Déclaration du SNUipp-FSU 31 au Conseil de Formation du 17 juin 2016

vendredi 17 juin 2016
par  snu31
popularité : 1%

Formation continue

Cette année a été une nouvelle fois marquée par une formation continue complètement sacrifiée en Hte-Garonne. L’essentiel du PDF présenté en octobre 2015 concernait les formations dites institutionnelles et/ou à public désigné (non remplacées et incomplètes pour les directeurs-trices) et à quelques exceptions près, une compilation des animations pédagogiques des circonscriptions. Animations qui se tiennent en majorité le mercredi après-midi, ce que nous denonçons. Avec une situation du non-remplacement catastrophique sur le département, constituant certainement une des pires années jamais connues, la formation continue, malgré les annonces ministérielles, n’est toujours pas une priorité. Pourtant, il y a urgence à faire de la formation continue des enseignants une des grandes priorités de l’école. De l’OCDE à la Cour des comptes, en passant par l’Inspection générale, tous les spécialistes s’en alarment. Nous n’avons pas été destinataires de documents de travail pour cette réunion. Le SNUipp-FSU 31 demande un bilan des actions menées pour l’année 2015-2016. De nouveau, nous demandons que notre droit à une formation continue sur temps de travail d’au moins 36 semaines sur la carrière soit respecté.

La ministre a beau annoncer (en janvier dernier) la mise en place d’un comité national d’orientation de la formation dans le premier degré, avec objectif, pour la rentrée 2016, de la mise en place d’un « plan exceptionnel de formation continue d’un niveau comparable à ce qui s’est fait pour le collège », nous ne voyons rien venir : aucune précision sur le rôle assigné à ce nouveau comité, aucune information au sujet des contenus et des volumes de ces formations. La rentrée 2016 approche à grands pas et avec elle, de nouveaux livrets scolaires, de nouveaux programmes, qui n’ont toujours pas été envoyés en version papier dans les écoles comme nous le demandons, et des attentes fortes de notre profession en quête d’enrichissement de ses connaissances professionnelles.

Car urgence, oui il y a  : 20 % d’élèves en grande difficulté au sortir de l’école primaire, soit un élève sur cinq dans nos classes, une augmentation des inégalités scolaires et un échec scolaire qui touche essentiellement les enfants issus des milieux populaires. Pour le SNUipp-FSU, qui porte haut et fort la réussite de tous les élèves, si cette ambition est une question de moyens, elle est aussi une question de pratiques pédagogiques et donc de formation initiale et continue. Réussir la scolarisation des moins de 3 ans, co-intervenir, co-enseigner avec le plus de maîtres que de classes, interroger le rapport à l’école des élèves issus des milieux populaires qui font 54% de nos classes, tout cela ça s’apprend…

Comment ? En ayant du temps pour acquérir une réflexivité sur les pratiques, pour réactualiser ses connaissances sur les apprentissages des élèves. Mais aussi en favorisant les échanges entre pairs, en accédant aux travaux les plus récents de la recherche en éducation, en s’enrichissant du regard d’autres professionnels.

Tout cela passe par des stages de formation qui doivent avoir lieu sur le temps de classe et être librement choisis, accessibles à tous les enseignants. La formation continue doit offrir des formations variées (formation d’équipes, pédagogies coopératives et innovantes, accès à la recherche…). Elle doit être distinguée des animations pédagogiques et ne peut être remplacée par de la formation à distance. Si M@gistère peut être une ressource, cela ne peut pas remplacer les temps collectifs de formation en présentiel.

Pour le SNUipp-FSU 31, la mise en place de la formation continue doit prendre en compte les besoins exprimés par les équipes. En ce sens, nous vous demandons d’organiser de manière urgente un recensement des besoins dans les écoles.

Dès la rentrée 2016, le SNUipp-FSU 31 lancera une enquête « Formation continue » à destination des collègues du département dans le but de recenser ces besoins. Un bilan sera exposé lors du conseil de formation de rentrée.

Les formations spécialisées

Depuis plusieurs années, ces formations (hormis pour les options D et quelques départs en F) sont au point mort ; DDEEAS, DEPS, options G, E, C, B. Cette situation se solde par des postes vacants, ou des personnels sur postes sans spécialisation. Quand à la formation continue des enseignants de l’ASH sur le temps de travail, hormis 5 possibilités de départ pour les modules nationaux (pour une cinquantaine de demandes), ce n’est certainement pas avec ces choix que l’école inclusive dans notre département peut prendre toute sa place. Nous pouvons acter de façon positive, le début d’une formation continue pour les psychologues scolaires (rencontres analyse de pratique), malheureusement les possibilités offertes en nombre de places, ne répondent pas aux besoins.

Formation initiale

A l’épreuve du terrain pour la troisième année, la réforme de la formation initiale est un échec. Charge de travail infernale pour les stagiaires dont certains sont en situation de souffrance, volumes de formation insuffisants pour prendre en compte tous les aspects de notre métier, formation jugée peu professionnalisante, parcours adaptés qui ne répondent pas à l’hétérogénéité des cursus antérieurs. Les stagiaires, utilisés comme moyens d’enseignement, avec un mi-temps en classe écrasant, ne sont plus dans une logique de formation. Cela les amène à développer une conception utilitariste de leur formation à l’ESPE. Avec une année dévolue à la préparation du concours et une seule année de formation en urgence : voilà quelles sont les conséquences d’un concours placé en milieu de master. Pour nous, le stage en responsabilité ne doit pas dépasser le tiers-temps et être un lieu et un temps réels de formation. Dans ce conseil de formation, nous sommes certainement tous d’accord pour dire qu’il faut une formation professionnelle de haut niveau si on veut construire l’école de la réussite de tous. Or aujourd’hui, nous sommes bien loin des ambitions affichées par la réforme de la formation tant attendue. Si l’administration départementale n’a pas vocation à réécrire les textes ministériels, pour autant, l’employeur qu’est le rectorat et de son côté l’ESPE, doivent entendre les difficultés rencontrées par les stagiaires et réfléchir aux conditions de formation et de mise en stage des PES du département. Dans le cadre contraint de la réforme, des leviers peuvent être actionnés pour favoriser une entrée moins brutale dans le métier et moins vécue violemment.

Pour les stagiaires, le SNUipp-FSU 31 demande dès la rentrée :

  • des conditions de suivi et d’accompagnement précisées par écrit dès le début de l’année ;
  • des procédures d’aide précisées par écrit dès le début de l’année ;
  • une harmonisation des demandes des différents tuteurs PEMF, CPC et PESPE en termes d’attente et d’exigences afin de traiter équitablement les PES ;
  • l’exemption de l’APC ;
  • la possibilité d’effectuer les animations pédagogiques sur le principe du volontariat.

PEMF

Pour assurer leurs missions et répondre à des conditions d’exercice dégradées ces dernières années, les PEMF du département, confrontés à un nombre de stagiaires toujours croissant, doivent pouvoir bénéficier d’un quart de temps de décharge comme le prévoit le décret 2015-883 du 20 juillet 2015.

A l’heure de la mise en place des nouveaux programmes, la transformation de l’école repose sur la formation initiale et continue. C’est la ligne adoptée par tous les pays qui ont réformé avec succès leur système éducatif et qui investissent dedans. Le dernier rapport de l’OCDE est sur ce point édifiant : la France reste, avec l’Allemagne, le pays qui dépense le moins pour le premier degré. On est même 29% en dessous de la moyenne OCDE.

Décidément, les mots et déclarations résistent mal à l’épreuve des faits ! Le SNUipp-FSU a fait le choix d’être au côté des personnels en toute indépendance, c’est pour cela qu’il continue à exiger avec la profession une formation initale et continue à la hauteur des enjeux d’une école émancipatrice et de la réussite de tous !


Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois