Audience ministérielle école inclusive : maintien des politiques libérales au détriment des élèves

mercredi 2 février 2022
par  snu31

Le SNUipp-FSU a été reçu en audience sur l’école inclusive jeudi 20 janvier par la Sous-directrice des savoirs fondamentaux et des parcours scolaires, et son service de l’école inclusive. Le SNUipp-FSU y a porté l’analyse de la situation de la scolarisation des élèves dits à besoins éducatifs particuliers et nos revendications.

=> Les besoins pour une Ecole émancipatrice et une inclusion de qualité : Enseignant.e et AESH, faites remonter les besoins en complétant l’ENQUETE ECOLE ET METIER DU SNUIPP-FSU ICI

Nous faisons le constat après deux ans de pandémie d’une accélération des problématiques liées à la mise en place d’une politique libérale de l’inclusion et de la souffrance que cela engendre chez les collègues, les élèves et leur famille. C’est une dégradation des conditions de scolarisation des élèves dits à besoins éducatifs particulier qui ont des protocoles inadaptés à leur situation scolaire  : protocoles spécifiques pendant la crise pour les élèves d’ESMS (Établissement Social ou Médico-Social), isolement des élèves d’ULIS, impossibilité de protéger les collègues Aesh/PSY/Maître.sse E et G dans le cadre de leur travail individuel ou en petit groupe, non-respect des missions des enseignant·es spécialisé·es conduisant au tri des élèves et à la remise en cause des projets de scolarisation et des projets pédagogiques des élèves en grande difficulté.

Le SNUipp-FSU condamne la politique libérale qui n’a pas mis les moyens pour faire face à l’augmentation de la scolarisation des élèves en situation de handicap : suppression des RASED, contractualisation des PsyEN, les réductions du nombre d’enseignant·es spécialisées sur le terrain / dévoiement des missions, recul du collectif enseignant, suppression de postes de RASED ; maître G et E, pas de temps institutionnels, fermeture des postes PDMQC (Plus de Maitre.sse Que de Classe), retrait des enseignant·es de RASED du terrain, empêchement de leurs missions…

Enfin le SNUipp-FSU a dénoncé un renoncement de l’Education Nationale à faire de l’école un lieu d’émancipation par l’accès aux savoirs et à la culture : externalisation et médicalisation de la difficulté scolaire, évaluation des politiques inclusives uniquement par des indicateurs chiffrés, gestion déshumanisée des personnels notamment par les PIAL (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés), non-respect des seuils dans les ULIS, non comptage des élèves dans les effectifs classe…

Le ministre de l’éducation nationale n’a pas répondu aux problématiques de moyens. L’inclusion est en marche et se poursuivra dans cette direction : renforcement des PIAL, développement des formations localisées et de la VAEP (Validation d’Acquis de l’Expérience Professionnelle) , vers une inclusion totale des élèves en classes sans dispositif particulier pour les accompagner, suppression des places en ESMS comme la seule garantie d’une augmentation des inclusions.

Nous ne portons pas la même analyse sur les nouveaux outils comme le LPI (Livret de Parcours Inclusif), ou sur les nouveaux dispositifs comme les EMAS (Equipes Mobiles d’Appui à la Scolarisation) qui ne font que traiter le problème en le médicalisant en retirant le rôle essentiel d’une expertise et d’une action du collectif enseignant, avec un regard pluri professionnel.

Le SNUipp-FSU a dénoncé la qualité du dialogue social sur ces questions, l’exclusion des représentant.es du personnel des comités consultatifs de l’école inclusive, le refus d’avoir des groupes de travail sur les expérimentations qui ont conduit à des décisions et des mises en œuvre sur le terrain (EMAS-LPI-GANESH).

La sous-directrice s’est dite prête à ouvrir des groupes de travail, le SNUipp-FSU demandera dans les jours qui viennent de se mettre autour de la table sur les sujets suivants :
  • Les moyens pour l’inclusion : effectifs ULIS, départs en formation, ouverture de places en ESMS, CMPP, SESSAD, collectifs de travail, RASED, PDMQC, temps de concertation, conditions de travail des ERH (Enseignant.es Référent.es de Scolarité), des AESH, abandon des PIAL….
  • La formation spécialisée : CAPPEI et stages MFIN (Modules de Formation d’Initiative Nationale), évaluation du déploiement…