Après la première phase de carte scolaire : l’analyse et le compte-rendu détaillé du SNUipp-FSU 31

mercredi 10 février 2021
par  snu31

CDEN : les mesures finales de la première phase de la carte scolaire - ICI

Les DECLAs :

  • CTsD du 27 janvier : la caricature ICI
  • CTsD de repli du 3 février : l’aile d’un mirage LA
  • CDEN du 5 février - ICI.
  • Et la DECLA des élu.es psychologues EN :LA
A l’issue d’un CTsd le 26 janvier, d’un CTsd de repli le 3 février et du CDEN du 5 février, et après environ 15h de batailles avec l’administration, et de discussions avec les partenaires ( organisations syndicales, parents d’élèves, collectivités territoriales, conseil départemental), voici comment se déclinent les décisions du DASEN pour cette première phase de carte scolaire pour la rentrée 2021 :
  • PIAL : 4 postes (pour les décharges)
  • dispositif ULIS : 6 postes
  • Enseignants référents de scolarité : 2 postes
  • décharges direction : 8 postes
  • Référent directeur.trice : 1 poste
  • 58 fermetures de classes
  • 65 ouvertures de classes

Au final, il resterait 16 ou 17 postes pour les phases de juin et septembre. Contrairement à cette rentrée, il n’y aurait pas fermeture en septembre.

Ce qu’il faut retenir des arbitrages du DASEN

La disparition des seuils départementaux garantissant l’équité

Le DASEN entérine la fin des seuils et arbitre la carte scolaire sans règle collective et sans transparence. Objectifs fixés : tendre vers moins de 30 en maternelle, moins de 27 en élémentaire, 24 en éducation prioritaire ( sans distinction REP/REP+). L’administration s’engage petit à petit vers une globalisation des effectifs sur les écoles primaires.

Pour le SNUipp-FSU 31, c’est une régression. Si les seuils n’étaient qu’indicatifs ( non inscrits dans la loi), pour autant, ils étaient la garantie d’un traitement équitable entre toutes les écoles et tous les élèves du département. Les DASEN s’attachaient généralement à les tenir dans leur département en mettant justement en avant ce principe d’équité.

Des mesures gouvernementales encore NON financées qui dégradent le taux d’encadrement des autres niveaux

Dédoublements CP/CE1 en Education prioritaire, GS à 24 et dédoublement des GS en REP/REP+ : des mesures affichées qui se font à moyens constants et/ou en dégradant les conditions d’apprentissages des élèves des autres niveaux, allant jusqu’à hypothéquer la scolarisation des TPS en Education Prioritaire. Cela représente une économie de 11 postes en élémentaire REP/REP+ (classes autres niveaux à + de 21 de moyenne), un recul sans précédent dans ces écoles.

Mise en place des mesures gouvernementales : une politique de" l’aubaine"

Seule une conjoncture de baisse d’effectifs dans certaines écoles a guidé la réflexion pour la mise en place de ces mesures. Aucune prise en considération d’éléments de contexte (écoles situées en politique de la ville ou dans les écoles identifiées comme "difficiles"). Il en est de même pour les 8 écoles maternelles de l’EP (sur 34) qui auront des GS dédoublées à la rentrée.

Au final, le DASEN n’y consacre aucun moyen.

La globalisation des effectifs et la régulation à outrance sur les écoles d’une commune

Nouvelle pratique sur le département qui vise à rentabiliser le moindre poste sans tenir compte des élèves, des cohortes qui sont éclatées entre 2 sites, des liaisons entre cycle balayées, des organisations pédagogiques imposées aux équipes et des structures d’écoles qui se verront modifiées pour "optimiser". Le DASEN ferme même des classes au dessus des seuils en organisant des régulations.

Ecole inclusive

- Des élèves d’ULIS enfin pris en compte dans les opérations de carte scolaire. Avec 2 rentrées de retard, faute de moyens, l’administration appliquera ENFIN la loi à la rentrée 2021. Les élèves d’ULIS sont donc comptabilisés dans les effectifs, ce qui permet de ne pas fermer dans certaines situations ou bien d’ouvrir une classe.

- Création de 2 postes supplémentaires d’enseignant.es référent.es de scolarité.

C’était une demande portée sans relâche depuis 2 ans par le SNUipp-FSU 31 au vu du nombre croissant de dossiers portés par les ERS, leurs conditions de travail très dégradées. Le compte-rendu de notre audience du 07/12/20 « Ecole inclusive ICI ». C’est positif mais encore insuffisant pour rattraper le retard accumulé. 5 postes seraient nécessaire pour réellement diminuer le nombre de dossiers par ERS.

- Suppression de 7 postes de RASED E et G pour ouverture de 7 postes « d’enseignant ressource pour la vie scolaire ».

Le SNUipp-FSU 31 s’est très fortement opposé à cette nouvelle destruction des RASED poursuivie par le DASEN. Lire ICI la déclaration des élu.es SNUipp-FSU psychologue EN EDA.

- Généralisation des PIAL à la rentrée 2021 Le SNUipp-FSU 31 continue de dénoncer un outil de gestion qui, sans moyens AESH supplémentaires, organise la mutualisation à outrance au détriment de la qualité des accompagnements et des conditions de travail de toutes et tous.

Poste d’UPE2A : 1 seule création !

Alors que le nombre d’élèves primo-arrivants sans dispositif augmente dans les classes, la dotation ne permet qu’une seule ouverture !

Pas de création de postes de remplaçant

Alors qu’il aurait fallu un plan de rattrapage en urgence pour faire face à la pénurie dans notre département, le DASEN envisagerait des créations en juin ou septembre s’il reste des postes ! Formation continue, pondération en REP+ suspendues depuis des mois ... cela montre bien la nécessité à créer des postes de remplaçantes pour la prochaine rentrée.

Fermeture de 2 postes d’enseignant.es dans les centres de ressources en lien avec les CADP.

Après la fermeture du poste du pôle ressource littérature pour l’Education prioritaire en 2018, la culture ( non-essentielle ?) est de nouveau attaquée dans notre département.

Le SNUipp-FSU 31 a voté contre ce projet de répartition des moyens. Nous avons besoin d’un plan d’urgence, d’un véritable investissement dans l’école, d’une véritable reconnaissance des équipes et de leur professionnalité. Nous en sommes loin, mais nous ne lâchons pas !

COMPTE-RENDU détaillé ci-dessous