Déclaration du SNUipp sur la rentrée paticulière...

mardi 18 octobre 2016
par  snu31
popularité : 3%

Déclaration du SNUipp FSU 31 à la CAPD du 17 octobre 2016

Monsieur le Directeur Académique, Cette CAPD, qui se situe en fin de première période, va nous permettre de faire un bilan de cette rentrée particulière.

Une rentrée particulière parce que se déroulant dans un contexte post attentats, un climat anxiogène propice aux dérives stigmatisantes et racistes. Un climat où l’autre est suspecté (pas n’importe quel autre bien sûr…), où les « welcome » aux réfugié-es sont étouffés par les « Pas de migrants chez nous ! »… Dans ce contexte, le lancement de la rentrée par un inédit duo Education Nationale / Ministère de l’intérieur, relayé par les médias, n’a pas manqué d’alimenter cette anxiété. Tout cela pour annoncer des mesures dont se moque bien le terrorisme mais qui amplifie les peurs, les défiances et les stigmatisations, là où la raison et l’objectivation devraient être de mise… Là où l’information et la forma­tion des personnels face aux divers risques auraient été indispensables….

Une rentrée particulière avec, dans notre département, un dispositif nouveau, à défaut d’être innovant, celui de moins de maîtres que de classes… C’est bien sûr la faute à un sous-nombre exceptionnel dont l’ampleur ne cesse de se révéler. La seule réponse donnée par la Rectrice à cette pénurie, fut le recrutement de personnels contractuels, alors que des dizaines de candidats attendaient sur la liste complémentaire… Il a fallu une mobilisation des inscrit-es sur LC et de l’intersyndicale, poursuivie par des interventions et des interpellations du SNUipp-FSU au niveau ministériel pour que la raison l’emporte. La raison imposerait une convocation immédiate du jury académique pour rallonger la LC maintenant épuisée et faire face aux besoins croissants. La réponse rectorale est un NON. Un NON obstiné sans qu’aucune raison, aucune réponse argumentée ne soit données.

Au-delà des causes de ce sous-nombre qu’il faudra bien analyser, il ne s’agira pas d’en prendre prétexte pour réduire à nouveau les droits des personnels, droit à muter dans un autre département, droit à un temps partiel choisi. On le verra par la suite, les collègues sont suffisamment pressurés, pour que vous n’en rajoutiez pas, Monsieur le DASEN…

Ce sous-nombre, combiné à celui des services, est à l’origine de dysfonctionnements importants : écoles fonctionnant pendant plusieurs semaines sans le collègue attendu, brigades bloquées sur des postes vacants, collègues en formation CAPASH (Itep, EREA, SEGPA) non remplacés pendant qu’ils sont en formation, au moins un poste de ZIL REP+ manquant pour assurer la pondération en REP +, 4 écoles qui ont moins de maîtres que nécessaire pour le plus de maîtres que de classe, des classes d’ULIS qui dépassent toujours les effectifs prévus par les textes, un dispositif de remplacement désorganisé qui voit les Brigades prévenues au dernier moment, plusieurs remplaçants pour un même enseignant quand d’autres ne sont pas remplacés, brigades affectés sur des écoles où il n’y a personne à remplacer, etc… tout cela ayant bien sûr des incidences sur les collègues, les écoles, les élèves...

Et il faut ajouter à tout cela la situation des 600 élèves nécessitant un accompagnement d’AESH qui s’en sont trouvés dépourvus, la rentrée venue (400 sont encore dans cette situation), celle des collègues AVS sans affectation, celle des 140 directeurs qui ont vu leur aide à la direction supprimée. On comprendra qu’il faudra cette fois-ci forcer la dose de mauvaise foi pour prononcer sans rougir la traditionnelle annonce censée rassurer la population : C’est une rentrée réussie ! … (La suite en PJ, ci-dessous)


Documents joints

Déclaration SNUipp-FSU 17 octobre 2016
Déclaration SNUipp-FSU 17 octobre 2016

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois