Déclaration au CTPD du 07 septembre 2009

lundi 7 septembre 2009
par  snu31
popularité : 2%

Il y a au moins une constante dans les rentrées scolaires ces dernières années : c’est la poursuite des coupes sombres pour les services publics, pour l’Education et en particulier pour le premier degré : 13 500 postes en moins cette fois, après les 11 200 de l’an passé, et plus catastrophique encore, 16 à 17 000 l’an prochain.
Une certitude aussi : les principales victimes en seront les élèves, et en particulier les plus fragiles.
Pourtant, l’administration persiste à expliquer à chaque rentrée que les conditions sont bonnes, que la rentrée se fait sans problème, qu’elle est techniquement réussie, selon la formule consacrée. Dans notre département, les dotations en postes ont décru depuis 10 ans de manière drastique, passant de 110 postes en 2001 à 15 cette année, alors que la Haute-Garonne était reconnue comme déficitaire au regard de sa poussée démographique constante. Les seuils très élevés et le fait que l’administration utilise désormais des subterfuges comme la globalisation des effectifs pour masquer les effets concrets des suppressions de postes, font que les classes chargées sont nombreuses. Les moyens autour de la classe assurant des missions essentielles sont récupérés : baisse des moyens de remplacement (-15 postes), baisse des postes RASED (-28 postes et 28 surnuméraires suspendus à un fil), baisse des moyens pour la formation continue, disparition de moyens permettant du qualitatif (BCD, lien avec les familles…). Parallèlement l’arrivée de nouvelles missions pour l’école, comme l’accueil des élèves en situation de handicap, sans les moyens adaptés et suffisants pour les réaliser, pèse. Comment par exemple, les 300 notifications supplémentaires émanant de la MDPH vont-elles être suivies d’effet quand le nombre d’AVS reste le même, voire diminue puisque une trentaine ont démissionné ?
A ce paysage se rajoute la pression accentuée sur le métier, avec 2 heures de classe de moins pour tous, et des programmes lourds. Avec la désorganisation engendrée par la multiplication des dispositifs en tous genres. Avec la multiplication des tâches administratives et les comptes à rendre qui détournent du pédagogique ?

Face à ce fossé énorme entre les effets de communication et la situation concrète dans nos classes et nos écoles, nous prenons et prendrons la parole et agirons pour restituer la réalité de l’école publique.
Oui, dans les écoles au quotidien, les conditions de travail des élèves, et d’exercice des enseignants se dégradent.
Au passage, nous tenons à rappeler l’importance des instances paritaires, et en l’occurrence du CTP. Nous avions défendu la nécessité de la tenue d’un CTP carte scolaire en juin. La réalité nous donne largement raison. Pour certaines écoles, cette instance va examiner des mesures de fermeture plusieurs jours après la rentrée, alors que rien n’avait été anticipé, mettant les équipes dans des conditions difficiles qui contribuent à désorganiser l’école.

L’Ecole primaire continue pourtant à être considérée de manière positive par une immense majorité de nos concitoyens, comme le montre l’étude CSA commandée par le SNUipp en cette rentrée. Elle doit malgré tout continuer à mieux prendre en charge tous les élèves, dans leur diversité sociale et d’origines. Il est indispensable pour cela que les moyens nécessaires et adaptés lui soient donnés, pour assumer toute la complexité de ses missions.

Parce que nous voulons que partout en Haute-Garonne, en zone rurale comme au cœur des quartiers de nos villes, les enfants bénéficient d’une scolarisation de qualité, de proximité, dans des conditions égales, au sein de l’Ecole Publique, nous mettons en place un Observatoire de l’Ecole Publique en Haute-Garonne, avec les autres syndicats et la FCPE. Celui-ci est destiné à nous donner une image plus juste et complète de l’état de l’Ecole, indispensable pour que nous puissions la défendre au mieux.
Mais nous pensons indispensable aussi d’intervenir fortement sur les conditions de cette rentrée et plus globalement sur les mauvais coups portés à l’école publique. En ce sens, et dans le cadre des 3 jours pour l’école organisés au plan national du 8 au 10 septembre, nous appelons les collègues à se rassembler devant l’inspection académique mercredi 9 septembre.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois