Déclaration du SNUipp FSU 31 Au CTSD de la Haute Garonne

mardi 24 janvier 2017
par  snu31
popularité : 2%

Monsieur l’Inspecteur d’Académie DASEN

Le nombre moyen d’élèves par classe reste plus important en Haute Garonne que le nombre moyen d’élèves dans les classes en France. Quand on sait que la France compte près de 2 élèves en plus que les pays de l’OCDE, cela en dit long sur la situation de l’école dans le département.

On peut en dire autant du taux d’encadrement en Haute Garonne par rapport au taux d’encadrement moyen national. Là aussi, la France souffre de la comparaison avec les autres systèmes éducatifs de pays développés avec 5 élèves de plus par enseignant-es. Sur le terra in cela se traduit par un manque de moyens pour le remplacement, la formation ou la prise en charge de la difficulté scolaire.

Cinq ans après avoir proclamé la priorité à l’école primaire, le sous investissement se maintient avec une différence de 15 % par rapport à l’investissement moyen de 11 pays comparables*.

Dans ce contexte, la dotation de 122 postes pour le 1er degré en Haute Garonne, ne modifiera pas les faits suivants :

  • les classes du département sont toujours trop chargées. 128 écoles élémentaires sont à 25 élèves de moyenne ou plus et 56 écoles maternelles à plus de 30 de moyenne !
  • La formation continue est toujours sous dimensionnée, avec des modalités insatisfaisantes en particulier du point de vue de la durée des formations mais aussi de leur nombre et des public concernés.
  • Les créations de postes de titulaires remplaçants de la dernière carte scolaire s’avèrent insuffisantes, et ne nous parlez pas de l’épidémie de grippe : la situation était déjà mauvaise en octobre...

L’an passé, vous avez ouvert 8 ULIS écoles pour en fermer 2 à cause de secteur mal définis. L’ULIS de l’EEPU de La Maourine a été implantée sans aucune concertation et accompagnement vis-à-vis de l’équipe. La mairie de Toulouse n’a pas prévu de dotation pour l’ULIS au motif que ce n’était pas une classe. Enfin, il n’y a pas eu de référent-e de scolarité pendant plusieurs mois. Pas étonnant que dans ces conditions, l’inclusion soit mal vécue.

14 écoles avec ULIS hors éducation prioritaire ont des effectifs supérieurs aux seuils d’ouverture si on compte les élèves d’ULIS. Elles sont 3 en REP ou REP + dans cette situation. Il y a urgence à valider l’indication d’attention particulière aux écoles ayant une ULIS dans les opérations de carte scolaire. Cela serait un signe fort d’engagement vers une école inclusive respectueuse des personnels et des besoins des élèves en situation de handicap.

Le SNUipp FSU demande que les ULIS soient comptées comme une classe pour calculer la décharge de direction ce qui est fait dans le 31 et que ses effectifs soient pris en compte sans que l’enseignant-e le soit ce qui n’est pas encore fait.

Les RASED, dont les missions ont pourtant été confirmées par la circulaire du 18 août 2014, sont totalement absents de votre bilan 2016, en terme de dispositif d’adaptation scolaire au sein des écoles. Cela est-il le signe du peu d’intérêt que vous portez aux missions de prévention et d’accompagnement spécialisé des élèves en difficulté ? Alors que nous vous alertons depuis votre arrivée, sur la nécessité de reconsidérer le vivier des enseignants E et G, vous supprimez pour 5 circonscriptions les postes G que vous transformez en poste de maîtres supplémentaires.

Par ailleurs dans ce contexte de pénurie d’aides aux élèves en difficulté, il y a toujours 6 secteurs de psychologues scolaires à plus de 1500 élèves dont deux à plus de 1700 et un à plus de 1800 !

Vous continuez à traiter en "REP moins" 9 écoles toulousaines. Le SNUipp FSU 31 considère qu’il y a une rupture d’égalité du service public entre les écoles REP du département.

Vous poursuivez la création de plus de maîtres que de classes. On s’en réjouit mais on constate malheureusement que ces postes ne sont pas couverts dans les écoles. Ainsi, les écoles Galia, Victor Hugo, Papus et Faucher 2 n’ont toujours pas d’enseignants sur ces postes pourtant financés !

Le SNUipp-FSU 31 demande avec d’autres organisations une dotation exceptionnelle au service du projet de mixité scolaire du Conseil Départemental. Le SNUipp-FSU 31 revendique que des poste de PE soient déployés dans les collèges qui vont scolariser les CM2 des écoles REP +.

Conformément à la circulaire n° 2016-148 du 18-10-2016, les maîtres formateurs doivent bénéficier d’un allègement d’un tiers de leur service hebdomadaire d’enseignement à compter de la rentrée 2016. En début d’année, le SNUIpp-FSU 31 avait dénoncé la méthode consistant à ouvrir de nouveaux droits alors que l’organisation du service était déjà actée et mise en œuvre. Or pour la rentrée 2017, l’allègement de service pour les PEMF n’apparaît pas sur les documents de travail. Le SNUipp-FSU 31 demande la création de postes supplémentaires de complément de service permettant l’allègement de service de tous les PEMF à hauteur d’un tiers temps, comme le stipulent les textes réglementaires.

Après ce tour d’horizon, on peut dire que aller un peu mieux ne signifie pas du tout aller bien. L’auto satisfaction est inopportune. Dans les classes, cinq ans après la priorité donnée à l’éducation, la réalité a peu changé. L’engagement pour l’école publique, non seulement ne doit pas faiblir mais il doit s’amplifier.

  • Suisse, Danemark, Autriche, Belgique, Canada, Japon, Finlande, Pays-Bas, Australie, Allemagne, Irlande.

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois