Contre la privatisation d’Aéroports de Paris, gagnons le référendum !

mercredi 11 septembre 2019
par  snu31
popularité : 2%

Contre la privatisation d’Aéroports de Paris, gagnons le référendum !

Pour signer la demande de référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris : Référendum

La bataille contre la privatisation d’Aéroports de Paris est engagée et concerne la société toute entière. C’est une bataille pour la démocratie car il va revenir à toutes et tous de pouvoir décider si un référendum est organisé. Mais c’est aussi une bataille contre les privatisations et pour la préservation et le développement des biens communs et pour les services publics. C’est aussi un combat pour la sauvegarde de l’environnement et pour la transition écologique car rien ne serait pire que laisser les clefs du transport aérien aux intérêts privés.

Depuis des années la privatisation des biens publics se fait à marche forcée. Des entreprises assurant des services publics sont vendues à des intérêts privés. Ignorant des objectifs sociaux et environnementaux de long terme, elles en profitent pour augmenter leurs prix, au détriment des usagers. Elles les transforment en machines à produire des dividendes pour les actionnaires, privant les finances publiques, et donc les services publics, de sommes considérables. Le scandale de la privatisation des autoroutes, celle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, impulsée par l’actuel président de la République lorsqu’il était ministre, en sont de tristes exemples.

Mais cela ne leur suffit pas : outre les aéroports, la Française des Jeux, Engie, l’Office National de la Forêt, les barrages hydroélectriques, les ports, les routes nationales et d’autres sont les nouvelles cibles. Pendant ce temps, les hôpitaux publics sont au bord de l’explosion, des services hospitaliers, des lignes ferroviaires et des bureaux de postes ferment, les services publics s’éloignent des usagers, le statut de la Fonction publique est démantelé, les administrations et les entreprises publiques sont de plus en plus gérées comme des entreprises privées avec pour seul critère la rentabilité financière, au détriment de la satisfaction des besoins sociaux de toute la population.

La bataille contre la privatisation d’AdP est commencée : après des luttes syndicales importantes, plus de 200 parlementaires ont été à l’initiative du processus de référendum d’initiative partagée. Des appels à signature se multiplient.

Compte tenu de l’impératif de la procédure institutionnelle, qui exige qu’il y ait 4,7 millions de signatures de citoyen.nes, et qui exclue toutes celles et ceux qui vivent ici et n’ont pas le droit de vote, donnons à cette campagne l’ampleur nécessaire et impulsons une dynamique de rassemblement. Il s’agit d’en faire l’affaire de la société et des citoyen.nes.

C’est pourquoi nous lançons une coordination de mouvements et d’organisations syndicales, associatives et politiques contre la privatisation d’Aéroports de Paris et plus largement contre les privatisations, pour les services publics et les biens communs. Chaque membre de cette coordination conservera bien entendu la liberté de mener sa propre campagne.

Cette coordination nationale a l’ambition de réunir le plus largement possible, dans leur diversité, syndicats, associations et partis politiques, les élu.e.s, les mouvements sociaux, écologistes, féministes... Des initiatives unitaires seront prises localement, avec la constitution de « bureaux de vote de rue », des conférences-débats publiques, des affiches, tracts, argumentaires divers, que nous mutualiserons au niveau national. Nous voulons atteindre 4,7 millions de signatures, pour que puisse se tenir ensuite un référendum national. Si cet objectif est atteint, ce sera un grand coup d’arrêt au rouleau-compresseur d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, qui projettent de privatiser un grand pan de l’économie et qui laminent ce qu’il reste de services publics.

Pour signer la demande de référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris : Référendum

« Les bijoux de famille », « la poule aux œufs d’or », « une richesse du patrimoine »… Ces derniers temps, les superlatifs n’ont pas manqué pour décrire l’importance du groupe ADP dans le budget national.

Le projet de privatisation des aéroports de Paris est la plus importante privatisation jamais envisagée en France, la troisième dans l’histoire du monde.C’est une braderie opérée par le gouvernement sur un service public « rentable ».

La Fontaine écrivait ; «  Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus / Qui du soir au matin sont pauvres devenus / Pour vouloir trop tôt être riches ? »

Une stratégie économique erronée par le choix à court terme de gagner de l’argent ou une volonté dissimulée de vouloir appauvrir d’avantage les ressources collective de l’Etat ?

ADP est actuellement une véritable « machine à cash » qui rapporte près de 185 millions de recette publique chaque année, un nombre en constante augmentation : autant d’argent perdu pour les contribuables si le marché libéral fait main basse sur ces services.

La perte de cette ressource budgétaire, payée par des taxes sur l’utilisation de l’avion, et donc par les plus aisé.es, entraînera forcément un transfert vers des impôts payés par les plus modestes et/ou par un énième renoncement de mesures ou services compensatoires, renforçant encore les inégalités.

Economiquement, l’argument d’une vente qui rapporterait 15 milliards d’euros pour réduire une dette de 2300 milliards (surtout quand on sait que seuls 5 milliards seraient réinjectés) est complètement débile(ou fallacieux), cela représente 0,8% de la pseudo dette.

Dans un contexte d’indispensable transition écologique, confier les aéroports à des intérêts pollueurs, ne visant que le profit et donc l’augmentation de trafic aérien est une ineptie.

La décision de ce gouvernement n’a aucune raison économique ou pratique. A l’instar de la privatisation de la française de jeux, d’Engie, elle témoigne d’une volonté d’enrichir les entrepreneurs amis, mettant toujours plus en péril la répartition des richesses, en renforçant les inégalités territoriales et en spoliant la population de ses biens communs.

C’est parce que cette privatisation est insensée qu’elle fait l’objet d’un appel à signatures visant à l’instauration du premier référendum d’initiative partagée. Il faut pour cela récolter 10% de signatures du corps électoral, soit plus de 4 millions et demi. Un défi de taille… un défi pour toutes et tous !

On le relève ensemble, collectivement en signant massivement pour l’organisation de ce référendum ( cliquer ICI)


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

RÉSEAUX SOCIAUX

lundi 31 août 2015

RÉSEAUX SOCIAUX

PNG - 9.5 ko

Retraite

lundi 18 mai 2015

RAPPEL RETRAITE : RENVOI DES PIÈCES POUR LE 7 juillet 2018

La circulaire rectorale du 8 mars 2018 ICI précise que les pièces à fournir pour le départ à la retraite le 1er septembre 2019 doivent parvenir pour le 7 juillet 2018 dernier délai ! Lire l’article et pièces pour le dossier ICI

Formulaire à renseigner (pour les syndiqués du SNUipp-FSU 31) pour demander le calcul de votre pension :

Pour renseigner le formulaire, n’hésitez pas à vous référer à vos données personnelles figurant sur I-Prof.

Si vous avez occupé ou occupez les fonctions de direction, précisez la durée dans la rubrique "Remarques complémentaires".

Voir aussi : Retraite : connaître la loi adoptée

Remplacement

vendredi 27 février 2015

La situation se dégrade dans le département. Le SNUippFSU encourage les collègues à signaler systématiquement les remplacements non effectués. Pour cela, remplir l’enquête en cliquant ICI.