Instrumentalisation de PIRLS par Jean Michel Blanquer (autres points)

vendredi 15 décembre 2017
par  snu31
popularité : 4%

1) Un retour aux fondamentaux

Ce que dit le ministre

« Les automatismes de langue ne sont pas assez développés chez les élèves (décodage, orthographe, règles de grammaire et de conjugaison). Ils sont pourtant la condition sine qua non pour la compréhension de textes longs comme ceux qui sont proposés dans PIRLS ».

Commentaire du SNUipp-FSU Les élèves français sont en difficulté sur les processus les plus complexes « Interpréter et Apprécier ». PIRLS indique que les enseignants français sont moins nombreux que leurs collègues européens à proposer à leurs élèves des activités régulières susceptibles de développer leurs stratégies et leurs compétences en compréhension de l’écrit.

Les programmes de 2008, qui sont ceux que les élèves évalués ont connus, étaient déjà centrés sur les « fondamentaux ». La réponse du ministère, purement médiatique, tombe donc à côté.

La dernière recherche d’envergure sur la lecture, « Lire et Ecrire au CP », dirigée par Roland Goigoux en 2016, indique que trop souvent, le travail sur la compréhension est différé après la maîtrise du code. Or, dès le début du CP, compréhension et déchiffrage se renforcent mutuellement, particulièrement quand l’engagement actif des élèves est sollicité, à partir de supports variés.

Ce que dit le ministreLe document ministériel recommande de « pratiquer la lecture à haute voix » et une « dictée quotidienne à l’école élémentaire. »

Commentaire du SNUipp-FSU :

Quelle relation entre lecture à voix haute ou dictée, et compréhension fine en lecture ? Claude Lelièvre, historien de l’éducation, qualifie cette dernière annonce sur la dictée de « démagogique et rassurante pour faire croire une reprise en main des bases ». (Médiapart, 05/12/2017).

2) Des mesures annoncées comme pédagogiques et volontaristes

Ce que dit le ministre« Mise en place d’un Conseil scientifique présidé par M. Stanislas Dehaene, Professeur au Collège de France », neuroscientifique.

Commentaire du SNUipp-FSU :

Cette nomination va dans le sens d’une préférence du ministre pour les neurosciences.

Dans son appel, signé par près de 60 chercheurs, le SNUipp-FSU affirme que « dans le dialogue permanent que l’école doit entretenir avec la recherche, aucune discipline ne peut légitimement s’imposer aux autres et aucune ne doit être ignorée. La recherche ne peut être instrumentalisée dans des débats médiatiques le plus souvent réducteurs. »

Par ailleurs, le SNUipp-FSU doute de l’objectivité du nouveau président du Conseil scientifique. Obnubilé par la « méthode globale », l’auteur des « Neurones de la lecture » opère en effet un tri dans le contenu de sa propre recherche. Cf. intra argumentaire éduc « LECTURE - Mais que disent vraiment les neurosciences ? ».

Ce que dit le ministre • « Évaluations des élèves conçues par le Conseil scientifique » :

Rentrée 2017 : évaluation en début de CP et de 6e. Rentrée 2018 : - évaluation en début de CP (« repères pour le CP ») ; - Evaluation au milieu de l’année de CP (« point d’étape CP ») ; À titre expérimental ces évaluations seront proposées aux élèves de l’éducation prioritaire en janvier, février 2018 ; - évaluation en début de CE1 (« repères pour le CE1 ») et 6e. »

Commentaire du SNUipp-FSU :

Le ministère fait des évaluations CP « une première étape du développement de la culture de l’évaluation dans les classes ». La « culture de l’évaluation » qui se traduit souvent par la mise en place d’outils de contrôle et d’instrument de gestion, a déjà été mise en œuvre dans d’autres pays.

Des recherches en pointent les dangers et les effets négatifs sur les résultats des élèves et sur le métier d’enseignant-es.

Pour le SNUipp-FSU, l’évaluation ne peut avoir d’autres fonctions que celle d’être au service des apprentissages des élèves.

La systématisation d’évaluations nationales standardisées cadre mal avec le nécessaire respect du savoir-faire enseignant en matière d’évaluation des élèves et la mise en œuvre des programmes à l’échelle des cycles. Le SNUipp-FSU avait obtenu en début d’année que les équipes puissent adapter les évaluations sur le fond, la forme ou le calendrier de passation à la réalité de la classe et/ou de l’école, en s’appuyant sur les synthèses transmises par l’école maternelle.

Ce que dit le ministre • «  Progressivité et clarification des programmes Le Conseil supérieur des programmes analyse les programmes propose des ajustements nécessaires au regard de l’objectif de maîtrise des savoirs fondamentaux par tous les élèves.

Début 2018, des progressions annuelles seront mises à disposition des professeurs pour les aider à mieux accompagner les élèves tout au long des différents cycles (le cycle 2 – CP, CE1, CE2 ; le cycle 3 - CM1, CM2 et 6e ; le cycle 4 – 5e, 4e et 3e). La cohérence des cycles est conservée, tout en précisant ce qui doit être acquis annuellement. »

Commentaire du SNUipp-FSU :

Le ministre s’était engagé à ne pas réécrire les programmes. Il déclarait au quotidien Le Monde le 20/05/2017 : « Je ne donnerai pas dans la verticalité, dans l’injonction. Je serai un ministre qui pousse aux solutions de terrain. Mon message aux enseignants, c’est qu’il n’y a pas de chape de plomb : qu’ils se sentent libres, qu’ils innovent ». Cet ajustement est synonyme de réécriture, vraisemblablement dans le sens d’un recentrage sur les fondamentaux alors même que les évaluations internationales notent la baisse des résultats des élèves issus des programmes de 2008. La politique des cycles est remise en cause ainsi que le professionnalisme enseignant en déterminant des progressions annuelles. Le ministre ferait mieux de choisir la stabilité, d’assurer une continuité des politiques éducatives et de préserver l’école des polémiques d’autant que, pour le SNUipp-FSU, les programmes de 2015 pour la maternelle et de 2016 pour l’élémentaire sont plutôt bien conçus.

Ce que dit le ministre 3) Agir sur la structure

« Une réforme structurelle : le dédoublement des classes en CP et CE1 dans l’éducation prioritaire »

Commentaire du SNUipp-FSU :

Les différentes recherches : américaine STAR, lancée en 1985, étude de Thomas Piketty et Matthieu Valdenaire datant de 2006, mais aussi expérimentation des CP à effectifs réduits en France en 2003… soulignent que pour produire des effets positifs, la réduction des effectifs doit concerner l’ensemble des classes, elle doit aussi s’accompagner de formation de haute qualité des enseignants pour qu’ils adaptent leurs pratiques au contexte.

A minima, pour en ressentir les effets, les élèves doivent avoir fréquenté des classes à petits effectifs au moins 2 ans.

Du côté des locaux scolaires, la mise en œuvre des CP à effectifs réduits en REP+ à cette rentrée 2017 a souvent posé d’importants problèmes. L’élargissement de la mesure aux CE1 en REP+ et aux CP en REP en septembre 2018 devrait encore complexifier la situation. Cela n’empêche pas le ministère d’annoncer, dans ce document, une « réflexion sur les bibliothèques scolaires »… dont les locaux ont souvent été sacrifiés ! Pour le SNUipp-FSU l’abaissement des effectifs doit concerner toutes les classes.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

RÉSEAUX SOCIAUX

lundi 31 août 2015

RÉSEAUX SOCIAUX

PNG - 9.5 ko

Retraite

lundi 18 mai 2015

RAPPEL RETRAITE : RENVOI DES PIÈCES POUR LE 7 juillet 2018

La circulaire rectorale du 8 mars 2018 ICI précise que les pièces à fournir pour le départ à la retraite le 1er septembre 2019 doivent parvenir pour le 7 juillet 2018 dernier délai ! Lire l’article et pièces pour le dossier ICI

Formulaire à renseigner (pour les syndiqués du SNUipp-FSU 31) pour demander le calcul de votre pension :

Pour renseigner le formulaire, n’hésitez pas à vous référer à vos données personnelles figurant sur I-Prof.

Si vous avez occupé ou occupez les fonctions de direction, précisez la durée dans la rubrique "Remarques complémentaires".

Voir aussi : Retraite : connaître la loi adoptée

Remplacement

vendredi 27 février 2015

La situation se dégrade dans le département. Le SNUippFSU encourage les collègues à signaler systématiquement les remplacements non effectués. Pour cela, remplir l’enquête en cliquant ICI.