le SNUipp FSU claque la porte du Conseil Supérieur de l’Education du 12 juillet 2018

vendredi 13 juillet 2018
par  snu31
popularité : 32%

Rappel : Ce 12 juillet, le Conseil Supérieur de l’Éducation était convoqué pour donner un avis sur de nombreux points (calendrier scolaire, durée des épreuves du BAC, ajustements des programmes en maths, français et EMC pour les cycle 2, 3 et 4). En guise d’ajustement, c’est plutôt un changement complet de philosophie sur l’acte d’enseigner qui était proposé et ce, au milieu des vacances scolaires, sans concertation, et pour être appliqué dès la rentrée !

Extrait de la déclaration du SNUipp FSU

Monsieur le Ministre,

[...] "Les projets de changement des programmes à l’ordre du jour ne sont qu’une pierre de plus à cet édifice qui n’est que le pur produit de partis pris et d’un refus du débat sur l’école.

D’abord sur la méthode.

Que dire du mépris dans lequel sont tenus les personnels et leurs représentants quand ces ajustements apparaissent d’abord dans la presse avant de suivre le circuit démocratique ? A aucun moment et en aucune façon nous n’avons été associés à ces choix. Ainsi il est décidé sans les enseignants, sans justification quelconque, de réécrire les programmes.

Car il ne s’agit pas d’ajustements, mais de remise en cause de la philosophie des programmes de 2016, programmes qui n’ont pourtant reçus ici même aucun vote en contre, ce qui est suffisamment rare pour le faire remarquer, et dont aucune remontée de terrain ne justifie qu’ils soient changés. Des changements qui évoquent fortement les accents des programmes de 2008. La nostalgie sans doute ...

Il n’empêche, les programmes de 2008 ont été sanctionnés par les évaluations PIRLS.

Sur le fond, nous aurions beaucoup à dire tant ces projets s’affranchissent du raisonnement, de la compréhension et du développement de l’esprit citoyen, autant d’axes de la plus haute importance. Nous sommes loin du bon sens, et insister sur la Marseillaise en dit long sur la pauvreté de la réflexion sur ce que doit être la formation civique et morale dont les enfants d’aujourd’hui ont besoin.

Dans un courrier, le Conseil Supérieur des Programmes nous assure que « ces textes ne sauraient être considérés comme des versions définitives, notamment le CSE pourra décider d’inflexions ».

On voit bien que tout a été mis en œuvre pour faciliter nos remarques et amendements : pas de concordancier, pas d’alinéa, et un ordre du jour qui repousse ces questions à la fin de la journée ou au deuxième jour d’instance. Etc.

De plus, le comité de suivi, censé justement travailler aux ajustements, n’a pas été réuni. Pas plus qu’une évaluation des programmes 2016 n’a été mise en œuvre.

Mais il y a pire, c’est au 12 juillet que les programmes sont présentés. Quel manque de respect envers les personnels que de défaire dans leur dos, tout un pan de leur travail et de leur demander, à peine deux ans après s’être appropriés les programmes 2016, de se remettre à l’ouvrage. A croire que dans la nouvelle « école de la confiance », il est difficile tout simplement de ne pas céder à la tentation de changer les programmes. Quelle recherche encourage ces allers retours dans les programmes, ces instabilités permanentes ? Alors que, tout le monde le sait, c’est ce qui fragilise notre système éducatif.

Il serait donc plus que sage que ces projets en parfaite contradiction avec l’esprit des programmes de 2016, ne s’appuyant sur aucune remontée ni étude sérieuse, soient retirés de l’ordre du jour, c’est l’objet d’une proposition collective que nous ferons. Peut-être est-il utile de dire que nous n’avons aucune naïveté : la remise au pas des enseignants, pour de mauvaises raisons et avec de mauvais outils, ne va aboutir ni à accroitre l’attractivité du métier, ni à réparer les inégalités de notre école. Affaiblir le CSE en ne lui donnant pas les moyens de bien travailler ne valorise personne. Se priver du terrain pour avancer seul n’est pas raisonnable et n’aura qu’un temps. Passer outre les corps intermédiaires, si cela peut réjouir un moment, c’est surtout se priver de ceux qui peuvent faciliter les interactions, et cela ne peut qu’encourager le populisme.

Maltraiter l’école, les élèves et les enseignants ne grandira personne, renforcera les inégalités et affaiblira à terme la société.

L’école ne peut être l’affaire d’un seul homme, ni être dirigée de façon autoritaire et solitaire. Elle doit faire l’objet d’un large débat démocratique. C’est avec passion et conviction que nous défendons une autre idée de l’école. L’enjeu est important. Il mérite l’engagement de toute la société, la mobilisation de toutes les connaissances utiles pour que l’Éducation Nationale puisse prendre sa part dans la lutte contre les inégalités scolaires et pour la réussite de toutes et tous. "

Devant le refus de l’administration de retirer les projets de modifications des programmes de 2016 de l’ordre du jour, les syndicats de la FSU (dont le SNUipp), le SE-Unsa, l’Unsa-éducation, A et I’Unsa, le SGL, l’Unef, la CGT-éduc’action, Solidaires, Sud-éducation, la FNEC-FP-FO et la FCPE ont quitté la séance du Conseil Supérieur de l’Éducation.


Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

RÉSEAUX SOCIAUX

lundi 31 août 2015

RÉSEAUX SOCIAUX

PNG - 9.5 ko

Retraite

lundi 18 mai 2015

RAPPEL RETRAITE : RENVOI DES PIÈCES POUR LE 7 juillet 2018

La circulaire rectorale du 8 mars 2018 ICI précise que les pièces à fournir pour le départ à la retraite le 1er septembre 2019 doivent parvenir pour le 7 juillet 2018 dernier délai ! Lire l’article et pièces pour le dossier ICI

Formulaire à renseigner (pour les syndiqués du SNUipp-FSU 31) pour demander le calcul de votre pension :

Pour renseigner le formulaire, n’hésitez pas à vous référer à vos données personnelles figurant sur I-Prof.

Si vous avez occupé ou occupez les fonctions de direction, précisez la durée dans la rubrique "Remarques complémentaires".

Voir aussi : Retraite : connaître la loi adoptée

Remplacement

vendredi 27 février 2015

La situation se dégrade dans le département. Le SNUippFSU encourage les collègues à signaler systématiquement les remplacements non effectués. Pour cela, remplir l’enquête en cliquant ICI.