CTsD et CDEN de rentrée : compte-rendu et questions diverses

vendredi 10 septembre 2021
par  snu31

« Une rentrée simple et peu compliquée du point de vue des effectifs »

C’est ainsi que le DASEN a qualifié la rentrée en Hte-Garonne. Une rentrée « simple » puisque d’après lui, rares sont les situations d’école problématiques où les moyennes dépassent 30 en maternelle et 27 en élémentaire. Le département semble s’inscrire dans la tendance nationale avec une démographie en baisse (dans l’attente du constat de rentrée) :

  • Rentrée Scolaire 2020 : moins 500 élèves/Dotation + 88 postes
  • RS 2021 : prévisionnel 0/Dotation + 50 postes
  • RS 2022 : prévisionnel moins 300
  • RS 2023 : prévisionnel moins 600

Cette baisse d’effectifs couplée à ces dotations positives permet d’améliorer le taux d’encadrement du département.

L’engagement de non fermeture à la rentrée a été tenu.

D’après l’administration, le « seul sujet de la rentrée » est celui du remplacement au sujet duquel des groupes de travail vont être organisés pour gagner en efficience. Il y a actuellement 545 TR sur le département.

SNUipp-FSU 31

Si dans les tableurs de l’administration, la situation de la Hte-Garonne s’améliore, sur le terrain, la réalité est autre. A cette rentrée, à l’issue des décisions d’ouverture, il reste encore des écoles où le seuil est dépassé.

Nous avons rappelé au DASEN quelques caractéristiques propres à notre département :

  • un des P/E (taux d’encadrement) les mauvais au niveau national
  • des RASED décimés
  • des Plus de Maîtres que de classes tous supprimés depuis 2017 à l’arrivée de Blanquer
  • une formation continue exsangue et même déjà annulée jusqu’à fin septembre
  • des ERS pour lesquels le nombre de dossiers à gérer excède largement la moyenne nationale
  • une pénurie de remplacement
  • une forte baisse de la scolarisation des TPS en éducation prioritaire
  • des ULIS au delà de 12
  • etc…

« Une rentrée simple » effectuée grâce à des dérégulations qui n’avaient pas cours jusque là dans notre département : globalisation des effectifs sur les écoles primaires, sur des groupes scolaires et parfois sur des communes, fins des seuils et des repères, reculs sur la scolarisation des TPS, augmentation des effectifs dans les classes de l’Education Prioritaire et hors niveaux CP et CE1 ailleurs, dépassement des effectifs en ULIS…

Oui il y a encore des problèmes d’effectifs en Hte –Garonne et les postes « hors la classe » pourtant indispensables pour la réussite de tous les élèves sont réduits à peau de chagrin.

« Un.e enseignant.e dans chaque classe à la rentrée »

Dans la presse ou dans les instances, le DASEN, malgré les interventions unanimes des organisations syndicales et des fédérations de parents d’élèves, continue d’affirmer qu’il y avait le jour de la rentrée un.e enseignant.e devant chaque classe. Le DASEN a rappelé qu’un.e remplaçant.e ou un. contractuel.le était bien un.e enseignant.e.

SNUipp-FSU 31

D’après notre enquête, ce sont plusieurs dizaines d’écoles qui sont concernées par une vacance de poste et qui a eu des conséquences sur le fonctionnement général de l’école et l’accueil des élèves : écoles avec 1, 2 ou 3 titulaires non nommé.es le jour de la rentrée, valse de remplacant.es (parfois à la demi journée), contractuel.les nommé.es du jour au lendemain, compléments de service vacants, classes encore réparties à ce jour en attente d’un.e enseignant.e, journées de formation continue déjà annulées, sans oublier les dégradations de travail pour les collègues TR malmené.es dans leurs missions et leurs affectations. D’après les dires de l’administration, 12 situations ne seraient pas encore stabilisées.

Non, ce n’est pas une rentrée normale et sereine !!!

Le recours massif à la contractualisation dès cette rentrée (68 contractuel.les d’ores et déjà en poste + 25 en cours de recrutement pour les ouvertures de classe prononcées lors de ces instances) démontre qu’il y a un manque de personnels titulaires. Baisse du nombre des postes au concours, refus de recourir à la liste complémentaire du CRPE nous conduisent à cette situation de rentrée dégradée. Le ministre organise volontairement cette entrée dans le métier par la précarité et la flexibilité en accord avec sa vision libérale de l’école.

25 postes qui tombent du ciel pour assurer la rentrée.

Il ne restait plus qu’un poste de la dotation pour cette rentrée et le DASEN a prononcé 25 ouvertures.

  • 16 postes pour pouvoir afficher 100% de dédoublement des GS en REP+ avec autorisation ministérielle d’ouvrir pour cette mesure.
  • 9 postes pour ouvrir "à crédit" dans des situations où l’augmentation des effectifs était au delà des seuils.

Tous ces postes seront à déduire de la dotation que le département obtiendra pour la rentrée 2022 !!!

SNUipp-FSU 31

Pour le SNUipp-FSU 31, si ces ouvertures sont de bonnes nouvelles pour les élèves et les enseignant.es, ces postes obtenus dans le cadre d’une négociation « inédite » avec le ministère permettront de faire un bel affichage quand sonnera l’heure du bilan de la mandature présidentielle. Pourtant, depuis des années, face à des dotations insuffisantes, le SNUipp-FSU n’a cessé de revendiquer une dotation exceptionnelle ; demande qui a toujours été qualifiée « d’impossible » par l’administration.

A 8 mois de la présidentielle, l’impossible devient possible et 16 postes, dans le cadre d’une dotation fléchée, arrivent pour dédoubler les GS en REP+ et 9 postes pour des situations en grande tension.

Depuis 4 ans et l’arrivée de JM Blanquer, les mesures présidentielles (dédoublement en GS, CP et CE1 en Education prioritaire, non fermeture dans les communes de moins de 5000 habitant.es, allègement des effectifs à 24 en CP et CE1 partout, scolarisation obligatoire à 3 ans) n’ont jamais été financées. Elles ont été faites à moyens constants et donc au détriment des autres élèves. Suppression des maîtres.ses surnuméraires, augmentation des effectifs dans les classes non concernées par les annonces, baisse du taux de scolarisation des TPS… Jamais financées, sauf cette année… étrange coïncidence…

Ci-dessous, les questions diverses auxquelles l’administration a apporté des réponses ( ou pas…) : Postes vacants, AESH, PIAL, ULIS, scolarisation des TPS, UPE2A

ainsi que nos déclarations liminaires auCTsD ICI et au CDEN LA .

Grande section dédoublées :

Alors qu’il ne restait qu’un seul poste de la dotation, le DASEN a ouvert 16 postes pour pouvoir afficher 100% de dédoublement des GS en REP+ avec autorisation ministérielle d’ouvrir pour cette mesure. Si c’est une bonne nouvelle pour les élèves, ces postes "qui tombent du ciel" permettront de faire un bel affichage quand sonnera l’heure du bilan de la mandature présidentielle.

Le DASEN s’est engagé à ne pas désorganiser les écoles après la rentrée.

Les ouvertures peuvent donc se traduire par :

  • le maintien de l’organisation pédagogique prévue en juin avec "l’utilisation" de l’enseignant.e comme un moyen supplémentaire ... un Plus de Maître que de Classe pour les GS.
  • une co-intervention de 2 enseignant.es dans une même classe de GS
  • une nouvelle répartition avec des classes de GS à 16 élèves maximum

Les équipes ont 1 an pour réfléchir à une répartition pédagogique prenant en compte l’allégement des effectifs dans les classes de GS.

La mairie de Toulouse a d’ores et déjà annoncé que les ouvertures seraient effectuées à moyen constant  : pas de travaux pour les locaux et pas d’ATSEM supplémentaire.

N’hésitez pas à nous contacter si besoin