Evaluations CP - Le point sur les annonces ministérielles

mercredi 13 septembre 2017
par  snu31
popularité : 2%

Le lundi 28 août, le ministère a reçu les organisations syndicales représentatives et des associations professionnelles à la présentation des évaluations CP, 6e et CP dédoublés annoncées par le ministère dans les médias. Les évaluations CP ont été depuis transmises dans les écoles et une note à destination des recteurs, des inspecteurs d’académies et des inspecteurs de l’éducation nationale a été envoyée le 29 août. Ces évaluations n’ont fait l’objet d’aucune démarche de concertation, en amont de cette réunion. En aval, ce protocole pourrait évoluer et faire l’objet d’une concertation entre le ministère, les organisations syndicales, la DEPP et la recherche, au sein du comité de suivi des programmes.

Le point de vue du SNUipp-FSU

Avec ces nouvelles évaluations CP, qui peuvent être le préalable à des évaluations nationales à chaque étage de la scolarité obligatoire, c’est le pilotage par l’évaluation du système éducatif qui serait affirmé, avec toutes les conséquences que cela impliquerait en termes de restriction du pouvoir d’agir des enseignants, de normalisation des pratiques et des contenus d’apprentissages. Les évaluations en mathématiques reprennent davantage les attendus de la maternelle. On note cependant essentiellement des situations de dénombrement et l’absence de manipulations. Pour le SNUipp-FSU, les évaluations doivent d’abord être un outil au service de la réussite des élèves et faire l’objet d’une appropriation et une élaboration collective.

Plusieurs éléments des évaluations proposées par le ministère entrent en contradiction avec cet objectif

Quelle est la finalité de ces évaluations ? S’agit-il d’évaluer le système auquel cas il faudrait recourir à une évaluation par échantillonnage. S’agit-il d’une évaluation au service des enseignants auquel cas des possibilités d’adaptation au contexte de la classe et de choix des items sont indispensables. S’agit-il d’évaluer les enseignants par les résultats des élèves, de mettre en concurrence les écoles ? La volonté politique de ces évaluations n’est pas explicitée et nous invite à une grande prudence, voire méfiance. • Un des premiers enjeux évoqués pour ces évaluations est le dialogue, le pilotage, la mise en place de formations par les IEN. Néanmoins la possibilité de remontées nationales n’est pas exclue. Les craintes de mise en concurrence des écoles ou d’évaluation des enseignant-es au mérite ne sont pas à écarter.

• Si les évaluations sont un point d’appui institutionnel pour indiquer aux enseignants les outils ou les méthodes auxquels ils doivent recourir c’est une négation de leur professionnalité, de leurs capacités d’élaboration d’outils au service des élèves, remettant en cause le principe de liberté pédagogique.

Les évaluations en lecture sont essentiellement basées sur les compétences grapho-phonologiques. Dans le cadre du pilotage local préconisé par le ministre, nous craignons que les IEN incitent à privilégier le travail de ces compétences au détriment de celles liées à la compréhension et au sens. On s’acheminerait alors vers une uniformisation des pratiques également contraire à la liberté pédagogique, uniformisation qui peut ne pas répondre aux constats des évaluations PISA pointant la recherche du sens comme une difficulté avérée. Il s’agit en fait d’évaluations diagnostiques avec un fort accent sur les compétences faciles à mesurer en lecture, à savoir celles liées au repérage grapho-phonologique, et avec une faible place accordée à celle concernant le sens et la compréhension.

• Ces évaluations peuvent constituer une évaluation de la maternelle avec une remise en cause des attendus de grande section. Qu’adviendra-t-il des modalités d’évaluation du cycle 1 ? Qu’adviendra-t-il de la grande section au sein du cycle 1 ? Le ministère annonce une complémentarité des évaluations alors que leur philosophie est différente voire opposée : l’une étant fondée sur l’observation attentive et continue des progrès des élèves, l’autre pointant les échecs à un instant T. Cela annonce-t-il la mise à l’écart des programmes 2015 et un cadrage renforcé des pratiques enseignantes ?

• Placées en début d’année, ces évaluations auront des résultats socialement marqués alors que l’« arrêt sur image » à cette période est rarement confirmé. De plus elles seront potentiellement anxiogènes pour les élèves et leurs familles. Les disparités liées au développement de l’enfant ou l’âge réel des élèves peuvent être abusivement interprétées comme des marques de difficulté scolaire.

• La question du temps correspondant à la charge de travail supplémentaire est évacuée par le ministre. L’expérience d’autres évaluations nous informe pourtant que l’exercice est chronophage et pèse sur la vie professionnelle et personnelle des enseignant-es.

• La consigne ministérielle est de fournir les documents imprimés aux écoles. Le SNUipp sera attentif à l’application de cette consigne, il est important que l’impression des documents n’ampute pas les crédits pédagogiques, ni le temps des enseignants notamment dans un contexte de suppression des aides administratives à la direction d’école.

• Le 100% de réussite au CP dans les propos du ministre s’est transformé en 100% de réussite à l’école primaire dans la note aux recteurs. Est-ce là un premier résultat de ce qu’a porté le SNUipp-FSU lors de la rencontre au ministère du 28 août ou une erreur d’écriture ? L’enjeu du temps long pour les apprentissages est fondamental, en particulier au cycle 2. Les élèves n’ayant pas une progression linéaire et identique dans les apprentissages, le fait de figer les performances construira artificiellement des situations d’échec scolaire. En ce sens l’objectif de 100 % de réussite au CP était, est un non-sens sauf à limiter la portée des apprentissages, en particulier en évacuant la maîtrise de la compréhension des textes lus.

Analyse critique des livrets d’évaluation

− Aucune lisibilité de l’objectif de ces évaluations

− Des passations trop tôt dans l’année

− Quid des effectifs dans la classe ?

− Problème de repérage spatial sur la page

− Activités papier crayon trop importante

− Temps de passation

− Problème de compréhension des consignes

− Un seul exercice pour vérifier l’acquisition d’une compétence

− Le poids des items est le même quelle que soit la difficulté de l’exercice

− Sur représentation de la grapho-phonologie

− Absence du domaine « compréhension de l’écrit »

− Absence de référence à des écrits fonctionnels

− Pas de production d’écrit sous la forme de dictée à l’adulte

− Évaluation en rupture avec les prescriptions des programmes de maternelle

− Une remise en cause des cycles

− Codage qui ne valorise pas les réussites

− Aucune analyse en termes de typologie d’erreurs

− Un côté anxiogène pour les familles et les élèves

− Une validité scientifique douteuse

Vous trouverez dans la pièce jointe ci-dessous plus de détails avec :

  • ce que dit le ministère
  • l’évaluation du dispositif CP à 12
  • le détail de l’analyse critique des livrets d’évaluation

Documents joints

PDF - 613.9 ko
PDF - 613.9 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

RÉSEAUX SOCIAUX

lundi 31 août 2015

RÉSEAUX SOCIAUX

PNG - 9.5 ko

Retraite

lundi 18 mai 2015

RAPPEL RETRAITE : RENVOI DES PIÈCES POUR LE 6 OCTOBRE 2017

La circulaire rectorale du 4 avril 2017 ICI précise que les pièces à fournir pour le départ à la retraite en septembre 2017 doivent parvenir pour le 6 octobre 2017 dernier délai. Lire l’article et pièces pour le dossier ICI

Formulaire à renseigner pour demander le calcul de votre pension :

Pour renseigner le formulaire, n’hésitez pas à vous référer à vos données personnelles figurant sur I-Prof.

Si vous avez occupé ou occupez les fonctions de direction, précisez la durée dans la rubrique "Remarques complémentaires".

Voir aussi : Retraite : connaître la loi adoptée

Remplacement

vendredi 27 février 2015

La situation se dégrade dans le département. Le SNUippFSU encourage les collègues à signaler systématiquement les remplacements non effectués. Pour cela, remplir l’enquête en cliquant ICI.