CAPD 8 juillet : classe exceptionnelle - le compte rendu

mardi 9 juillet 2019
par  snu31
popularité : 2%

Classe exceptionnelle

Le SNUipp a mis en avant une possible erreur d’interprétation de la circulaire : pour être éligible à la classe exceptionnelle dans le vivier 1, il faut avoir effectué 8 années de fonctions spéciales mais pas forcément 8 années de la même fonction.

L’administration doit reprendre la liste des collègues ayant postulé pour vérifier que ce critère est bien respecté.

Pour cette raison, nous ne sommes pas en mesure de publier le tableau d’avancement à la classe exceptionnelle qui risque d’être modifié.

Pour toute demande, nous contacter.

Lors de la CAPD sur la classe exceptionnelle, le SNUipp-FSU 31 a défendu transparence et équité ; la limite de l’exercice de cette CAPD tenant à la nature même des promotions à ce troisième grade. En effet, après appréciation de l’IEN, les collègues sont choisi-es par la DASEN sans que n’interviennent des éléments de barème objectifs. C’est elle qui choisit les "excellents" et "très satisfaisants", d’après cette appréciation que chaque collègue peut retrouver dans son espace Iprof.

Nous y avons porté les éléments de contestation que vous retrouverez dans notre déclaration liminaire en cliquant ICI.

La classe exceptionnelle en quelques chiffres :

Dans le vivier 1 (éligible par fonctions spéciales) : 168 agents éligibles pour 73 places

Dans le vivier 2 (éligible par ancienneté) : 41 agents éligibles pour 26 places (55 au niveau académique)

A égalité de barème, une attention particulière a été accordée aux collègues les plus âgé-es. Mais dans le projet, plusieurs collègues retraitables au 01/09/2020 n’accèdent pas à la classe exceptionnelle.

Pour la DASEN, tout le monde n’exerce pas son métier de la même manière : pas avec le même sérieux et pas avec le même investissement. Ce sont les plus méritant qui seront récompensés par une promotion à la classe exceptionnelle … Le SNUipp-FSU a dénoncé ce point de vu méritocratique.

Inégalités hommes/femmes :

Avec la mise en œuvre de PPCR depuis 2013, les promotions doivent tenir compte de la répartition homme-femme dans la profession (dans notre département : 85,33% de femmes et 14,67% d’hommes).

Dans le projet de la DASEN, 35% des promus sont des hommes.

Pour Mme Méry, l’administration ne peut pas compenser les choix sociologiques qui font que les hommes accèdent plus aux fonctions spéciales que les femmes.

Pour le SNUipp-FSU, les inégalités de salaire et de carrière entre les femmes et les hommes persistent chez les PE (environ un mois de salaire d’écart). Les hommes sont un peu plus nombreux à exercer certaines fonctions et à accéder aux grades les plus élevés (directeurs, CPC…) ; ce qui génère plus d’indemnités et de points d’indice.

Accès à l’échelon spécial de la classe exceptionnelle

Comme l’année dernière, il y a moins d’éligibles que de possibilités d’accès.

16 promotions dont 9 femmes et 7 hommes


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois