que plusieurs de nos collègues titulaires de la Haute-Garonne habitent Tarbes voire les Hautes-Pyrénées.

La perte de pouvoir d’achat subie ces dernières années, 6% depuis le gel du point d’indice en 2010, 17% depuis 2000, une ISAE insuffisante à 400€ soit 33€ brut mensuel, mettent de plus en plus d’enseignants du primaire en difficulté financière et sociale. Pour un enseignant stagiaire, c’est 30% de perte de pouvoir d’achat en 15 ans. Cela suffit ! Pour le SNUipp-FSU31, les efforts financiers ne doivent pas toujours peser sur la fonction publique et ses personnels. Le SNUipp, avec la FSU revendique la fin du blocage du point d’indice, la reconstruction de la grille avec une augmentation de 50pts d’indice, l’avancement des collègues au rythme le plus rapide. L’ISAE doit être portée à 1200€ comme l’ISOE de nos collègues du secondaire. Le SNUipp-FSU n’est pas favorable à la création d’un troisième grade.

Une journée d’action est fixée le 8 octobre pour mettre en avant ces revendications. Le SNUipp-FSU 31 y prendra toute sa place.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois