Tous en grève et dans la rue contre la loi travail version Macron !

lundi 28 août 2017
par  snu31
popularité : 1%

En Haute Garonne tous en grève et à la manif le mardi 12 septembre à l’appel de la CGT 31-Solidaires 31 -FSU 31 :

Toulouse 14H Arnaud Bernard

AG à 10h à la Bourse du Travail

Saint Gaudens 17h15 Jean Jaurès

Pourquoi le SNUipp FSU 31 appelle à se mettre en grève et à manifester le 12 septembre ?

Les mobilisations de l’an dernier ont obligé le gouvernement précédent à expurger de son projet toute une série de régressions majeures pour les droits des salarié-e-s de ce pays . Pour autant, le MEDEF et le gouvernement n’ont pas renoncé. La version XXL de Macron est là pour en témoigner.

La précarisation du salariat fragilise la fonction publique et ses agents. La vieille antienne qui veut faire passer les fonctionnaires pour des privilégiés sera reprise. Non seulement le gouvernement impose le jour de carence, le gel du point d’indice, le report d’une partie de PPCR mais en plus Blanquer s’exprime dans la presse sur des enseignant-e-s, premier degré compris, directement recruté-e-s par les chefs d’établissement. Ce serait un changement statutaire majeur.

Pour nous, tout ce qui peut mettre en échec le gouvernement dans sa volonté de remettre en cause le code du travail, la protection sociale, les retraites, etc. entre dans un rapport de force général protecteur. Tout échec du gouvernement l’entravera dans son projet global.

La loi travail, un aspect majeur d’une offensive générale contre les droits des travailleurs.

La loi travail du gouvernement Macron se situe dans le cadre d’une offensive générale et radicale contre les acquis sociaux issus du rapport de force entre le capital et le travail en 1945.

Le gouvernement veut :

  • Précariser les salarié-e-s
  • Remettre en cause la retraite par répartition (comptes notionnels)
  • Défaire les services publics et développer la délégation de services publics.
  • Enlever la gestion de la Sécurité Sociale aux représentant-e-s des salarié-e-s
  • Remettre en cause la fonction redistributive de l’impôt.

La liste n’est pas exhaustive. Face à ce projet, tous les secteurs du salariat ont besoin de se rassembler. Toute défaite de ce gouvernement l’affaiblira sur l’ensemble de ses projets.

Un premier rendez-vous.

Même si les mobilisations de l’an passé contre la loi travail n’ont pas réussi à faire totalement reculer le gouvernement, la nouvelle offensive contre les droits des salarié-e-s montre que les grèves et mobilisations n’ont pas été sans effes, obligeant le gouvernement à modifier son projet.

La version Macron-Philippe-Pénicaud, en plus d’une méthode qui contourne le débat parlementaire et démocratique, reprend ce que nos luttes avaient réussi à faire enlever.

Ce qu’ils veulent :

  • Suite à un accord d’entreprise, le contrat de travail pourra être modifié sans le consentement explicite du salarié, même pour des éléments essentiels comme le temps de travail ou le salaire (article 1)
  • Les dommages et intérêts obtenus aux prud’hommes seront plafonnés : il suffira au patron de budgétiser à l’avance le montant qu’il devra pour pouvoir licencier sans cause réelle et sérieuse. (article 3 )
  • Une entreprise faisant partie d’un groupe pourra effectuer des licenciements économiques même si le groupe fait des profits. (article 3)
  • Le délai pour avoir recours aux prud’hommes sera réduit, rendant la procédure plus difficile pour se défendre. (article 3)
  • Les licenciements pour inaptitude seront facilités et l’obligation de reclassement sera réduite (article 3)
  • L’emploi de contrats précaires sera facilité en permettant aux branches de définir par accord les motifs de recours aux CDD et à l’intérim. (article 3)
  • La précarité de l’emploi sera accentuée par l’extension à d’autres secteurs du "CDI de projet" actuellement réservé au secteur du bâtiment. C’est la fin programmée du CDI. (article 3)
  • Les règles du travail de nuit pourront être différentes d’une entreprise à l’autre puisqu’elles pourront faire l’objet d’un accord d’entreprise. (article 3)
  • Les règles de la pénibilité du travail permettant de partir plus tôt à la retraite seront modifiées, 4 critères de pénibilité seront supprimés : manutention de charge lourde, posture, vibration mécanique, exposition aux risques chimiques. (article 5)
  • Les accords d’entreprises pourront déroger à ce qui est prévu par les accords de branches sur certains domaines. C’est la casse des conventions collectives et le dumping social programmé au sein d’un même secteur de l’économie. (article 1)
  • Les patrons pourront mettre en place un référendum pour imposer un accord minoritaire, avec tous les moyens de pression et de chantage dont ils disposent (article1)
  • Le gouvernement pourra modifier à volonté le code du travail pour l’adapter aux nouvelles règles résultant des ordonnances (article 6)

En PJ, l’appel unitaire des syndicats de l’Education Nationale du 31.

Et ICI, la FSU dans l’Action.


Documents joints

Appel syndicats Educ
Appel syndicats Educ

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

RÉSEAUX SOCIAUX

lundi 31 août 2015

RÉSEAUX SOCIAUX

PNG - 9.5 ko

Retraite

lundi 18 mai 2015

RAPPEL RETRAITE : RENVOI DES PIÈCES POUR LE 6 OCTOBRE 2017

La circulaire rectorale du 4 avril 2017 ICI précise que les pièces à fournir pour le départ à la retraite en septembre 2017 doivent parvenir pour le 6 octobre 2017 dernier délai. Lire l’article et pièces pour le dossier ICI

Formulaire à renseigner pour demander le calcul de votre pension :

Pour renseigner le formulaire, n’hésitez pas à vous référer à vos données personnelles figurant sur I-Prof.

Si vous avez occupé ou occupez les fonctions de direction, précisez la durée dans la rubrique "Remarques complémentaires".

Voir aussi : Retraite : connaître la loi adoptée

Remplacement

vendredi 27 février 2015

La situation se dégrade dans le département. Le SNUippFSU encourage les collègues à signaler systématiquement les remplacements non effectués. Pour cela, remplir l’enquête en cliquant ICI.