CDEN de bilan 24/11- le compte rendu : école inclusive

jeudi 26 novembre 2020
par  snu31

Adaptation scolaire et scolarisation des élèves en situation de handicap

Bilan sur les PIAL

Jusqu’à la rentrée 2019 : 104 PIAL isolés (1 école ou établissement = 1 PIAL) et le reste des écoles étaient hors PIAL à la rentrée 2020 : mise en place de 24 PIAL inter-degrés (+ maintien des 104 PIAL isolés + toujours des écoles hors PIAL)

Avec la mise en place des PIAL inter-degré, de nouvelles missions ont été confiées aux AESH et aux PE : AESH référent.es et aux enseignant.es coordinnatrices-teurs.

Le SNUipp-FSU 31 a dénoncé en juin l’urgence la précipitation dans de la mise en place à marche forcée de ces nouveaux PIAL et dans les appels à candidature ne permettant pas aux AESH et aux enseignant.es de s’y projeter en ayant accès correctement aux missions qui leur seraient confiées. Un flou règne quant au recrutement des AESH référent.es beaucoup n’ont pas été destinataires de « l’appel d’offre » de cette nouvelle mission.

Le DASEN annonce qu’avant la mise en place des PIAL inter-degré qu’il n’y avait aucun pilotage et aucune visibilité de la répartition des AESH sur le territoire.

Le DASEN met en avant qu’avec les nouveaux PIAL, il a pu constater que certains secteurs étaient sur-dotés alors que d’autre sont sous-dotés en raison de l’absence de redéploiement à chaque rentrée.

Pour le SNUipp-FSU 31 les redéploiements effectués en cours d’année, comme cela a été le cas avant les vacances d’automne, est irrespectueux de l’accompagnement mis en place pour une inclusion de qualité des élèves en situation de handicap. Les conséquences sur les équipes (AESH et enseignant.es) ainsi que sur les élèves et leur famille sont inadmissibles.

Au 24 novembre 2021, 314 élèves notifié.es ne sont toujours pas accompagné.es dans les PIAL inter-degré. Cela ne correspond donc pas à la réalité du terrain puisque le DASEN nous affirme ne pas être en capacité de donner le nombre d’élèves non accompagnés en dehors des PIAL.

Nous l’avons interrogé sur les raisons de cette impossibilité (alors que nous en avions les années précédentes). Il nous semble impossible de faire un bilan objectif sans avoir des éléments de comparaison. Sachant que le ministère se dit favorable aux PIAL inter-degré et que l’ensemble des moyens et des indicateurs dans notre département y sont dédiés, le bilan biaisé est tout fait !

Le rectorat a effectué le recrutement de 20 ETP d’AESH. Elles.ils seront affecté.es dans les PIAL déficitaires. Et ailleurs ?

Pour le SNUipp-FSU 31 , l’ensemble des moyens ne peut être utilisé que pour afficher un bilan « positif » des PIAL inter-degrés sans donner les moyens aux autres organisations de fonctionner également. Certains secteurs, notamment sur Toulouse sont très en tension. Ce recrutement est loin d’être suffisant. Dans certaines circonscriptions la remonté des besoins est de 15 ETP alors que seul 3 AESH sont recruté.es soit 1 AESH pour 5 élèves !

Le DASEN rappelle qu’il n’y a pas de règle dans les accompagnements mutualisés et que les affectations dans les PIAL doivent se faire en fonction des besoins du terrain. Mais que 1 AESH peut très bien accompagner 2 élèves comme 5.

Le SNUipp-FSU31 a déjà dénoncé à de très nombreuses reprises la mutualisation sans moyen. Les besoins du terrain ne sont pas écoutés et ce sont des répartitions purement comptables qui s’effectuent.

Le DASEN a également rappelé que le nombre d’heures d’accompagnement doit évoluer tout au long de la scolarité. L’accompagnement mutualisé ne doit pas perdurer puisqu’il vise à l’autonomie.

SNUipp-FSU 31 est intervenu pour rappeler la réalité du terrain : impossibilité de réunir 1 ESS par an. Dans la vraie vie des écoles, le questionnement du projet de scolarité des élèves en situation de handicap n’est pas possible tous les ans.

Le SNUipp-FSU 31 a écrit au DASEN concernant la situation des ERS dans le département. COURRIER ICI Les solutions apportées par l’institution (ESS menées par les directions, les psychologues EN, avec des aides de coordonnatrices.teurs d’ULIS, d’enseignant.es SEGPA et le report de certains dossiers aux autres ERS) ne sont pas tenables d’autant plus quand l’école inclusive est annoncée comme une priorité. Nous avons demandé à être reçu.es en audience rapidement sur cette question.


Navigation

Articles de la rubrique