Au jeu de la patate chaude, les derniers seront les personnels des écoles (AESH, PE, ATSEM ...)

jeudi 23 avril 2020
par  snu31
popularité : 1%

Sortir du confinement, reprendre le chemin de l’école, les AESH, les PE, tous les personnels des écoles le veulent bien.

Mais pas n’importe comment.

On assiste actuellement au grand jeu de la patate chaude : le président donne une date de reprise des cours, Blanquer, parle de rentrée plus ou moins échelonnée, de « retour progressif », recteurs.trices, IA-DASEN ne savent rien et déjà certains IEN et chefs d’établissement demandent aux équipes d’organiser la reprise !

D’après l’IA-DASEN, un cadrage national est attendu qui se déclinera au niveau académique. Mais pour le moment, il est encore trop tôt pour poser des organisations. Il y a trop d’inconnus.

Le SNUipp-FSU rappelle que, quelle que soit la date de reprise, aucune rentrée n’est possible tant que l’assurance ne sera pas donnée que des consignes impératives aient été émises dans le cadre d’un protocole national et toutes les conditions réunies.

Les dernières annonces de Blanquer sur "l’organisation" de la reprise ne prennent pas en compte la question de la scolarisation des enfants en situation de handicap et de leurs accompagnant.es. Notre article - en cliquant ICI

En attendant qu’en est-il des demandes des personnels en termes de sécurité :

Dans un courrier adressé au ministre, voici les exigences que nous avons posées comme indispensables à la ré-ouverture des écoles : (la totalité du courrier en cliquant ICI )

• Proposer à tous les personnels (enseignant-es, AESH, AED, ATSEM, ...) comme aux élèves la possibilité d’un test de dépistage sérologique pour déterminer qui a été contaminé et qui est susceptible de l’être.

• Déterminer un protocole national en cas de contamination d’élèves et/ou de personnels pouvant conduire à la fermeture de l’école

• Mettre à disposition des masques en quantité suffisante, du savon, et du gel hydro-alcoolique, des serviettes et des mouchoirs jetables

• Désinfecter avant chaque changement de groupe les locaux et le matériel scolaire collectif

• Réaménager les classes et les espaces pour respecter les distances barrières.

• Élaborer avec les collectivités locales et l’aide des acteurs de prévention, dont les CHSCT, des modalités précises d’organisation des écoles adaptées à de jeunes enfants pour tous les moments de la journée en fonction des locaux (sortes de PPMS locaux). Comment organiser la cantine, les récréations, le transport scolaire, l’accueil des parents, la garderie, l’échelonnement de l’accueil et de la sortie des élèves… ?

• Les collectivités locales devront être aidées par l’État pour faire face des besoins importants de personnel supplémentaire.

• Les équipes devront disposer d’un temps, suffisamment long et institutionnalisé, pour travailler à cette organisation en lien avec les autres personnels de l’école (ATSEM, AESH…).

Vous trouverez également en cliquant ICI le compte-rendu du CHSCtD du 22 avril.

La distanciation sociale est évidemment un élément très prégnant pour les AESH :

Comment mettre en place cette distanciation alors que la mission même des AESH est d’accompagner au plus près les élèves en situation de handicap ?

Comment faire avec les élèves autistes qui ont souvent besoin d’encadrement global et au plus près ?

Avec des élèves qu’on doit changer ? accompagner aux toilettes ? parfois porter, maintenir, faire manger, être à côté pour expliciter, reformuler ?

Quelles pressions subiront-elles/ils pour qu’on impose aux élèves les mesures de distanciation par rapport aux autres ?

Toutes ces questions doivent être discutées pas seulement par les enseignant.es. Les AESH doivent pouvoir participer aux réunions d’équipes pédagogiques pour une éventuelle reprise. Des réponses doivent être apportées à toutes leurs questions par l’administration.

Beaucoup d’entre elles/eux font partie de personnels à risques ( ex CAE-CUI âgé-e-s, avec une RQTH ou les deux).

D’ores et déjà nous savons, après les annonces du ministre, que les AESH et les PE en situation de fragilité ou ayant dans leur famille des enfants, des conjoints dans ce cas-là, n’auront pas à reprendre le travail.

Mais que vont faire les enseignant.es dans ce cas ?

Les élèves en situation de handicap pourront-ils revenir à l’école ?

On le voit, la reprise ne doit pas reposer sur les écoles et les établissements. Le ministère doit prendre toute sa responsabilité sur ce dossier.

Nous demandons un cadrage national avec un protocole de reprise : IL FAUT DES REPONSES CLAIRES du gouvernement et de notre hiérarchie.

L’organisation de la reprise, pour les enfants en situation de handicap comme pour tou.te.s les élèves, ne doit pas être traitée au sein de chaque école et chaque établissement !

Le SNUipp-FSU déposera un préavis de grève national et diffusera un protocole du droit de retrait pour permettre aux collègues qui estiment que les conditions sanitaires ne sont pas réunies, de ne pas se rendre sur leur lieu de travail à partir du 11 mai.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois