Stages de remise à niveau

mardi 16 mars 2010
par  snu31
popularité : 2%

Chaque année reviennent désormais, aux vacances de printemps et d’été, les stages de remise à niveau. Ce dispositif consiste à désigner des élèves pour travailler 5 fois 3 heures pendant les vacances.

Sur le plan pédagogique, le SNUIPP rappelle que l’école doit être en capacité d’aider les élèves en difficulté sur le temps de classe. Cela suppose des effectifs qui permettent d’aider individuellement les élèves, des RASED en capacité de répondre au besoin, plus de maîtres que de classe pour pouvoir travailler en petits groupes. Cela suppose également des enseignants formés.

Sur tous ces points, la politique du gouvernement est totalement à l’opposé ! On peut même craindre qu’elle crée les conditions d’un échec scolaire croissant.

Du côté des personnels, à travers ces stages, le ministère met également en place une logique de rémunération basée sur les heures supplémentaires et individualisée. Cette logique est inégalitaire et accompagne une dégradation de la rémunération de tous.

Dans ce contexte, ces stages sont non seulement un emplâtre sur une jambe de bois mais aussi une opération de communication pour faire croire que le gouvernement agit en faveur de la réussite de tous les élèves, alors qu’il supprime parallèlement des dizaines de milliers de postes.

On peut craindre également que les élèves soient frappés de la double peine : en souffrance à l’école et privés du droit de prendre des vacances pour se reposer physiquement et psychologiquement.

Dans ce contexte, nous regrettons que pour la première fois, la mairie de Toulouse ouvre des écoles pour les vacances de printemps.

Le SNUIPP appelle les collègues à continuer à refuser d’entrer dans ce dispositif.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois