Déclaration sur la Classe Exceptionnelle

mercredi 4 juillet 2018
par  snu31
popularité : 13%

Madame la Directrice académique,

A terme, 90% de nos collègues seront reconnu·es ordinaires. Merci pour elles et pour eux !

D’ailleurs, elles et ils roulent à l’ordinaire avec des salaires ordinaires en dessous de la moyenne européenne.

En s’appuyant sur le Larousse et sa définition du "mérite", cher à nos gouvernants (pas le Larousse, le mérite) , on peut dire qu’elles·ils ne sont pas digne d’estime, et de récompense, qu’elles·ils ne possèdent pas les qualités intellectuelles et morales particulièrement dignes d’estime.

Voilà. C’est dit. C’est bien cela que vous annoncez à la grande majorité de nos collègues...

Cela étant posé, entrons plus précisément dans votre belle machine à trier les méritant·es...

Allez, c’est bientôt la fin de l’année, nous vous proposons un jeu :

Parmi ces 3 appréciations, vous allez trouver qui est excellent·e (donc exceptionnel·le) , ou seulement satisfaisant·e (c’est à dire éliminé·e) .

Vos buzzer sont prêts ? On y va :

Madame maîtresse (née en 1963) enseigne depuis plusieurs années en éducation prioritaire. Son expérience lui permet de proposer aux élèves qui lui sont confiés un enseignement structuré et méthodique dans un climat de travail de qualité. Développer son implication dans le travail d’équipe lui permettra de davantage contribuer à la cohérence du parcours des élèves.

Mme dirlo (née en 1956) , directrice d’école maternelle depuis une quinzaine d’années assure avec professionnalisme ses fonctions administratives et son exercice d’enseignante. Le fonctionnement de cette école paisible et bienveillante est une garantie pour les enfants d’y trouver des conditions d’apprentissage très favorables.

Mme ZEP (née en 1961) a mené toute sa carrière en éducation prioritaire, et ces 17 dernières années dans une école maternelle. Elle a montré des compétences d’enseignement bien construites, avec constance. Elle sait aller à l’essentiel. Son travail est de réelle qualité pour les compétences langagières orales qui relèvent d’un domaine d’enseignement décisif pour le jeune public accueilli.

Alors ? Perdu...

C’était difficile, puisque Mme maîtresse qui avait des progrès à faire dans le travail d’équipe est excellente (exceptionnelle) , et Mesdames dirlo et ZEP, dont la carrière et les compétences sont reconnues ont été éliminées...

Ah, les méandres du mérite...

Nous terminerons par une analyse de cette promotion. Certaines de nos remarques ont partiellement été prises en compte.

  • Dans les viviers 1 et 2, 71 % et 74% des promues sont des femmes, en nette progression par rapport la précédente campagne 2017 ce dont se félicite le SNUipp-FSU qui vous avez demandé que les promotions à la classe exceptionnelle se fassent au regard de la réalité du corps. Les femmes représentent 85,5 % de la profession dans notre département. Il faut donc encore poursuivre les efforts.
  • Dans le vivier 1, 19 collègues promues sont en fin de carrière (née en 1960 ou avant), mais 26 sont oubliées, dont une née en 1953...
  • 7 des 60 promues du vivier 1 sont des adjointes "ordinaires", 17 ont des fonctions hors la classe et hors les écoles...On n’inverse pas la tendance qui veut que moins on est en classe, plus on a de chance d’être reconnue exceptionnelle.

Restent de grandes injustices, de grandes incompréhensions ! Qu’on s’entende bien, intrinsèquement opposé au système de mérite, nous ne rentrerons pas dans vos opérations de choix. Nous ne choisirons pas tel ou telle collègue contre les autres...

Pour autant, nous dénoncerons certains de vos choix pour ce qu’ils portent comme message adressé à la profession.

En témoigne cette promotion d’un IEN faisant fonction sur une circonscription de Toulouse Nord où les collègues ont manqué de soutien, de bienveillance et d’écoute de sa part, alors qu’ils étaient confrontés à de grandes difficultés. Ou, au contraire, nos collègues ont subi remontrances et pressions quand ils se mobilisaient pour demander des moyens indispensables. Pour nous, c’est inadmissible !

En conclusion, nous rappelons que la création de la Classe Exceptionnelle est pour nous un pur outil de management qui oppose les collègues et renforce les inégalités hommes-femmes.

La CLASSE, c’est tous les jours, pour nous toutes et nous tous. Face à cet immense défi de faire réussir nos élèves, malgré nos difficiles conditions de travail, malgré les difficiles conditions de scolarisation, malgré le sous-investissement du pays dans l’école, et bien face à ce défi, nous sommes toutes et tous EXCEPTIONNEL·LES !


Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois