Courriel AVS-EVS n°6

mardi 26 octobre 2010
par  snu31
popularité : 2%

On a besoin de se serrer les coudes ! C’est le moment de se syndiquer ! (cliquez ICI)

Jeudi 28 octobre : nouvelle journée nationale interprofessionnelle

Pendant les vacances, la mobilisation continue !
Partout en France il y aura des manifestations. Où que vous soyez, allez manifester ! Manifestations :

  • 10h St Cyprien à Toulouse
  • 14H30 Place Jean Jaurès à St Gaudens
    Les écoles étant fermées, merci de faire circuler l’info autour de vous.

Action interpro : rdv demain 10h45 devant la Cité Administrative
Consultez les actions interpro décidées pour la période des vacances, sur notre site : "Mobilisations en Haute-Garonne, ça bouge partout" et nos courriels.
Et toujours, très consultées, les vidéos de Franck Lepage sur les retraites

Ils nous disent qu’on nous regarde comme des curiosités ailleurs...
Qu’ils interrogent les salariés des pays soumis à des plans d’austérité drastiques...
Un article de Courrier International : "FRANCE : Hérauts de tous les travailleurs d’Europe."
Les Français ont raison de se battre pour leur retraite et devraient même être pris en exemple en Europe et ailleurs, assure un économiste américain. http://www.courrierinternational.co...

EVS : audience à l’IA et rassemblement du mercredi 20 octobre

Suite à la demande faite par le Collectif Sauvons l’Ecole, le SNUipp, aux côtés du SE, du SGEN et de la CGT, a été reçu par Mme Méry, IEN adjointe à l’IA et M. Pailhé Belair mercredi 20 octobre à 14h, juste avant le rassemblement organisé Place Wilson par nos organisations et la FCPE.
Nous somme intervenus sur les deux aspects du dossier : la situation des personnels en contrat aidé et la situation du dispositif d’aide administrative pour l’avenir.
Nous avons bien sûr en premier lieu dénoncé la précarité générale du dispositif d’aide administrative aux écoles, l’absence de statut véritable des personnels, et la manière scandaleuse dont ils sont traités. Nous avons affirmé avec force une nouvelle fois la nécessité de créer un dispositif et des emplois pérennes, dotés d’un véritable statut public, et d’un vrai salaire ! Nous avons interrogé l’administration sur toutes les questions qui avaient été évoquées par les personnels EVS lors de nos rencontres et contacts :
Renouvellement des contrats en cours, y compris personnels de + de 50 ans et Handicap, avenir des emplois, passage de 26h à 20h, maintien des conditions pour les ex CAV et 60 mois, formation et stages "en immersion", droits (accident du travail, absences)...

Réponses du secrétaire général et de l’adjointe à l’IA :

  1. Les chiffres :
    Une nouvelle fois, l’administration se défile en ce qui concerne le nombre d’emplois qu’elle doit récupérer. Le secrétaire général prétend qu’il n’a pas les chiffres là, puis face à notre insistance, nous dit que le personnel qui s’occupe de cela n’est pas là le mercredi...
    Nous avançons alors le chiffre de 690 postes au plan académique (1er et 2nd degré) comme étant l’exigence initiale du ministère.
    Le secrétaire général nous répond alors que c’était effectivement le chiffre initial, mais que depuis, le ministère n’avançait plus de chiffre précis, mais demandait de récupérer tous les postes qui se libèrent, au fil de l’eau...
  2. Concernant le renouvellement des contrats en cours :
    Le ministère de l’Education nationale maintiendra les salariés en contrat si ceux ci continuent d’être éligibles selon les critères du Pôle Emploi, que ce soit en EPLE (2nd degré) ou en école, pour les EVS administratifs ou les AVS. Face à nos demandes de précisions sur cette "éligibilité, le SG nous dit que cela signifie que les situations seront traitées au cas par cas, et que c’est Pôle Emploi qui est décisif sur ce plan.
    Il n’y aura pas de nouveau recrutement sur un emploi lorsque le personnel arrive en fin de contrat ou démissionne, sauf pour les AVS, qui sont une priorité.
  3. Concernant la situation des ex CAV en contrat pour 3 ans auparavant :
    Le secrétaire général nous dit que la possibilité d’aller jusqu’à 3ans lors du passage au CUI demeure (toujours en fonction de l’éligibilité aux critères de Pôle Emploi), mais que cela reste une possibilité, pas un droit pour tous... On appréciera la clarté de la réponse...
  4. Concernant le passage de 26h à 20h avec le CUI :
    Nous interpellons très vivement l’administration sur le fait que la situation des personnels est déjà extrêmement précaire, et que le passage de 26 à 20h signifie une perte de salaire de l’ordre de 190 euros. Par ailleurs, comme le chômage sera calculé sur les nouvelles bases de 20h, le renouvellement est dès lors très peu intéressant et peu viable. Nous ajoutons que 20 h est un minimum pour les CUI. Rien n’empêche l’administration de l’Education Nationale d’embaucher à 26h en termes de textes.
    Le SG en convient mais nous dit que le ministère donne des crédits pour 20h. "On n’ira pas au delà, on n’a pas le budget pour."
    Précision : en même temps que la suppression de milliers de postes de contrats aidés, le gouvernement a décidé de baisser la part de financement état des contrats aidés de 90 à 80%. Cela double donc ce poste pour les employeurs (passage de 10 à 20%)
  5. Concernant la formation et les stages en immersion :
    Nous faisons valoir la carence de l’administration sur ce plan. Pour nous, il est hors de question que celle-ci se défausse sur les personnels de son incapacité à organiser des formations en exigeant d’eux de trouver seuls des stages en immersion, qui la plupart du temps n’ont pas sens pour des personnes ayant déjà un long passé dans la vie active. Nous insistons sur le fait que les textes disent "formations qualifiantes ou stages en immersion", et qu’il faudrait privilégier les premières dans une approche cohérente pour l’avenir des personnels.
    Le SG nous dit qu’il y a un problème dans la définition de "formation qualifiante". Qu’est-ce qui est considéré comme tel ? Les personnels ont le droit de s’inscrire au plan de formation. Mais beaucoup de ces formations ne sont pas considérées comme qualifiantes par Pôle Emploi. Une réunion académique rectorat Pôle Emploi va avoir lieu sur ces questions.
  6. Interlocuteur pour les personnels à l’IA :
    Nous faisons valoir que les personnels ont beaucoup de mal à avoir un interlocuteur en capacité de répondre à leurs inquiétudes et à leurs questions précises à l’Inspection académique. L’administration nous dit que les services ont été réorganisés, sans lien avec le sujet des EVS, et que les personnels vont trouver leurs marques rapidement... Nous insistons sur l’importance d’un accueil correct des personnels.
  7. Pôle Emploi référent pour les EVS :
    Le SG nous confirme que c’est bien le Pôle Emploi St Michel qui gère tous les contrats aidés, mais que le Pôle Emploi de Foix gère le sud du département. Cela pose parfois des problèmes car les préfectures de l’Ariège et de la Haute-Garonne n’ont pas toujours les mêmes approches sur le sujet des contrats aidés...

Rassemblement des EVS et personnels enseignants Place Wilson.
Quelques dizaines d’EVS et de collègues des écoles et établissements se sont regroupés à 15h mercredi 20 pour dénoncer la situation faite aux personnels EVS administratifs et exiger de vrais emplois. De nombreux témoignages (remontés par l’enquête de l’ODEP) ont été affichés ; de nombreuses passants ont lu les affichettes et posé des questions. Des journalistes étaient présents, ainsi qu’une élue du Conseil Général. Des pétitions ont été signées.
Nous avons fait le compte rendu de l’audience à l’IA, fait appel aux personnels pour poursuivre la campagne d’action en cours (lettres, pétitions, motions de conseils d’écoles, signalement des situations sur le site de l’ODEP31). La proposition a été faite de réaliser une affichette rendant public le salaire des EVS et le comparant à d’autres...

EVS : courrier de l’IA sur les renouvellements ; honteux !

La Cellule des Ressources Humaines de l’IA a envoyé un courrier vendredi 22 octobre aux écoles (daté du 20), celui-ci ayant sûrement réalisé qu’il était temps d’informer les personnels sur les renouvellements de contrats, renouvellements sur lesquels nos interpellations diverses, l’audience et le rassemblement de mercredi 20 ont une nouvelle fois attiré son attention...
Les conditions d’envoi de ce courrier et ses termes mêmes sont tout bonnement honteux. Annoncer aux personnels, le jour des vacances, à quelques jours des arrivées en fin de contrat d’un certain nombre d’entre eux, des conditions de renouvellement incluant une dégradation importante du contrat (passage de 26 à 20h et baisse de salaire correspondante + impact sur droits au chômage) et une obligation de stage d’immersion (puisque l’administration n’a pas assuré de formation qualifiante) à la charge des personnels, et dont certains n’avaient jusque là jamais entendu parlé, relève tout bonnement du mépris des personnes.
Comment certains personnels pourraient-ils se retourner dans les temps pour tenter de répondre aux conditions imposées par le Pôle Emploi (stage en immersion), et laissées à la charge de l’employée du fait de la carence de l’administration pour assurer une formation qualifiante ?
Nous dénoncerons très vivement cette façon de faire et intervenons sur les situations personnelles.

EVS : difficultés de renouvellement, encore !

Alors que certains contrats arrivent à échéance de renouvellement le 31 octobre, et que les personnels sont dans la situation d’incertitude et de dégradation de leurs droits que l’on sait (passage de 26 à 20h et perte de 190 euros de salaire, impact sur droits au chômage...), nous avons appris vendredi 23 octobre que certains EVS, qui souhaitaient renouveler leur contrat malgré la dégradation des conditions, et dont le renouvellement semblait acquis (accord du Pôle emploi et de l’IA), se voyaient opposer un refus de signature par le Lycée Pierre d’Aragon. Les réactions des écoles ont été vives et nous sommes intervenus nous même en urgence et avec beaucoup de colère auprès de l’IA et du rectorat pour exiger que l’administration tienne ses engagements.
Le problème viendrait en fait d’un passif de trésorerie du lycée, en lien avec un non remboursement de l’ASP (ex CNASEA qui verse la part de l’état) sur quelques situations dérogatoires d’EVS l’an dernier, mais sans aucun rapport avec les personnels EVS actuels. Nous avons demandé que l’administration trouve une solution en urgence pour les personnels qui ne sont en aucune manière responsables de cet état de fait. Nous avons également réaffirmé que l’exigence pour les personnels de stages en immersion était tout à fait abusive, l’administration n’ayant même pas tenté de donner une formation qualifiante aux personnels, et les personnels étant prévenus dans certains cas en dernière minute de cette exigence (courrier de l’IA reçu le 22 octobre).
A cette heure, une solution semble avoir été trouvé pour les personnes dont les dossiers sont à jour (accord du pôle emploi, stage...). Nous avons demandé que les situations de personnels inscrits à des formations soient prises en compte, même sans stage en immersion. Nous restons très attentifs à la suite qui est donnée à ces situations et continuons à intervenir pour que le problème soit définitivement résolu, car les difficultés risquent de se reposer lors des prochains renouvellements.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois