Réforme de la formation des enseignant-e-s : prendre la mesure des enjeux

jeudi 7 juin 2018
par  snu31
popularité : 3%

La réponse du 4 juin des ministres à l’interpellation de la Cour des Comptes sur la formation des enseignants est essentiellement guidée par des préoccupations budgétaires et ne répond pas aux enjeux posés par l’École. 

L’avancement des épreuves d’admissibilité ne peut être en soi une amélioration qualitative de la formation actuelle qui ne permet pas une formation professionnelle de qualité à haut niveau universitaire.

Le SNUipp-FSU n’a eu de cesse de dénoncer cette architecture de recrutement et de formation (concours en fin de M1 et M2 en mi-temps en responsabilité).

Compte-rendu audience direction ESPE 2018 ICI ://31.snuipp.fr/spip.php ?article3862]

Les discussions qui vont s’ouvrir sur le sujet avec le ministère doivent tenir compte de la situation critique dans laquelle se trouvent aujourd’hui la plupart des stagiaires qui ne disposent pas du temps nécessaire à une formation correspondant aux besoins et qui sont trop précocement responsables d’une classe.

Le stage doit être véritablement un élément constitutif de la formation et les stagiaires ne doivent pas être considérés comme moyens d’enseignement ou de remplacement.

Mais il ne saurait être question de renoncer au statut de fonctionnaire stagiaire et de précariser les enseignants en développant des contrats ni d’utiliser ces stagiaires comme moyen d’enseignement et de remplacement.

Ou comment organiser savamment le démantèlement du service public d’éducation.

En séparant l’admissibilité, en L3, de l’admission (deux ans plus tard), les ministres mettent à mal le statut et la rémunération des enseignant-e-s.

Quel sera alors le statut du futur professeur entre admissibilité et admission ?

Le choix du concours d’admission en fin de M2, c’est aussi celui d’établissements autonomes gérant leur personnel. C’est la fin du statut actuel des enseignant-es et une nouvelle organisation de l’Education nationale.

Et la question que l’on peut légitimement se poser : que deviendront alors les non-admissibles en fin de M2 ? … Un vivier idéal de contractuel-les qui seront recruté-es pour pallier à un recrutement insuffisant ? Le serpent se mord la queue.

[A lire l’article du café péda "A-t-on vraiment besoin de concours de recrutement ?"->http://www.cafepedagogique.net/lexp...]

Le SNUipp-FSU continuera de porter les exigences d’une formation de qualité répondant aux besoins des enseignants et du système éducatif, requérant pour toutes et tous le niveau master, comportant deux années pleines de formation professionnelle sous statut de fonctionnaire stagiaire avec des stages d’observation et de pratique accompagnée suivis d’une entrée progressive dans le métier.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois