5 contributions : apérovisio, 2 chats, qu’est-ce qu’on fait ?, Je reçois cet email, Bonjour tout le monde...

lundi 23 mars 2020
par  snu31
popularité : 1%

Une nouvelle semaine de confinement. Vendredi 13, dernier jour d’école avant le confinement, nous avons décidé avec quelques collègues AESH de créer un groupe watsap.

Nos collègues seuls-es sont, du coup, moins isolés.

Un petit message le matin pour dire bonjour, le soir, on se raconte nos journées.

On s’appelle même en visio, ça fait du bien à tout le monde.

Pour ceux et celles qui sont en appartement, c’est rompre la monotonie, maintenir le lien avec l’extérieur.

Nous avons même fait un apéro en visio vendredi...mais chut 🤫 c’était que du bonheur. Merci à vous pour le lien que vous maintenez...

Et oui, on lâche rien. Danie


Dans ma maison il y a 2 chats, une petite fille de 2 ans qui rit, danse et chante et remonte sans le savoir le moral de ses parents !

Car son papa est pompier et travaille,comme tant d’autres, dans des conditions difficiles...

Lui ne peut pas rester à la maison mais il aimerait que les autres le fassent par civisme et solidarité.

Va t-on continuer à défendre l’hôpital public autrement que par des applaudissements à 20h00 quand le Corona ne sera plus qu’un lointain très mauvais souvenir ? Espérons-le, en attendant restez chez vous, chantez, riez, dansez et n’appelez les pompiers qu’en cas d’extrême nécessité ;) Céline


Dans ma maison, il y a cette pensée, celle qui revient, chaque jour, plusieurs fois par jour…. Qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on fait avec l’accueil des enfants de soignants ?

Qu’est-ce qu’on fait avec les appels à rester chez soi ?

Qu’est-ce qu’on fait avec les injonctions de "continuité pédagogique" ?

Qu’est-ce qu’on fait avec celles du maintien du lien avec les familles de nos élèves ?

Qu’est-ce qu’on fait de notre culpabilité ?

Celle de n’être à la hauteur ni pour nos proches, ni pour nos élèves, ni pour nos collègues, ni pour nos amis, ni pour ces anonymes soignants, commerçants, facteurs, routiers, éboueurs, caissiers et la liste est longue….

QU’EST-CE QU’ON FAIT ??????? Cette question, ça fait des mois, des années qu’on se la pose, qu’on essaie de la faire émerger dans les équipes.

Qu’est-ce qu’on fait pour ralentir, qu’est-ce qu’on fait pour réfléchir, qu’est-ce qu’on fait pour se poser, pour penser à nous, pour penser aux autres, pour que tout ce qu’on tente ne soit pas vain.

une maîtresse


Bonjour, Je reçois cet email. ( Email de l’IEN)

Est-il besoin encore de rappeler que l’heure n’est pas à la propagation du virus pour des choses inutiles ?

En tant que citoyenne et interpellée par des médecins et un ami infirmier sur le front actuellement, qui sont dans l’horreur, par l’intersyndicale des internes de France et des Dom qui en appellent au confinement total de la population, j’aimerais que l’on cesse ce genre de demandes qui poussent le personnel à des risques inutiles, qui poussent les familles à des risques inutiles.

De plus , là vous envoyez un signal aux familles très limite puisqu’ en ayant ces actions vous ne permettez pas aux familles de comprendre ce qui se passe.

Vous envoyez un signal contraire à celui des médecins. Et de ceux qui connaissent la crise sanitaire en ce moment.

Lorsqu’il y a le feu, on écoute les pompiers. Là, ce sont les gens sur le front médical qu’il est nécessaire d’écouter.(…)

Ce qui m’importe au plus profond de moi, c’est que l’on fasse attention les uns aux autres par des mesures de protection les plus efficaces possibles.

Cela ne va pas déjà être évident. N’en rajoutons pas.

Comme je l’ai déjà dit, j assure de mon côté comme je peux " la continuité pédagogique" alors des moyens matériels assez limités.

Bien évidement, maintenant, je ne prendrai plus rien d’autre venant de l’extérieur.

Je ferai autrement. Je fais autrement.

Je sais bien que ce n’est pas facile , l’Education Nationale reste très hiérarchique , notre ministre tient actuellement des propos qui sont absolument irresponsables. (…) En vous remerciant . Angélique


Bonjour tout le monde,

Petit partage syndical mais aussi de mon point de vue et d’un coup de gueule que je rumine depuis la semaine dernière...

Je ne veux blesser personne, ne pas remettre en cause des individus mais faire une critique et un constat (ce n’est que mon avis parmi d’autres) sur ce qu’il se passe en ce moment dans notre boulot.

Je ne suis pas syndiquée au SNUIPP mais je suis d’accord avec ce qu’ils disent. Je vous joins donc leur dernier mail en suivant.

Oui, il est urgent ...de réfléchir et de ne pas répondre dans l’urgence à toutes les injonctions sans penser aux conséquences sanitaires ou sociales de ce que l’on fait en ce moment.

On est dans un temps ralenti, profitons-en pour réactiver nos neurones de façon saine et sans précipitation.

On nous bassine pour ne pas sortir et en même temps, on demande à certain-e-s d’assurer des permanences dans des écoles (parfois dénuées d’hygiène car les personnels sont confinés aussi) auprès d’enfants de soignant-e-s qui sont déjà soumis à des risques sanitaires avec leurs parents et ce sans protections car on est déjà en pénurie pour les soignant-e-s.

Il faut assurer la continuité pédagogique et voilà qu’on envoie à tour de bras sur les ondes des fiches et du travail à des gens qui parfois n’ont qu’un ordi pour 5 et un parent en télétravail (ou pas d’ordi, oui ça existe aussi et plus qu’on ne croit !) et qu’on se fait le relais que tout est possible sans enseignant ni collectif d’élèves, même en maternelle !!!

Et que fait-on de nos élèves allophones, handicapés ou des parents analphabètes ? Que fait-on des vies des gens quand on leur envoie des mails à tout heure, we et soir pour faire un zèle qu’on s’ordonne tout seul. Que leur renvoie-t-on ? Qu’on est des machines ? Qu’ils doivent l’être aussi et qu’ils ont intérêt à jouer le jeu parce qu’en face, nous on assure !!

Alors, oui, je pousse un coup de gueule mais c’est aussi parce que l’urgence ce n’est pas nous qui la vivons dans notre métier, l’urgence ce sont ceux et celles qui sont au front, à l’hôpital, auprès des plus fragiles, ceux qui bossent dehors, les malades, les aidants...

Arrêtons cette mascarade et posons les jalons d’une situation réfléchie face à ce que nous vivons dans un présent qui est différent pour chacun-e car il y a des vies sous la blouse d’instit.

Arrêtons de porter les masques de supers héros. Les héros ce sont ceux qui sauvent et soignent. Ou alors soyons des héros du quotidien en restant chez nous et protégeons nos proches.

Cessons de nous laisser entraîner dans la culpabilité professionnelle qu’on se met parfois sans aide, tout le monde tâtonne en ce moment, ben oui la situation est inédite. Après ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi quand ça va à l’encontre des valeurs pour lesquelles on a choisi ce métier.

Bises de loin à tous et toutes. Prenez vraiment soin de vous et de vos proches. Une instit en télétravail mais aussi une mère, femme et compagne en confinement avec ses colères et ses questionnement.

Emmanuelle


Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois