CAPD du 27/11 - La décla : Ne pas salir mon nom ...

mercredi 27 novembre 2019
par  snu31
popularité : 4%

Déclaration du SNUipp-FSu 31 – CAPD du 27 novembre 2019

Madame la Directrice Académique, Mesdames et Messieurs,

Il y a deux mois, à peine, Christine Renon, notre collègue épuisée, s’est donné la mort. Sans équivoque aucune, elle a clairement désigné l’institution comme responsable.

Nous ne relirons pas ici toute sa lettre. Pourtant, la situation, et surtout son manque de prise en compte, le mériterait largement….

Juste un rappel. Juste sa dernière phrase :

« Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom. » Ce sont des mots qui devraient porter non ?

Et après ? A-t-elle était entendue ? Y a-t-il eu un après Christine Renon ? Il y a eu quelques marques de compassion, mais on peut se demander si elles exprimaient autre chose que la crainte, qu’après Christine Renon, d’autres Christine Renon… D’autres Christine qui remettraient en cause cette institution et l’ébranleraient… à tous les niveaux, de Paris à Pantin et jusqu’ ici… Et bien non !

En rien, l’institution et ses certitudes n’ont été ébranlées. Au contraire même, c’est avec un épouvantable cynisme que de Paris à Pantin et jusqu’ici, l’institution a poursuivi dans la même voie…

De Paris, le chef de la belle institution, nous avons nommé, Jean-Michel Blanquer, a eu le cynisme d’utiliser Christine pour remettre le couvert sur le statut de la direction d’école. Statut rejeté par la profession, notamment au printemps dernier lorsque sa tentative a été repoussée.

Ah si, une réponse nous a-t-on dit : plus d’enquête jusqu’à la fin de l’année ... civile bien sûr. Mais là encore c’est loupé puisque vous avez envoyé hier dans les école l’enquête sur "La campagne de prévision des effectifs".

Le ministre fait une nouvelle fois preuve de méconnaissance de notre travail et du fonctionnement de l’institution en faisant des promesses intenables.

« Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom. » a-t-elle écrit…

Le grand chef du chef de la belle institution, nous avons nommé Emmanuel Macron, était de passage à Rodez le 3 octobre dernier. Moins de 2 semaines après le suicide de Christine, et le jour même où toute la profession était en deuil et en colère, jusqu’ici, sous vos fenêtres Madame la Directrice Académique. Et bien ce jour là, le Président de La Macronie y est également allé de son abject cynisme en affirmant « les enseignants devront accepter de travailler plus et de réduire leurs vacances… »

Nous n’allons pas vous refaire la liste complète de tout le travail (les tâches invisibles) fourni par les enseignants, directrices et adjointes en dehors des heures de classe, y compris pendant les week-end et les congés.

Nous remettons juste en annexe notre déclaration du 17 octobre 2016 (et les choses ne se sont pas arrangées depuis…) dont voici un extrait :

« ... Ils relèvent leur tête, plongée dans l’océan de toutes ces tâches invisibles que sont : la préparation des cours (progressions, programmations, fiches, cahier journal), la recherche documentaire et la conception de support pédagogiques, l’appropriation des réformes sans formation (programmes...)...

La lecture des documents administratifs (circulaires, rapports, projets...), la préparation du matériel et de la classe (découpages, photocopies, mise en place des ateliers ….), la préparation et l’accompagnement des sorties, l’élaboration de projet de classe ou d’école, la recherche pour la mise en place de projet (bibliothèque, Canopé, site internet...)...

Les classes découvertes, les séjours avec nuitées, les séjours sans nuitée avec temps de repas compris, l’USEP, les corrections, les carnets de suivi des apprentissages, l’évaluation formative et positive, les bilans, la gestion du site de l’école, la gestion du matériel informatique, la coopérative scolaire, les commandes de fournitures, le lien avec les collègues quand on partage la classe (temps partiel, lien avec PES …)...

Les liaison inter-cycles, le lien avec le RASED (Pour être tout à fait honnête, cette tâche là a fortement été réduite du fait de la liquidation de nombreux postes de RASED et de leur non rétablissement…), les équipes éducatives, les équipes de suivi, les PAI, les PEDT, les rencontres avec les parents, l’accueil des élèves et des parents le matin et les après-midis notamment à l’école maternelle, la restitution des élèves aux familles, le lien avec les AESH, les ATSEM,…

La préparation et la participation aux manifestations organisées à l’école (carnavals, fêtes d’école…) les réunions avec les services municipaux et les partenaires locaux (maison de quartier, MJC, associations diverses ..), les concertations pour la sécurité et la citoyenneté avec les équipes d’ATSEM, le médico-scolaire, le périscolaire, …

Si nous additionnons tout cela, nous arrivons au joli nombre de 44 heures et sept minutes par semaine. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est la DEPP. (…) (fin de citation)

« Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom. » a-t-elle écrit…

On a besoin de vous, les corps intermédiaires, nous a-t-on dit avec affection au cours de différentes audiences…

Nous ne sommes pas des corps intermédiaires. Nous ne sommes pas entre les collègues et la hiérarchie. Nous sommes les collègues. Collègues que nous défendons et représentons auprès de la hiérarchie. Alors, c’est encore faire preuve d’un grand cynisme que de nous déclarer indispensables quand on s’apprête à supprimer les instances (CAPD, CHSCT…) où nous étions à même de représenter les collègues, leurs droits, leurs souffrances aussi…

« Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom. » a-t-elle écrit…

ET ici, quelle grande décision, quel changement a marqué la profession depuis ces 2 mois ?

Exceptée une lettre adressée aux seules directrices-eurs (quel mépris pour les autres ! …) nous n’en connaissons pas. Rien n’a changé. En tout cas rien de flagrant.

On annule des stages de formation continue avant la CAPD sur les stages de formation continue. Quel gâchis ! Tant d’heures de réflexion et de travail pour élaborer ces formations, en REP+ par exemple, balayées d’un revers de main… Quel manque de respect pour les personnels, formateurs et formés. En revanche, on continue, dans les circonscriptions à décliner encore toujours les prescriptions et injonctions venues d’en haut. Et tous les moyens humains (CPC, Rased, Erun, Coordonnateurs REP…) sont dédiés à ce contrôle : on vient compter le nombre de sons/semaine dans les CP, on met la pression sur les évaluations, etc

Non, on ne voit rien de changé. Ah si, bien sûr. Il y a cet abus d’autorité que nous évoquerons dans cette CAPD. Cet abus d’autorité pour empêcher les collègues épuisé-es et pressurisé-es de participer à des réunions d’information syndicales. Vous savez, ces réunions où l’on parle du métier, des conditions de travail, des revendications solidaires…

Les textes, nous direz-vous… pour vous justifier...

De notre côté nous n’y trouvons rien qui justifie vos restrictions. Quand bien même y aurait-il plusieurs interprétations (ce que nous réfutons), quelle idée de choisir la plus pénalisante pour les collègues ! Pourquoi ? Pour les enfoncer davantage ? Pour écarter les syndicats si gênants dans la mise au pas managériale que vous prônez ? C’est d’un cynisme inqualifiable !

L’entrave aux droits des personnels. Voilà ce qu’il y a de nouveau.

« Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom. » a-t-elle écrit…

Un peu de franchise, ne nous racontons pas d’histoire Madame la DASEN. Arrêtons la cynique politique de l’autruche en affirmant, comme lors des CT et CDEN de la semaine passée que tout va bien !

Tout ira bien, si nous nous le gagnons. Si nous résistons, si nous luttons, si nous nous opposons au rouleau compresseur libéral qui veut tout écraser. Nos droits, nos vies, notre planète…

Alors, après Christine, nous continuerons à nous mobiliser pour nos conditions de travail et de retraite aussi, pour l’école que nous voulons et pour la société plus juste que nous voulons, notamment à partir du 5 décembre avec l’ensemble des travailleuses et des travailleurs.

« Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom. » a-t-elle écrit…


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois