Déclaration commune FCPE, SNUipp-FSU, UNSA-Education, SGEN-CFDT au CDEN du jeudi 10 septembre 2009

jeudi 10 septembre 2009
par  snu31
popularité : 2%

Le nouveau ministre de l’Éducation disait il y a quelques jours qu’en cette période de crise il fallait davantage d’école ! Vous parliez quant à vous, monsieur l’inspecteur d’Académie, d’une rentrée ambitieuse.…
Et bien oui, nous demandons les moyens d’une rentrée ambitieuse. Mais comment fait-on avec 13 500 postes de moins en cette rentrée ? Avec 16 000 à 17 000 suppressions nouvelles à la rentrée 2010 et au moins autant les années suivantes ? Comment améliore-t-on l’aide aux élèves en grande difficulté avec 1500 postes de RASED supprimés et 1500 autres suspendus à un fil (28 + 28 en Haute-Garonne) ? Comment fait-on cela avec la chute libre de la scolarisation des tout-petits en maternelle (plus de 15 000 places supprimées chaque année en maternelle - seulement 13% de scolarisation des 2/3 ans, désormais en Haute-Garonne) ? Comment fait-on avec le retrait massif de moyens pour les remplacements (plus de 20 postes supprimés cette année dans le département) ? Ce choix, allié à la forte diminution du nombre de stagiaires IUFM ( 40 en moins dans le département à cette rentrée...) remet fondamentalement en cause la formation continue des enseignants. En fait, tout ce qui permettait de faire mieux autour de la classe au profit des élèves est remis profondément en cause. Comment assurer dans ces conditions les nouvelles missions assignées à l’école ? Comment assurer convenablement l’accueil des élèves en situation de handicap ou l’enseignement des langues vivantes sans les moyens adaptés et suffisants pour les réaliser ? Comment mieux faire réussir nos élèves avec des classes de plus en plus chargées, 2 heures de moins de classe pour tous, et des programmes lourds ? Avec la multiplication des tâches administratives et les comptes à rendre qui détournent du pédagogique ?
La politique de suppressions de moyens pour l’École Publique est dramatique pour son avenir et celui de ses élèves.
D’autant que l’affichage officiel, voté par le Parlement est largement sous estimé par rapport aux réalités. Le secrétaire d’État chargé de la fonction Publique l’a reconnu devant la commission des finances du Sénat le 17 juin dernier. Les IA et les recteurs sont allés l’an dernier largement au-delà des suppressions d’emplois programmées puisque, dans l’Éducation, 2 506 postes votés et budgétés n’ont pas été utilisés et se sont ajoutés aux 11 000 suppressions programmées. En 1er degré, une dotation positive de 750 postes était prévue ; la lecture du rapport annuel de performances 2008 pour l’enseignement scolaire nous apprend qu’à l’inverse ce sont en réalité 1 232 emplois qui ont été supprimés.
Face à ce fossé énorme entre les effets de communication dans les salons du ministère, et la situation concrète dans nos classes et nos écoles, face au décalage entre la politique concrète et les ambitions affichées ou les besoins réels du pays au niveau de l’Éducation, nous nous exprimerons et agirons pour défendre l’école publique. Oui, dans les écoles au quotidien, les conditions de travail des élèves, et d’exercice des enseignants se dégradent. Cela n’empêche pas l’École primaire de continuer à être considérée de manière positive par une immense majorité de nos concitoyens. Preuve s’il en fallait de l’engagement des enseignants et des parents d’élèves, et de l’importance de l’École au cœur du tissu social. Elle doit malgré tout continuer à mieux prendre en charge tous les élèves, dans toutes leurs diversités. Il est indispensable pour cela que les moyens nécessaires et adaptés lui soient donnés, pour assumer toute la complexité de ses missions.
Parce que nous voulons que partout en Haute-Garonne, en zone rurale comme au cœur des quartiers de nos villes, les enfants bénéficient d’une scolarisation de qualité, de proximité, dans des conditions égales, au sein de l’École Publique, nous mettons en place un Observatoire de l’École Publique en Haute-Garonne et appelons les élus à y participer. Celui-ci est destiné à nous donner une image plus juste et complète de l’état de l’École, sur le plan des effectifs, des remplacements, de l’accueil en maternelle, des RASED, de la Formation continue, ou des apports qualitatifs... un état des lieux indispensable pour que nous puissions la défendre au mieux.
Nous continuerons à être présents ensemble chaque fois que nécessaire pour défendre et améliorer l’École Publique.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois