INFOS COVID 19

mercredi 25 mars 2020
par  snu31
popularité : 1%

Bonjour à toutes et à tous,

 

En cette période difficile, les inquiétudes se multiplient et nous pouvons le vérifier tous les jours au SNUIPP-FSU31 par l’abondance de vos questions et de vos interrogations auxquels nous essayons de répondre.

Malgré nos diverses interventions, des personnels sont encore et toujours soumis à des injonctions qui entrent en contradiction avec la priorité sanitaire fixée par le gouvernement. Des pressions peuvent encore s’exercer sur des collègues sous prétexte de continuité pédagogique en imposant des permanences physiques entrainant des déplacements et regroupements inutiles.

_ Apparemment ce serait le cas pour quelques AESH…

Passé le choc de la gestion d’une crise que personne n’avait anticipée, l’urgence a été de se protéger sur le plan sanitaire. Les injonctions paradoxales causées par les priorités changeantes du ministère ont conduit certains « chefs », certes peu nombreux, à agir sans discernement, parfois au mépris de la volonté des collègues et au risque de leur santé. Des pressions restent toujours sous-jacentes.

  Le rôle des AESH est bien cadré … la continuité pédagogique n’est pas dans leurs missions. Ils et elles n’ont donc pas à se voir demander de l’assurer. Leur employeur est l’Éducation Nationale et leur hiérarchie de terrain n’a pas à contourner les règles qui structurent le confinement nationalement instauré.

Nous rappelons que la règle reste le volontariat autant pour les enseignants que pour les AESH.

Les AESH volontaires peuvent se rendre dans les écoles, si au moins un enseignant s’y trouve. Aucune pression, aucune culpabilisation ne doit être exercée sur les AESH, souvent en situation de précarité extrême, qui ne seraient pas volontaire.

—> Vous n’avez à fournir aucun justificatif si vous n’êtes pas volontaire. L’Autorisation Spécifique d’Absence est effectuée automatiquement dans ce cas.

  Posons-nous la question : comment faire ce travail d’accompagnant.e à distance ?

 

Comment les AESH peuvent-ils exercer leur métier, à domicile, sans outils adaptés, sans l’expertise professionnelle du travail à distance ? Sans formation ?

Les fondamentaux de leur travail restent les mêmes, leur identité est d’être au côté des enseignant.es, intégré.es à l’équipe éducative, pour aider les élèves en situation de handicap (fixé par la circulaire portant sur les missions des AESH).

_ Alors quelques pistes : épauler les équipes pédagogiques pour contribuer à maintenir le lien éducatif, rassurer les familles, apporter un soutien auprès des élèves en situation de handicap qui sont souvent les plus fragiles, les plus démunis, les plus exposés au décrochage …
Être un repère pour certains élèves dans l’isolement.
Idéalement, on pourrait envisager des entretiens à distance avec ces élèves ... Mais avec quel matériel ? Comment structurer le travail de liaison avec les collègues enseignants ? En bref, comment trouver une place auprès des équipes pédagogiques à distance dans une situation si particulière ? 

— > Chaque situation est différente, n’hésitez pas à nous informer des organisations que vous avez éventuellement mis en place.

  Pour aller plus loin :

 

La continuité pédagogique est un leurre...

Rien ne remplacera l’école, les personnels éducatifs (enseignant.es, AESH, ATSEM…) ne sont pas remplaçables par un écran et des fiches. Avancer le contraire, c’est faire le choix de creuser les inégalités entre élèves, tout en déconstruisant un peu plus nos métiers.

Pensons à celles et ceux parmi nos élèves qui n’ont pas d’accès internet, qui ne peuvent pas imprimer, dont les parents ne savent pas ou ne peuvent pas expliquer les consignes .... Ils et elles représentent la majorité.

 

Philippe Meirieu (essayiste, spécialiste de sciences de l’éducation et de la pédagogie) nous rappelle avec force et argument que le travail à la maison renforce les inégalités …  Clic ICI

Lettre du secrétaire national de la FSU au 1er Ministre : ICI  

Courrier intersyndical au ministre de l’éducation nationale : LA 

A la suite de ce mail, une Foire aux questions.

Nous sommes dans un contexte sanitaire très grave.

Les injonctions au confinement s’intensifient pour lutter contre un virus mortel. La priorité est donc de protéger les personnels et les familles.

Certaines consignes données par les IEN et l’administration sont contradictoires avec cette priorité.Elles sont aussi en contradiction avec les politiques sanitaires en vigueur pour éviter la diffusion et la propagation du virus.

Aucune obligation à être volontaire,  pas de pression, pas de  culpabilisation ... 

Il faut résister aux injonctions guidées par l’obsession du contrôle. _ Il faut savoir dire NON ça suffit !|

Bon courage, prenez soins de vous et de vos proches. On reste en contact…

Surtout n’hésitez pas, à nous faire remonter les dysfonctionnements, malgré le confinement, ON EST LÀ !

Joaquin Gonzalez et Xavier Mouchard pour le SNUIPP-FSU31


Quelques informations utiles à faire suivre si possible (ministère du handicap)
Foire Aux Questions ci-dessous :

Pour les parents de personnes et d’enfants autistes

La plateforme d’écoute Autisme Info service est renforcée pour soutenir les familles pendant la période de confinement.

La période de confinement est un moment particulièrement complexe pour les familles d’enfants autistes et les personnes autistes adultes. Comment activer la pair-aidance à distance ? Comment créer des plannings et occuper des enfants qui ont besoin de routines ? Comment assurer dans de bonnes conditions la continuité de la scolarité ? Des professionnels peuvent-ils encore intervenir à domicile ? Comment gérer les crises ? Quels sont les outils pour apprendre aux personnes et enfants autistes les gestes barrières ? Quel soutien pour assurer une continuité des prises de médicaments ? Quels types d’aides sont ou seront mises en place pour pallier les pertes de ressources financières ?

Contactez Autisme Info Service :
Par téléphone : 0800 71 40 40
Par mail : autismeinfoservice.fr

Mon enfant est scolarisé en unité d’enseignement externalisée dans une école ou un établissement, peut-il s’y rendre ?

Toutes les unités d’enseignements localisées dans les écoles ou établissements scolaires sont fermées, comme toutes les autres classes.

Les AESH peuvent-ils être mis à disposition à domicile pour intervenir sur la continuité pédagogique ?

Les accompagnants ne doivent pas se rendre au domicile des élèves. Ils peuvent contribuer au maintien du lien avec les familles des élèves qu’ils accompagnent, par téléphone ou messagerie électronique.
_ SNUIPP-FSU : encore faudrait-il qu’ils disposent de leurs coordonnées. Jusqu’à preuve du contraire, hormis petits arrangements avec les familles ils ne sont pas censés officiellement les avoir. Il n’y a pas si longtemps que cela, on sommait les AESH de ne pas interagir avec les parents d’élèves, puis l’on a ensuite admis que les échanges étaient possibles en présence de l’enseignant. Après les avoir enfermés dans un rôle de travailleurs invisibles et précaires, tout à coup, tout est possible. Si tel était le cas il faudra s’en souvenir une fois la crise sanitaire passée.

Les AESH peuvent-ils intervenir pour accompagner les élèves en situation de handicap dont les parents sont personnels de santé ?

Si une école ou un établissement scolaire accueille des enfants des personnels de santé, les AESH pourront être sollicités pour accompagner un enfant en situation de handicap dans ce lieu d’accueil afin de poursuivre l’accompagnement dans le cadre de la continuité pédagogique. Seul.es les AESH volontaires interviendront. Toutes les personnes présentant des fragilités face au virus ne doivent pas intervenir.

Qu’est-il prévu pour les équipes éducatives et de suivi (ESS) de la scolarisation pendant la fermeture des établissements scolaires ?

Afin de ne pas retarder l’envoi des dossiers à la MDPH, les ESS peuvent être maintenues en visioconférence où audio conférence uniquement.