Déclaration du SNUipp FSU 31 au CTsD du 29 mai 2018

mardi 29 mai 2018
par  snu31
popularité : 4%

Madame la Directrice Académique

Mesdames messieurs les membres du CTsD

Il semble qu’il soit nécessaire dans cette instance de rappeler à quoi peuvent servir des seuils indicatifs dans une carte scolaire. Ils sont un étalon, un repère si vous préférez, permettant de vérifier le caractère équitable des décisions que vous prenez lors des cartes scolaires. Si des écarts entre école du département sont inévitables, les seuils permettent de les contenir et de considérer que partout sur le territoire départemental, les règles seront appliquées.

Est-ce vraiment le cas ? Pas vraiment. Déjà les élèves des écoles primaires ne sont pas traités comme ceux de maternelle ou d’élémentaire, les GS servant de variable d’ajustement pour éviter des ouvertures.

Pas vraiment non plus dans l’éducation prioritaire. Depuis 4 ans, il y a dans ce département des écoles REP qui ne bénéficient pas des seuils de l’éducation prioritaire. Ce sont toutes les écoles REP qui n’étaient pas ECLAIR.

La Haute Garonne reste caractérisée par des seuils d’ouverture bien trop élevés et, comme nous le verrons, pas toujours respectés. Ce devrait pourtant être le principal repère.

Cette deuxième phase de la carte scolaire confirme l’insuffisance de la dotation en postes de PE pour la Haute Garonne. Elle est à l’image du sous-investissement chronique sur l’école primaire en France. Vous dites vouloir, madame la directrice académique, créer en priorité des postes de remplaçants. Mais vous le faites sur le dos des élèves les plus fragiles dans les REP et REP+ quand vous augmentez les effectifs sur les 3 ou 4 dernières années de la scolarité élémentaire pour lesquels vous tolérez une augmentation des moyennes. Vous êtes la première Directrice Académique à faire cela. Il faut dire que vous êtes aussi là au moment où un ministre met en place des CP et CE1 dédoublés sans fournir les postes que cela nécessite. Vous mettez en place des critères qui risquent de ruiner les effets attendus des moyens accordés aux deux premières années, de détériorer le climat scolaire dans les REP, d’accroître le turn-over des équipes.

L’institution que vous représentez affirmerait donc qu’il y a une corrélation entre les effectifs et la réussite des élèves. Pensez-vous que des moyennes de classes à plus de 24 en REP et REP+ seront sans effets sur cette même réussite ? Apparemment oui ou alors c’est plus grave : vous savez que ça aura un effet négatif et vous le décidez quand même.

Comment expliquer que le secteur de Toulouse qui enregistre le plus d’incidents et de difficultés soit Toulouse Nord et pas le Mirail ? Tout simplement parce que la politique d’éducation prioritaire donne des moyens. 200 personnes étaient rassemblées sur la place Borderouge le mercredi 3 avril pour réclamer ces moyens pour l’école publique. Ces moyens sont une urgence. Vous ne proposez rien pour ce secteur.

De nombreuses écoles du département sont mises à mal par une inclusion scolaire insuffisamment raisonnée, des élèves mal accompagnés et des enseignants insuffisamment formés. Depuis des années, le SNUipp FSU demande que vous preniez en compte les ULIS ou les UPE2A dans la carte scolaire en abaissant les effectifs moyens de ces écoles pour favoriser l’inclusion. Rien n’est fait une fois de plus.

Signe de cette situation, déjà près de 700 collègues ont signé une pétition que vous recevrez bientôt réclamant plus de psychologues scolaires.

L’école en Haute Garonne n’a jamais eu autant besoin de RASED et vous n’êtes pas en mesure de les reconstituer.

Le CD31 engage 53 millions d’euros sur un des projets de mixité scolaire et sociale les plus ambitieux de France. Le SNUipp FSU revendique depuis le début un poste de PDMQDC par nouveau collège de secteur. Est-ce trop demander au service public d’éducation nationale de la 5e puissance économique mondiale ? Il y a des enjeux éducatifs, sociaux et politiques qui sous-tendent ce projet. Comme à la première phase de cette carte scolaire, le SNUipp FSU vous demande le maintien du pôle ressource littérature. Interrogez les écoles. Toutes les équipes vous dirons la qualité du travail, la capacité d’impulsion de projet, de partenariat. Il y a franchement mieux à faire que de casser ce qui fonctionne.

D’après notre comptage, sur le document préparatoire à ce CDEN, le solde des postes dépensé était de 5… Vos services nous ont transmis hier soir à 17h42 un additif de 8 pages. Ce ne sont pas de bonnes conditions pour préparer cette instance.

Madame la Directrice Académique, le 4 juin prochain, les organisations syndicales SNUipp FSU, CGT Educ’action, Sgen CFDT et Sud Education appellent les personnels qui refusent cette situation à se mettre en grève et à se rassembler à 13 heures Place St Etienne à Toulouse.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois