Groupe de travail sur le remplacement 17 décembre 2021

vendredi 7 janvier 2022
par  snu31

Suite au premier groupe de travail sur le remplacement, dont le compte rendu est disponible en allant voir par ici, le FSU-SNUipp 31 a participé au deuxième groupe de travail sur le remplacement qui s’est tenu le Jeudi 16 décembre.

Etaient présent.es :

M. Sieye (DASEN), M. Alberici (IENA), 2 IEN, M. Poujols (DEP5), et les représent.es des Organisations Syndicales FSU-SNUipp 31 ; Snudi-FO ; SE-UNSA

Introduction du GT

Le DASEN a rappelé la tenue du premier groupe de travail et a mis en avant le travail réalisé par les services du rectorat lors de bilatérales circonscriptions/rectorat, bilatérales qui ont permis de faire le point sur la situation du remplacement dans le département.

L’administration nous a alors présenté le tableau ci-dessous, résultat de ces bilatérales.

Plusieurs éléments sont à prendre en compte dans la lecture de ce tableau.

Tout d’abord, le nombre de TR disponibles en tant que TR correspond au nombre de TR qui étaient disponibles en septembre, et ne comprend donc pas les presque 300 TR qui étaient déjà affectés sur des remplacements longs dès la rentrée.

Il faut ensuite savoir que, d’après le ministère lui même, le taux de remplacement doit être de 8% des effectifs pour que le système puisse fonctionner.

Ce tableau ne comprend pas non plus les Titulaire de Secteurs (TS) qui sont affectés en tant que TR (74 TS affectés en TR à temps plein et au moins 174 TS à mi-temps TR). Ces TS faisant fonction de TR permettent (très) difficilement au département de se maintenir à flot..

Dans tous les cas, la situation du remplacement lors de la rentrée 2021 était tout simplement catastrophique. Une seule circonscription atteint les 8% et globalement le taux de remplaçants tombe à 4,6%.

C’est inadmissible et scandaleux !

JPEG - 142.2 ko

DASEN Si le taux de remplacement est dans les faits autour de 5%, pour le ministère, les postes de TR existent, même si ces TR sont bloqués sur des postes à l’année. Nous avons suffisamment de remplaçants, le taux de est autour de 8%, et nous t’obtiendrons pas de rallonge ministérielle à ce titre. Face à cette situation catastrophique, nous allons redéployer les TR afin de les recentrer autour de la couronne toulousaine et mieux répartir les TR dans les différentes circonscriptions.

Pour le FSU-SNUipp 31, les solutions proposées sont un pansement sur une jambe de bois. La question des moyens doit rester centrale : le département ne peut plus fonctionner dans un tel état de décrépitude du remplacement.

Si les services du rectorat ne sont pas en capacité d’obtenir du ministère les postes dont le département a besoin, le FSU-SNUipp 31 maintient sa demande : un plan pluriannuel de recrutements statutaires massif dont l’École a besoin pour pouvoir fonctionner dans de bonnes conditions.

DASEN

Nous sommes dépassés par la situation au niveau des ressources humaines. De très nombreux remplaçants ne sont pas disponibles pour de nombreuses raisons (Congé maladie ordinaire, longue maladie ou longue durée). De nombreux enseignants sont aussi dans des situations médicales ou dans des positions où ils ne sont pas face à classe ou moins face à classe (disponibilité, temps partiel etc ).

Les délégués du FSU-SNUipp 31 sont intervenus pour demander au DASEN de ne pas revenir en arrière sur la politique de ressources humaine concernant les temps partiel et les disponibilités sur autorisation.

Andjaro

Vous retrouverez ci-dessous la présentation diffusé par les services de la DSDEN lors de ce groupe de travail. Comme vous pourrez le constater, la DSDEN du 31 va faire partie de l’expérimentation avec l’application Andjaro dès janvier 2022. Cette application n’a pas vocation à régler le problème du remplacement dans notre département, mais à améliorer les conditions de travail des personnels administratifs (secrétaires de circonscription). Une formation leur sera proposée pendant le mois de janvier. Le paramétrage de l’application (critères retenus pour prioriser les remplacements) devrait être académique. Le DASEN souhaite qu’il puisse être le plus fin possible, pour s’adapter au département.

Pour le FSU-SNUipp-FSU 31, le ministère préfère faire appel à une start-up plutôt qu’à des personnels de l’éducation nationale. C’est un nouvel exemple de la logique d’externalisation, non des missions de l’État mais des supports techniques à son action. Nous sommes opposés à cette logique de marchandisation de l’école !

JPEG - 83.3 ko

De toute évidence, l’éloignement humain entre le remplaçant et la secrétaire de circonscription qui affecte desservira les collègues remplaçants dans leur affectation.

Un champ libre "appétences" pourra être rempli par la secrétaire de circonscription, afin de noter les préférences des remplaçants (niveau d’enseignement, type de poste...) mais ce champ ne sera pas utilisé par l’algorithme pour décider de l’affectation... On est en droit de se demander pourquoi ce champ existe !

Une fois de plus, l’administration tient un discours très optimiste qui est bien loin des réalités du terrain vécues au quotidien par les collègues remplaçants.